RAISON D'ÉTAT

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Notion ancienne de la tradition politique des Occidentaux. Le terme se trouve déjà chez Cicéron (consul en ~ 63), ratio reipublicae. D'autres expressions ou maximes, souvent empruntées au droit romain (utilité publique, raison de l'Empire, nécessité n'a pas de loi), furent les conducteurs du concept chez les juristes du Moyen Âge, dont les analyses raffinées ont préparé des théories plus modernes, inséparables du nom de Machiavel depuis le xvie siècle. En son sens actuel, hérité de l'expérience des États libéraux du xviiie au xxe siècle (système baptisé « État de droit » par la philosophie allemande), la raison d'État englobe les diverses espèces d'illégalités commises au nom des États souverains et contre lesquelles il n'existe aucune protection, sauf à contester ces pratiques par des moyens non juridiques. La liste des cas politiques ainsi soustraits aux règles de droit par ailleurs reconnues comme contraignantes ne peut être établie, chaque État s'érigeant en maître absolu pour décider d'user ou non d'une prérogative aussi dangereuse pour les libertés, cependant restreinte par les usages et la pression des opinions publiques. La raison d'État justifie les parodies de justice ; elle couvre encore, ici et là dans le monde, la pratique de la torture, théoriquement abolie partout (Déclaration universelle des droits de l'homme, proclamée par l'Organisation des Nations unies en 1948, art. 5) ; elle fonde l'argumentation des États lorsqu'ils estiment inopportun de porter tel différend particulier devant les juridictions internationales, dont ils admettent pourtant la compétence. Il subsiste donc une large zone politique, extensible selon les intérêts en cause et les circonstances, dans laquelle les États se comportent d'après le modèle absolutiste, en dépit de l'idéologie proclamant le respect du droit. Cette réalité est aujourd'hui marquée par l'apparent libéralisme des États, de sorte qu'il n'existe plus à proprement parler une théorie de la raison d'État, concept renié ou tenu pour périmé. Au contraire, les Anciens évoquaient volontiers sous ce terme la force brutale et le banditisme par lesquels se fondent tant d'établissements politiques (cf. la fameuse allusion de saint Augustin, reprise par les médiévaux : « Sans la justice, les royaumes ne sont rien d'autre que des brigandages »).

Les doctrines classiques ont évolué en deux temps. Le Moyen Âge a cherché dans l'idée de raison d'État l'outil logique permettant de faire prévaloir un ordre politique surmontant les classifications féodales. La science découvre alors ce concept, capable d'assimiler des groupes atomisés, dans des structures préfigurant les nationalismes modernes, à travers les notions d'Église, d'empire, de royaume. Chacune de ces notions définit, selon les juristes scolastiques, une personne fictive (persona ficta) à laquelle sont attribuées la volonté d'exprimer le droit et la puissance de commandement par l'intermédiaire de monarques (papes, empereurs, rois), chacun étant qualifié de loi vivante (lex animata). Cet anthropomorphisme transcrit une théorie du pouvoir, appuyée sur la philosophie aristotélicienne, la théologie et le droit romain ; il devait conduire à mettre en accord la rationalité et les exigences politiques des grandes institutions. L'État, dans cette perspective, et suivant une exégèse du terme latin status, désigne l'ensemble des prérogatives reconnues à l'Église, à l'empire, au royaume et, d'après la tradition romaine, la balance des droits penche du côté du pouvoir (« ce qui a plu à l'empereur a force de loi », « le pape sait tout dans son cœur », « le roi empereur en son royaume »). La raison d'État, en ce sens primitif, définissait la souveraineté, antinomique du système féodal.

La Renaissance et l'Ancien Régime ont modernisé la théorie, sans la changer radicalement. Les États nationaux devenus systèmes de pouvoirs surclassant la féodalité, Machiavel exposa crûment, dans son ouvrage Le Prince (1513-1521), que la politique est affaire d'intérêts, non de morale ; le souverain doit avoir « l'entendement prêt à tourner selon que [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  RAISON D'ÉTAT  » est également traité dans :

ABSOLUTISME

  • Écrit par 
  • Jacques ELLUL
  •  • 4 285 mots

Dans le chapitre « L'absolutisme pragmatique : raison d'État de Richelieu, « mystère divin » de Louis XIV »  : […] La pensée de Richelieu est fondée tout entière sur l'idée que la puissance est la seule chose nécessaire à l'État. Le roi doit ne supporter aucune opposition, et réunit entre ses mains les instruments de la puissance (armée, finances, réputation). Le pouvoir du roi n'est pas pour autant un pouvoir personnel : la personne du roi se confond avec l'État. Celui-ci ne pouvant être partagé, le roi ne do […] Lire la suite

