RADICAL, chimie

En chimie, la notion de radical trouve son origine, vers les années 1830-1840, en une problématique venue de la philologie, une nouvelle discipline alors influente. Les philologues s'intéressaient aux racines des mots, et les chimistes ne furent pas en reste. Ils s'intéressèrent à la racine de cet équivalent du mot qu'est une formule représentant une molécule et ils dénommèrent « radical » cette racine.

Les molécules sont faites d'atomes, mais que le méthanol réponde à la formule brute COH4 et l'éthanol à la formule brute C2OH6 ne nous éclaire aucunement sur ce qui fait tant la ressemblance que la différence entre ces deux molécules, l'une et l'autre de la même famille des alcools. Il est plus fructueux d'ignorer les atomes (arbres) au bénéfice des groupements d'atomes (bosquets) dont l'assemblage forme les forêts.

Le modèle est, répétons-le, le lexique. Concevoir méthanol et éthanol comme CH3OH et C2H5OH, respectivement, permet d'y distinguer, tel un suffixe dans un mot, la fonction alcool, que repère le groupement OH. Dans le méthanol, elle est couplée au groupement méthyle CH3. Dans l'éthanol, cette même fonction alcool est couplée au groupement éthyle C2H5. On perçoit bien, à la simple lecture des deux paires (méthanol, méthyle) et (éthanol, éthyle), tant la présence d'une nomenclature systématique sous-jacente, que l'influence de la racine, au sens philologique. Il n'est donc pas surprenant qu'on puisse parler du radical méthyle CH3 ou du radical éthyle C2H5.

Qui plus est, la notion de radical est féconde ; elle permet de classer toutes sortes d'autres molécules, faisant elles aussi partie de la chimie organique. On peut assortir un radical donné d'une série de fonctions différentes, comme, pour donner trois exemples seulement, les fonctions acide, aldéhyde et amine, que représentent respectivement les groupements COOH, CHO et NH2. Cela rend compte entre autres des molécules CH3COOH, CH3CHO et CH


pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrit par :

  • : professeur honoraire à l'École polytechnique et à l'université de Liège (Belgique)

Classification


Autres références

«  RADICAL, chimie  » est également traité dans :

ALCOXYLES RADICAUX

  • Écrit par 
  • Dina SURDIN
  •  • 51 mots

Groupements de formule générale RO— provenant d'un alcool par élimination d'un hydrogène ; par exemple, le groupement CH3—O— est appelé méthoxy- et provient du méthanol. Le groupement alcoxyle RO— est d'autant plus basique que l'alcool correspondant RO—H est moins acide […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/radicaux-alcoxyles/#i_24723

AMINOACIDES ou ACIDES AMINÉS

  • Écrit par 
  • Pierre KAMOUN
  •  • 4 607 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Réaction du radical R »  : […] Chaque aminoacide possède une réactivité propre due à son radical R, déterminant ainsi les différents tests colorés spécifiques pour l'identification des divers aminoacides ou certaines propriétés particulières comme l'halogénation de la tyrosine et la formation du pont disulfure entre deux molécules de cystéine […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/amino-acides-acides-amines/#i_24723

ARYLES RADICAUX

  • Écrit par 
  • Dina SURDIN
  •  • 35 mots

Groupements organiques monovalents dérivés d'un hydrocarbure aromatique par soustraction d'un atome d'hydrogène. Par exemple, le groupement phényle C6H5— est dérivé du benzène C6H6 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/radicaux-aryles/#i_24723

CHIMIE - La nomenclature chimique

  • Écrit par 
  • Nicole J. MOREAU
  •  • 5 115 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Squelettes hydrocarbonés »  : […] -CH3, but-1-ène ; CH2=CH-CH=CH2, buta-1,3-diène ; HC≡CH, éthyne (ou acéthylène, nom trivial) ; HC≡C-CH3, propyne. Les radicaux sont faits en attachant le suffixe -yl au nom correspondant : -CH2-CH2-CH≡CH-CH3 pent-3-ène-1-yl, le point d'attachement […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chimie-la-nomenclature-chimique/#i_24723

FONCTION, chimie

  • Écrit par 
  • Pierre LASZLO
  •  • 1 249 mots

Comme le suffixe dans la formation des mots, la fonction est le complément du radical : par exemple, le méthanol, premier terme de la série des alcools, associe le radical méthyle CH3 et la fonction alcool OH. Cette analogie est suffisamment profonde pour servir de principe […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fonction-chimie/#i_24723

KEKULE VON STRADONITZ FRIEDRICH AUGUST (1829-1896)

  • Écrit par 
  • Jacques GUILLERME
  •  • 2 157 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La concaténation du carbone quadrivalent et la fin de la théorie des types »  : […] peuvent être formulés d'une manière relativement simple. » Récusant, en outre, l'importance constitutive des radicaux, qui semblait pourtant assurée derechef par des travaux récents de E. Frankland, Kekulé porte son attention sur le pouvoir de composition élémentaire de l'atome de carbone. En se fondant sur le dénombrement des affinités ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/friedrich-august-kekule-von-stradonitz/#i_24723

MAGNÉTOCHIMIE

  • Écrit par 
  • Jean HOARAU
  •  • 5 367 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Radicaux libres et biradicaux »  : […] Certains composés, appelés radicaux libres, provenant le plus souvent de la dissociation de molécules organiques ou organo-métalliques comportent un nombre impair d'électrons. L'existence d'un électron non apparié conduit à un paramagnétisme de spin caractérisé par une susceptibilité molaire positive qui masque complètement le diamagnétisme : […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/magnetochimie/#i_24723

RADICAUX LIBRES

  • Écrit par 
  • Béatrice DESCAMPS-LATSCHA
  •  • 1 247 mots
  •  • 2 médias

électrons « célibataires » sur son orbitale externe et est désigné sous le terme de « radical libre ». La tendance naturelle des électrons non appariés à interagir avec les électrons de molécules ou d'atomes voisins, pour reformer des liaisons chimiques covalentes, confère aux radicaux libres une très grande instabilité, une extrême réactivité et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/radicaux-libres/#i_24723

TYPES THÉORIE DES, chimie

  • Écrit par 
  • Pierre LASZLO
  •  • 1 007 mots

En 1832, Justus von Liebig (1803-1873) et Friedrich Wöhler (1800-1882) formulèrent la théorie des radicaux, sur laquelle l'influence de la philologie germanique contemporaine est patente. Ces chimistes allemands avaient identifié, à partir des formules élémentaires révélées par l'analyse – dont le tout nouveau […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theorie-des-types-chimie/#i_24723

Pour citer l’article

Pierre LASZLO, « RADICAL, chimie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 octobre 2017. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/radical-chimie/