RASKOL

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Mot russe qui signifie « schisme ». On désigne ainsi la cassure qui a divisé la chrétienté russe au xviie siècle, mais d'une manière qui en fait comme l'opposé de la Réforme en Occident : le Raskol est une antiréforme caractérisée par un attachement presque magique aux traditions.

Au cours du xvie siècle, la Russie s'était isolée et comme figée dans la conscience d'être la « troisième Rome » et le « troisième Empire », le nombre ordinal désignant un état dernier et définitif. Après le « temps des Troubles » cependant, sous les premiers Romanov, un renouveau s'ébaucha, auquel présidait le patriarche Nikon, issu du cercle des Amis de Dieu. Nikon, avec l'appui du tsar Alexis, qu'il cherche à dominer, entreprend notamment de purifier gestes et textes liturgiques en prenant pour modèle les usages grecs contemporains. Sa brutalité et sa maladresse soulèvent bientôt l'opposition farouche des fidèles les plus fervents et des Amis de Dieu eux-mêmes (cf. P. Pascal, Avvakum et les débuts du Raskol, 1938). Cette hostilité s'explique par le fait que certains usages russes sont plus conformes à la pratique de l'Église ancienne, mais surtout par la xénophobie (mépris des Grecs et des Ukrainiens grécisés et latinisés dont l'influence est grande après l'annexion de Kiev en 1654) et, plus encore, par une sacralisation des mots et des gestes qui rend toute modification scandaleuse ; or, Nikon veut changer non seulement la façon de faire le signe de croix ou de chanter l'Alleluia, mais la prononciation même du nom de Jésus. Bien que le patriarche soit déposé en 1660 pour ses prétentions temporelles, un grand concile réuni à Moscou en 1666-1667, et auquel participent les patriarches orientaux, entérine les réformes et condamne les partisans des anciens rites, provoquant ainsi le schisme définitif des vieux-croyants. Durement persécutés, ceux-ci voient désormais dans le tsar une figure de l'Antéchrist, dans le monde un lieu de perdition, que certains fuient en partant sur les routes de l'Asie, d'autres dans des suicides collectifs par le feu, dans la « mort rouge ». Ce « schisme dans l'âme », que la révolution culturelle de Pierre le Grand n'a fait qu'accentuer, semble constituer une des origines du radicalisme dans la vie politique russe.

Les événements du Raskol ont été magistralement évoqués par un de ses animateurs et de ses martyrs, l'archiprêtre Avvakum, dans sa Vie, qui constitue l'un des premiers grands textes de la littérature russe (traduction française P. Pascal, La Vie de l'archiprêtre Avvakum écrite par lui-même, 1938).

—  Olivier CLÉMENT

Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, professeur à l'Institut Saint-Serge de Paris

Classification


Autres références

«  RASKOL  » est également traité dans :

ALEXIS Ier MIKHAÏLOVITCH (1629-1676) tsar de Russie (1645-1676)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre ARRIGNON
  •  • 380 mots

Fils unique du tsar Michel Romanov, Alexis, homme cultivé et réputé pour sa « très grande douceur », était en réalité un conservateur dévot, qui laissa le pouvoir entre les mains de ses parents (E. Miloslavski, V. I. Morozov), de ses favoris (A. Matveïev) ou du patriarche Nikon. Le long règne d'Alexis (1645-1676) est loin d'être paisible : à l'intérieur, la corruption, la multiplication des taxes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alexis-ier-mikhailovitch/#i_23786

AVVAKUM PETROVITCH (1620/21-1682)

  • Écrit par 
  • Pierre PASCAL
  •  • 1 194 mots

Après les guerres de religion, l'Église catholique éprouva un besoin de réforme qui entraîna plus tard une division entre modérés et rigoristes. De même, après le désordre moral et religieux du « temps des troubles » (1584-1613), l'élite du clergé russe commença la réforme d'où sortit le schisme ( raskol ) des vieux-croyants ( staroviery ). Le plus ardent des réformateurs, devenu docteur et marty […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/petrovitch-avvakum/#i_23786

