ACTE DE GOUVERNEMENT

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Certaines décisions de l'exécutif échappent à tout recours devant quelque juridiction que ce soit et constituent cette catégorie très particulière d'actes de l'autorité publique qu'on appelle « actes de gouvernement ».

L'immunité juridictionnelle de ces actes est totale : elle concerne à la fois le contentieux de la légalité et celui de la responsabilité. La théorie des actes de gouvernement ne repose sur aucun texte ; elle a son origine dans la jurisprudence du Conseil d'État. Les auteurs considèrent généralement cette théorie comme une anomalie dans la compétence du juge administratif ; elle serait le dernier vestige de la raison d'État. Le Conseil d'État, au cours du xixe siècle, lorsqu'il a entrepris de soumettre l'administration au droit, a dû faire « la part du feu » (Hauriou) et renoncer à contrôler les actes pris pour des motifs politiques. Le critère du mobile politique fut invoqué de façon abusive par le gouvernement, en particulier sous le second Empire, et abandonné en 1875 par le Conseil d'État. Ce critère, contestable mais commode pour caractériser l'acte de gouvernement, n'a pas été remplacé. Depuis un siècle, la doctrine se contente d'enregistrer les actes de gouvernement sur une liste qui s'est progressivement rétrécie pour ne plus comprendre aujourd'hui que deux séries de mesures.

La première catégorie, assez bien délimitée, concerne les actes pris par l'exécutif dans ses rapports avec le Parlement : décret de clôture des sessions ou de dissolution, décision de recourir à l'article 16 de la Constitution de 1958, décision de déposer ou de retirer un projet de loi, décret soumettant un projet de loi à référendum. La deuxième catégorie d'actes de gouvernement, plus délicate à circonscrire, concerne les actes pris par l'exécutif dans ses rapports avec un État étranger ou une organisation internationale : protection des personnes et des biens à l'étranger, refus de soumettre un litige à une juridiction internationale, extension de la souveraineté française sur les eaux territoriales. Le juge administratif refuse traditionnellement de connaître des actes relatifs à la conclusion et à l'interprétation des traités, mais il accepte depuis longtemps de connaître des actes qu'il estime détachables des relations diplomatiques ou des conventions internationales (ainsi des décrets d'extradition). Un nouveau pas est franchi lorsque le Conseil d'État abandonne en 1990 le renvoi préjudiciel pour interprétation du ministre et reconnaît au juge administratif compétence pour interpréter lui-même les traités.

À l'encontre d'une partie de la doctrine qui conteste l'existence des actes de gouvernement en tant que catégorie juridique distincte de celle des actes administratifs, le Conseil d'État a réaffirmé expressément que certaines décisions de l'exécutif étaient soustraites à tout contrôle juridictionnel. La juridiction administrative a opéré, cependant, un remarquable revirement de jurisprudence en admettant en 1966 la recevabilité des recours en indemnité pour les conséquences dommageables des actes de gouvernement. La persistance des actes de gouvernement dans la jurisprudence a conduit certains auteurs à tenter de donner une explication juridique, et non plus politique, de leur immunité juridictionnelle : celle-ci résulterait soit de l'application des règles de répartition des compétences entre les tribunaux français, soit du rattachement des actes de gouvernement à une fonction gouvernementale distincte de la fonction administrative, seule susceptible d'être contrôlée par le juge.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  ACTE DE GOUVERNEMENT  » est également traité dans :

ADMINISTRATION - Les juridictions administratives françaises

  • Écrit par 
  • Patrice BEAUJARD
  •  • 3 511 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Critères de la compétence administrative »  : […] Définir concrètement le domaine d'élection du juge administratif revient en fait à tracer la frontière qui sépare ses compétences de celles du juge judiciaire. À cette question bientôt bicentenaire il est toujours difficile d'apporter une réponse tant la délimitation de cette frontière va sans cesse dans le sens d'une complexité croissante. On pourrait penser que le juge administratif est compéten […] Lire la suite

Les derniers événements

18-25 octobre 2021 Turquie. Menace d'expulsion de dix ambassadeurs étrangers.

Recep Tayyip Erdogan prend acte de ce que la presse progouvernementale qualifie de « recul » de la diplomatie étrangère et renonce à l’expulsion des diplomates étrangers. […] Lire la suite

18 août 2020 Liban. Verdict du procès de l'attentat contre l'ancien Premier ministre Rafic Hariri.

Le TSL a été créé aux termes d’un accord conclu en mars 2006 par le gouvernement libanais et l’ONU, sur l’initiative de Paris et Washington.  […] Lire la suite

3-31 mai 2020 France. Début du déconfinement.

Ils reprochent au gouvernement de leur déléguer la responsabilité « juridique, politique et morale » de la réouverture des classes et critiquent l’absence de moyens supplémentaires. Le 4, le Sénat rejette, par 89 voix contre 81 et 174 abstentions, le plan de déconfinement du gouvernement approuvé par l’Assemblée nationale fin avril. L’avis du Parlement sur ce texte est consultatif. […] Lire la suite

22-28 mai 2020 Chine. Pression de l'Assemblée nationale populaire sur Hong Kong.

Au sujet de la situation à Hong Kong, Li Keqiang déclare : « Nous établirons et perfectionnerons le système juridique et les mécanismes d’application des lois en matière de protection de la sécurité de l’État dans les régions administratives spéciales [de Hong Kong et Macao] et ferons endosser à leur gouvernement la responsabilité constitutionnelle ». […] Lire la suite

7-24 mai 2020 Israël. Prestation de serment du gouvernement.

Il s’agit du seul acte politique autorisé par l’accord de gouvernement dans les six premiers mois de mandat, en dehors de la lutte contre la pandémie de Covid-19. Le 24 s’ouvre devant un tribunal de Jérusalem le procès de Benyamin Nétanyahou pour corruption, fraude et abus de confiance. Il est aussitôt ajourné à juillet. […] Lire la suite

Pour citer l’article

F. LAMOUREUX, « ACTE DE GOUVERNEMENT », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/acte-de-gouvernement/