RAGE

Épidémiologie

Historiquement, la rage fut d'abord une maladie des animaux sauvages, surtout du loup et des carnassiers voisins. Dès que les hommes se groupèrent en collectivités urbaines entraînant avec eux leurs animaux commensaux, elle devint également citadine, et ceci dès la plus haute Antiquité. Ces deux types épidémiologiques de rage existent encore actuellement.

La rage citadine dite rage des rues est transmise à l'homme essentiellement par les chiens et les chats, dont la densité de population règle l'importance et l'évolution de l'enzootie et l'apparition éventuelle de poussées épizootiques.

Les conditions sociales et économiques, les mœurs et les coutumes, les religions propres à chaque pays influent sur le comportement des populations humaines vis-à-vis de ces animaux commensaux et par conséquent sur le développement, le maintien ou le déclin de l'enzootie canine, où la biologie du vecteur canin intervient aussi (on constate une recrudescence passagère après la période du rut).

L'application stricte et suivie des mesures de police sanitaire vétérinaire peut aboutir au contrôle voire à l'éradication de cette rage des rues.

Les herbivores domestiques, qu'ils soient contaminés par un chien enragé ou par un animal sauvage (cf. infra), ne sont pas à l'origine de la transmission à d'autres animaux et ne contaminent que rarement l'homme.

La rage sauvage se présente sous des aspects très différents. Chaque région géographique a son vecteur préférentiel : loup au Moyen-Orient, chacal en Afrique, mangouste en Afrique du Sud, renard, mouffette et raton laveur en Amérique du Nord. En Europe, la rage sauvage est transmise essentiellement par le renard. Partie des frontières de l'Europe de l'Est en 1939-1940, elle a atteint de proche en proche tous les pays européens, (dont la France en 1968) à l'exception des îles Britanniques.

Cette rage du renard présente deux poussées annuelles : au printemps, après la période du rut et à l'automne, après le départ des renardeaux des terriers. Le renard enragé contamine (outre ses congénères) les bov[...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages


Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis



Écrit par :

  • : professeur, chef de l'unité de la rage à l'Institut Pasteur, Paris

Classification


Autres références

«  RAGE  » est également traité dans :

LÉPINE PIERRE (1901-1989)

  • Écrit par 
  • Léon LE MINOR
  •  • 1 360 mots

de lui succéder et le nomma en 1935 chef de service adjoint de Levaditi, puis en 1938 chef du service de la rage. La rage allait de ce fait devenir son principal sujet d'études. Il améliore la technique de vaccination, remplace le vaccin classique de Pasteur par le vaccin préparé à partir de cerveaux phéniqués. Dans le même temps, il isole […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-lepine/#i_26775

PASTEUR LOUIS (1822-1895)

  • Écrit par 
  • Paul MAZLIAK
  •  • 6 426 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre «  Pasteur et la vaccination »  : […] des ruminants contre lesquels Pasteur prépare des vaccins. En 1885 enfin, c'est la rage qui donne à Pasteur l'occasion de fabriquer au laboratoire le premier vaccin artificiel jamais inoculé à l'homme. Le formidable retentissement de cette première vaccination réussie sur l'homme – le 6 juillet 1885, au bénéfice de Joseph […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/louis-pasteur/#i_26775

VIROSES ANIMALES

  • Écrit par 
  • Jacqueline VIRAT
  •  • 2 576 mots

Dans le chapitre « Viroses bovines »  : […] La rage bovine existe encore dans l'est de la France. Les animaux sont contaminés au pâturage par les morsures de renards malades. Des vaccinations associées, rage-fièvre aphteuse, sont entreprises dans les régions d'enzootie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/viroses-animales/#i_26775

ZOONOSES

  • Écrit par 
  • Louis JOUBERT
  •  • 2 558 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Modes de transmission »  : […] Il se complique déjà dans le charbon humain, à réservoir tellurique, mais d'origines animales diverses, et, plus encore, dans la rage, en raison de la multiplicité des espèces animales réceptives, essentiellement contaminantes par morsures […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/zoonoses/#i_26775

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre SUREAU, « RAGE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/rage/