ROUSSEL RAYMOND (1877-1933)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Grand et petit

N'est-ce pas une des raisons qui rendent sa lecture difficile ? L'intrigue ne présente jamais de héros fédérateur qui donnerait une cohérence extérieure au poème, au roman, à la pièce, et le lien est souvent lâche : rien ne vient constituer l'unité supérieure du récit. C'est que Roussel hésite constamment entre le grand et le petit, entre l'immense et le minuscule : la tentation de la fresque ou de l'épopée alterne avec le goût de la miniature. Ainsi les dernières pages de La Poussière de soleils projettent-elles brutalement la pièce dans une dimension cosmique, introduisant l'image d'“un immense nuage de poussière, composé de millions de grains dont chacun serait un soleil servant de centre à un tourbillonnant système de mondes !...” La juxtaposition de l'infiniment grand et de l'infiniment petit entraîne une perte d'échelle, provoque une brutale torsion de l'espace. Roussel aime ainsi manier le détail, l'anecdote, une “poussière” d'éléments juxtaposés. Succédant au pointillisme de La Seine, les romans montent une mosaïque d'épisodes brefs – “numéros” du Gala des incomparables, curiosités du parc de Canterel.

Dans l'immensité de la foule, quelle place y a-t-il pour l'individu, infiniment petit ? Le carnaval de La Doublure ou La Seine montrent des héros broyés par la vie. Le monde est à la fois trop vaste et trop petit : Impressions d'Afrique ramène un continent aux dimensions d'une scène de music-hall, alors que le narrateur décrit le parc de Locus solus comme le ferait un explorateur : “Au terme du trajet, nous eûmes connaissance d'une grande esplanade...” Si l'Afrique est un terrain de jeu, le terrain de jeu peut, à son tour, figurer l'Afrique.

Du côté du petit se trouve également le monde des jouets, des “fantoches”, des réductions, comme ces Gilles de Watteau en mie de pain que crée par dizaines un héros de Locus solus ; ou, dans le même livre, ces insectes glissés à l 'intérieur de lames de tarot qu'ils animent musicalement en jouant l'air des Campanules d'Écosse.

Les li [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages





Écrit par :

Classification


Autres références

«  ROUSSEL RAYMOND (1877-1933)  » est également traité dans :

LOCUS SOLUS, Raymond Roussel - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean-Didier WAGNEUR
  •  • 926 mots

On connaît l'expression forgée par André Breton pour désigner Raymond Roussel (1877-1933) dans son Anthologie de l'humour noir : « le plus grand magnétiseur des temps modernes ». De Desnos à Leiris, de Jean Ferry à Michel Foucault, l'œuvre de Roussel a été constamment scrutée par les […] Lire la suite

BUTOR MICHEL (1926-2016)

  • Écrit par 
  • Jean ROUDAUT
  •  • 2 929 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Au temps du « nouveau roman » »  : […] Au cours de son Intervention à Royaumont ( Répertoire   I , 1960), Michel Butor a évoqué ses tentations, opposées – celle de la poésie, celle de la philosophie –, et la façon dont le roman lui parut le lieu de leur possible conciliation, quand il commença à écrire. Sa poésie est alors toute dominée par l'œuvre d'André Breton. Les écrits de jeunesse de Butor, dont témoigne la première partie des […] Lire la suite

CRÉATION LITTÉRAIRE

  • Écrit par 
  • Gilbert DURAND
  •  • 11 584 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Spécificité de l'œuvre d'art »  : […] I1 faut affirmer d'entrée que là comme ailleurs – en physique, en biologie, en sociologie, en histoire – réside un troisième terme déterminant. Entre l'objectif et le subjectif chers à un certain dualisme existe un impératif, qui, pour n'être pas « catégorique », n'en fait pas moins nécessité. Entre le champ de l'objectivité des faits, des données, des événements sociaux et historiques et celui de […] Lire la suite

DUCHAMP MARCEL (1887-1968)

  • Écrit par 
  • Alain JOUFFROY
  •  • 3 909 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le passage du « rétinien » à la pensée »  : […] Ayant bénéficié à ses débuts des chances que lui a accordées son père, Eugène Duchamp, notaire à Blainville, qui l'a aidé financièrement, de même que ses deux frères aînés : Gaston Duchamp, alias Jacques Villon, peintre, Raymond-Duchamp-Villon, sculpteur, et sa sœur cadette, Suzanne Duchamp, Marcel Duchamp a commencé à peindre à l'âge de quinze ans, en 1902. En 1907, il a marqué sa prédilection p […] Lire la suite

FOUCAULT MICHEL (1926-1984)

  • Écrit par 
  • Frédéric GROS
  •  • 5 262 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les discours de vérité »  : […] C'est toujours une expérience littéraire, celle de Roussel et de ses procédés d'écriture par production et décomposition de mots ( Raymond Roussel , 1963), qui permet à Foucault de construire l'idée d' épistémè dans Les Mots et les choses (1966). Cette fois, il ne s'agit plus de retrouver pour chaque époque des « expériences fondamentales », mais de décrire, du xvi e au xix e  siècle, les scans […] Lire la suite

FOUS LITTÉRAIRES

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques LECERCLE
  •  • 5 640 mots

Dans le chapitre « Raymond Roussel »  : […] Le lecteur des Impressions d'Afrique de Raymond Roussel risque d'être surpris. Car l'auteur – étrange conseil pour un romancier – lui recommande de sauter les dix premiers chapitres. Ils sont en effet singuliers : une série de tableaux vivants, dans lesquels des hommes utilisent d'incroyables machines pour accomplir les actions les plus bizarres. Un tireur d'élite parvient à séparer d'un coup de […] Lire la suite

Pour citer l’article

Patrick BESNIER, « ROUSSEL RAYMOND - (1877-1933) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 juillet 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/raymond-roussel/