COMMUNISMES RELIGIEUX

  • Écrit par 
  • Henri DESROCHE
  •  • 3 052 mots

Dans le chapitre « Péripéties du communisme religieux »  : […] À chaque siècle, ou à peu près, on voit apparaître des courants que l'on reconnaîtra rétrospectivement comme des courants du communisme religieux. Au xiii e  siècle, dans les montagnes du Piémont, des franciscains dissidents se joignent à des insurrections ou à des maquis. G. Segharelli, puis Fra Dolcino et les apostoliques en sont les principales figures, et K. Kautsky, dans ses Vorlaüfer , les s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/communismes-religieux/#i_23786

NIKON (1605-1681)

  • Écrit par 
  • Richard E. PIPES
  • , Universalis
  •  • 918 mots

Patriarche célèbre de l'Église russe, Nikon est né le 7 mai 1605 à Valmanovo, près de Nijni-Novgorod. Issu d'une famille de moujiks finnois, Nikon, de son vrai nom Nikita Minine, se forme dans un monastère avant de se marier. Devenu prêtre, il s'installe à Moscou, jusqu'à ce que le décès de ses enfants lui fasse rechercher la solitude. De 1634 à 1646, il vit ainsi en ermite, puis devient higoumèn […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nikon/#i_23786

ORTHODOXE ÉGLISE

  • Écrit par 
  • Olivier CLÉMENT, 
  • Bernard DUPUY, 
  • Jean GOUILLARD
  •  • 23 318 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'Église russe »  : […] L'« apostasie » du patriarcat œcuménique (1439) puis la disparition de l'Empire coloraient de nobles prétextes l'émancipation, depuis longtemps souhaitée et préparée, de l'Église russe. En 1448, le grand prince de Moscou désigne motu proprio l'archevêque de Moscou et Kiev. Dix ans plus tard, le synode érige le fait en droit. L'Église russe se déclare autocéphale et proclame Jonas « métropolite de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eglise-orthodoxe/#i_23786

PASCAL PIERRE (1890-1983)

  • Écrit par 
  • Georges NIVAT
  •  • 2 114 mots

Pierre Pascal est issu d'une souche auvergnate « sans fortune, mais forte de santé et de jugement ». Son grand-père était ouvrier aux chemins de fer, son père devint professeur de lettres et « monta » à Paris. L'accession de Pierre Pascal à l'École normale supérieure, en 1910, couronnait cette sage et sûre ascension sociale, typique de la III e  République. La méticulosité, un goût invétéré pour l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-pascal/#i_23786

RUSSIE (Le territoire et les hommes) - Histoire

  • Écrit par 
  • Michel LESAGE, 
  • Roger PORTAL
  •  • 20 249 mots
  •  • 27 médias

Dans le chapitre « Le « raskol » et l'Église officielle »  : […] Les résistances populaires prirent une autre forme, s'imbriquant dans un mouvement schismatique qui divisa l'orthodoxie et dressa contre l'Église officielle, soutien du pouvoir, une masse de fidèles, où se recrutèrent pendant deux siècles les opposants au régime. Une révision des Livres saints, une modifications des rites (le signe de croix à trois doigts au lieu de deux), introduites par le patri […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/russie-le-territoire-et-les-hommes-histoire/#i_23786

LA VIE DE L'ARCHIPRÊTRE AVVAKUM, Petrovitch Avvakum - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Georges NIVAT
  •  • 1 043 mots

Dans le chapitre « Une diatribe religieuse »  : […] Pierre Pascal, traducteur en français de La Vie , a comparé l'expérience des « raskolniki » ou vieux-croyants à celle des jansénistes. Avvakum rompt avec l'église officielle comme les Messieurs de Port-Royal avec le gallicanisme : des deux côtés, il s'agit de zélateurs animés par la foi, mais guettés par l'intolérance et la déraison. La Vie subsiste en tant que document de la foi hérétique en Rus […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-vie-de-l-archipretre-avvakum/#i_23786

VIEUX-CROYANTS

  • Écrit par 
  • Olivier CLÉMENT
  •  • 752 mots

On appelle « vieux-croyants » (en russe : starovery ou staroobrjadcy ) les membres des communautés issues du Raskol, le schisme qui divisa l'Église russe au xvii e  siècle. Après le concile de 1666-1667, le monastère des Solovki, construit dans une île de la mer Blanche, se révolte et soutient un siège de neuf ans, à la suite duquel les moines sont passés au fil de l'épée. En 1682, l'archiprêtre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vieux-croyants/#i_23786

Pour citer l’article

Olivier CLÉMENT, « RASKOL », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/raskol/