ACTE DE GOUVERNEMENT

  • Écrit par 
  • F. LAMOUREUX
  •  • 644 mots

Certaines décisions de l'exécutif échappent à tout recours devant quelque juridiction que ce soit et constituent cette catégorie très particulière d'actes de l'autorité publique qu'on appelle « actes de gouvernement ». L'immunité juridictionnelle de ces actes est totale : elle concerne à la fois le contentieux de la légalité et celui de la responsabilité. La théorie des actes de gouvernement ne re […] Lire la suite

DREYFUS (AFFAIRE)

  • Écrit par 
  • Vincent DUCLERT
  •  • 4 879 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Une crise de la nation »  : […] L'affaire Dreyfus a révélé en effet la domination de l'antisémitisme sur l'esprit public, l'émergence d'une idéologie raciste appelant à l'exclusion des juifs de toute la vie nationale, la violence des haines nationalistes dénonçant la légalité républicaine. Confrontée à cette offensive majeure qui traduisait, en régime de culture de masse, le pouvoir de la presse tant extrémiste ( La Libre Paro […] Lire la suite

Les derniers événements

15-26 octobre 2021 Birmanie. Exclusion de la Birmanie du sommet de l'ASEAN.

Le 26, les dirigeants présents au sommet de l’ASEAN organisé à Bandar Seri Begawan au Brunei publient un communiqué dans lequel ils appellent la junte birmane à satisfaire aux exigences énoncées dans une déclaration adoptée en avril, parmi lesquelles la cessation des violences et l’autorisation donnée à l’émissaire de l’ASEAN de rencontrer les dirigeants civils emprisonnés, notamment l’ancienne conseillère d’État Aung San Suu Kyi et l’ancien président Win Myint. […] Lire la suite

1er-30 septembre 2021 France. Entrée en vigueur de l'obligation vaccinale pour les personnels soignants.

Le 13, la Nouvelle-Calédonie est placée en état d’urgence sanitaire. Un couvre-feu y est instauré. Le 15, l’obligation vaccinale pour les personnels de santé entre en vigueur. Deux millions sept cent mille salariés sont concernés. Le lendemain, le ministre de la Santé Olivier Véran annonce que « quelque trois mille suspensions » de personnels non vaccinés ont été effectuées et que « quelques dizaines de démissions » ont été enregistrées. […] Lire la suite

5-31 août 2021 France. Annonce de nouvelles mesures sanitaires et économiques.

L’exécutif décrète le confinement en Guadeloupe, qui sera effectif le 13, et place la Polynésie française en état d’urgence sanitaire. Il rend obligatoire la présentation du passe sanitaire pour pénétrer dans un centre commercial de plus de vingt mille mètres carrés dans les départements à forte circulation virale. Il annonce pour septembre la mise en place de lieux de vaccination aux abords des collèges et des lycées pour les élèves de plus de douze ans, ainsi que le lancement d’une campagne de rappel destinée aux personnes de plus de quatre-vingts ans. […] Lire la suite

15-28 août 2021 France – Afghanistan. Mise en place d'une opération d'évacuation de civils de Kaboul.

L’état-major annonce le rapatriement des derniers militaires français envoyés à Kaboul. Les avions français ont effectué vingt-six rotations entre la capitale afghane et Abou Dhabi, et seize entre Abou Dhabi et Paris. Le 28, depuis Bagdad, Emmanuel Macron indique que la France a évacué plus de deux mille huit cents personnes, dont quelque cent soixante Français ou Européens et plus de deux mille six cents Afghans. […] Lire la suite

12-24 août 2021 Suisse – Afghanistan. Accueil des réfugiés afghans.

Le 12, le Conseil fédéral annonce que les renvois vers l’Afghanistan de requérants d’asile déboutés sont suspendus en raison de la situation sécuritaire du pays. Le secrétaire d’État aux Migrations Mario Gattiker précise que les derniers retours forcés remontent à 2019. Le 18, lors de sa première conférence de presse depuis la chute de Kaboul, le Conseil fédéral déclare qu’il n’est « pas possible » d’envisager pour l’instant l’accueil de contingents de réfugiés afghans, comme le réclame notamment le Parti socialiste ou encore le canton de Genève. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre LEGENDRE, « RAISON D'ÉTAT », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/raison-d-etat/