Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

NIKON (1605-1681)

Patriarche célèbre de l'Église russe, Nikon est né le 7 mai 1605 à Valmanovo, près de Nijni-Novgorod. Issu d'une famille de moujiks finnois, Nikon, de son vrai nom Nikita Minine, se forme dans un monastère avant de se marier. Devenu prêtre, il s'installe à Moscou, jusqu'à ce que le décès de ses enfants lui fasse rechercher la solitude. De 1634 à 1646, il vit ainsi en ermite, puis devient higoumène de divers monastères du nord du pays. En 1646, Nikon se rend à Moscou et fait si bonne impression au jeune tsar Alexis Mikhaïlovitch et au patriarche Joseph qu'il est nommé archimandrite du monastère Novospasski à Moscou.

Nikon devient alors très proche du confesseur du tsar, Stefan Vonifatiev, ainsi que des prêtres Ivan Neronov et Avvakum Petrovitch. Ce groupe s'efforce de redonner vie à l'Église en se rapprochant des fidèles et de purger les textes et les gestes liturgiques des erreurs éventuelles et de toute influence catholique. Avec leur soutien, Nikon est nommé premier métropolite de Novgorod (1648), puis patriarche de Moscou et de toute la Russie (1652).

Nikon accepte le plus haut poste de l'Église russe à la seule condition de posséder toute autorité sur les questions dogmatiques et rituelles. En 1654, alors que le tsar quitte la ville pour partir en campagne contre la Pologne, il demande à Nikon de superviser l'administration du pays. En 1657, lorsqu'une nouvelle guerre éclate avec la Pologne, il investit Nikon des pleins pouvoirs souverains. Fort de l'amitié du tsar, du soutien des réformateurs et de la sympathie des Moscovites, Nikon est au faîte de sa carrière.

Il s'aliène cependant rapidement ses amis et rend furieux ses opposants par sa brutalité envers ses adversaires. Consultant les érudits grecs installés à Moscou et les ouvrages de la bibliothèque patriarcale, il conclut que nombre de missels et de rituels russes sont largement corrompus et que la révision du cercle de Vonifatiev a aggravé cet état de fait. Il entreprend alors une révision complète de la liturgie russe pour la rapprocher de celle de l'Église grecque. Lorsque ses anciens amis remettent en cause ses réformes, Nikon les fait exiler. Avec l'aide de moines grecs et ukrainiens et le soutien du haut clergé grec, il adopte alors plusieurs réformes : il change la forme du salut dans l'église, le signe de croix (à trois doigts au lieu de deux) et la manière de chanter l'alléluia. Un concile du clergé russe tenu en 1654 l'autorise à poursuivre la révision des livres liturgiques. Il fait alors ôter des églises et des foyers les icônes qu'il considère mal interprétées. Pour réprimer l'opposition grandissante, il convoque en 1656 un nouveau concile, qui excommunie les réfractaires à ses réformes.

Bien qu'elles n'altèrent que la forme extérieure de la religion, ces mesures suscitent aussitôt l'opposition : une grande partie du clergé moscovite refuse d'apprendre de nouvelles prières et de nouveaux rites, tandis que les fidèles sont profondément troublés par le mépris que Nikon affiche pour des pratiques qu'ils considèrent comme sacrées. Nikon tente par ailleurs d'imposer la suprématie de l'Église sur l'État, remettant en question le césaropapisme de la tradition byzantine.

Lorsque le tsar rentre à Moscou en 1658, ses relations avec le patriarche ont changé. Plus sûr de lui et soutenu par sa famille et les courtisans, il cesse de consulter Nikon, tout en évitant une rupture définitive. Ce dernier réagit lorsque plusieurs boyards, indignés de sa gestion autoritaire du pays en l'absence du tsar, l'insultent impunément et que le tsar manque deux services consécutifs assurés par Nikon. En juillet 1658, il annonce son entrée dans la congrégation de la cathédrale Uspensky dans l'enceinte du Kremlin, et peu après se retire au monastère Voskresensky.[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur d'histoire à l'université Harvard, auteur
  • Universalis : services rédactionnels de l'Encyclopædia Universalis

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • ALEXIS Ier MIKHAÏLOVITCH (1629-1676) tsar de Russie (1645-1676)

    • Écrit par Jean-Pierre ARRIGNON
    • 380 mots

    Fils unique du tsar Michel Romanov, Alexis, homme cultivé et réputé pour sa « très grande douceur », était en réalité un conservateur dévot, qui laissa le pouvoir entre les mains de ses parents (E. Miloslavski, V. I. Morozov), de ses favoris (A. Matveïev) ou du patriarche Nikon....

  • AVVAKUM PETROVITCH (1620/21-1682)

    • Écrit par Pierre PASCAL
    • 1 195 mots
    À ce moment, en 1652, Nikon est élu patriarche. Il était des Amis de Dieu, mais avait des vues à lui : rapprocher l'Église russe de sa mère l'Église grecque et corriger missel et rituel d'après les livres grecs. Son premier décret : « On se signera avec trois doigts » (au lieu de deux), contraire au...
  • LA VIE DE L'ARCHIPRÊTRE AVVAKUM, Petrovitch Avvakum - Fiche de lecture

    • Écrit par Georges NIVAT
    • 1 044 mots

    La Vie de l'archiprêtre Avvakum écrite par lui-même et sa dernière épître au tsar Alexis (1672) sont un extraordinaire document qui fait face d'un côté au Moyen Âge russe, dont ce texte est peut-être le dernier reflet, d'autre part au xxe siècle russe, dont il annonce les formes...

  • RASKOL

    • Écrit par Olivier CLÉMENT
    • 465 mots

    Mot russe qui signifie « schisme ». On désigne ainsi la cassure qui a divisé la chrétienté russe au xviie siècle, mais d'une manière qui en fait comme l'opposé de la Réforme en Occident : le Raskol est une antiréforme caractérisée par un attachement presque magique aux traditions....

Voir aussi