QUAKERS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Peu nombreux – deux cent vingt mille environ dans le monde, dont cent vingt mille en Amérique du Nord et moins de vingt-cinq mille en Europe –, les quakers sont néanmoins très connus. L'aide matérielle qu'ils ont apportée aux victimes des deux dernières guerres mondiales a beaucoup fait pour leur réputation. Pourtant la Société des Amis, nom officiel des quakers, n'est pas une société philanthropique, mais un groupement religieux. Par sa structure, elle se rapproche de la secte. Par le contenu de ses croyances et de ses pratiques, elle appartient à l'aile mystique du protestantisme, au « spiritualisme » (E. Troeltsch). Elle a poussé à l'extrême le dépouillement de l'expression cultuelle dans la ligne de la Réforme radicale.

Les principes

Les quakers croient à la présence en chaque homme d'une « semence ou d'une lumière divine » qu'il doit retrouver dans la méditation silencieuse. Le culte est donc chez eux, en principe, entièrement spontané. Les exhortations que chacun des participants est libre de faire doivent être le fruit de la communion réussie avec la Lumière d'en-haut, dans le silence. Le même Esprit qui a inspiré la Bible peut inspirer tous les croyants. Les quakers ne connaissent pas d'autre canal à la grâce divine que celui de cette inspiration directe. Aussi rejettent-ils tous les sacrements, même le baptême et la Cène. Chaque acte du chrétien doit être un signe de la grâce de Dieu pour lui-même et pour les autres hommes. À ces conceptions il faut relier la pratique de la conduite des affaires de la Société dans les réunions (meetings) mensuelles, trimestrielles ou annuelles, dans lesquelles réside l'autorité en matière de foi et d'administration. Tous les quakers, hommes ou femmes, y participent à égalité. Les « Anciens » n'y jouissent d'aucun pouvoir particulier, à part l'autorité morale qu'ils peuvent s'être acquise. Les décisions ne sont pas prises à la majorité des voix, mais à l'unanimité. Il s'agit d'arriver à dégager the sense of the meeting (« le sentiment de l'assemblée »), ce qui se fait soit naturellement, soit par recours à des moments de méditation silencieuse (quiet time)

[...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : docteur ès lettres et sciences humaines, maître de recherche au C.N.R.S., chargé de conférences à l'École des hautes études en sciences sociales

Classification


Autres références

«  QUAKERS  » est également traité dans :

ABOLITIONNISME, histoire de l'esclavage

  • Écrit par 
  • Jean BRUHAT
  •  • 2 930 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les origines »  : […] Si l'on néglige quelques initiatives de pionniers sans grand retentissement, les quakers sont, à la fin du xviiie siècle, les premiers qui aient mené une action coordonnée et systématique contre la traite négrière. Leur communauté de Pennsylvanie décide, en 1774, d'exclure de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/abolitionnisme/#i_25569

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Le territoire et les hommes) - Histoire

  • Écrit par 
  • Claude FOHLEN, 
  • Annick FOUCRIER, 
  • Marie-France TOINET
  •  • 33 193 mots
  •  • 55 médias

Dans le chapitre « Diversité régionale »  : […] de vue ethnique, car la vallée de l'Hudson a été colonisée par des Hollandais, le Delaware par des Suédois et la Pennsylvanie par des quakers aux mœurs simples et aux idées tolérantes. La position centrale en fait une région de contacts entre le Nord et le Sud, et c'est là que se sont développées les deux grandes villes, New York et surtout […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etats-unis-d-amerique-le-territoire-et-les-hommes-histoire/#i_25569

GRIMKÉ SARAH (1792-1873) et ANGELINA (1805-1879)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 454 mots

avec la Society of Friends. Elle finit par devenir membre de cette organisation en 1821 et quitte le Sud définitivement. Angelina suit sa sœur en 1829 et embrasse la foi quaker. Six ans plus tard, elle écrit une lettre d'approbation de principe à William Lloyd Garrison, que ce dernier publie dans son journal abolitionniste, The Liberator […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/grimke-sarah-et-angelina/#i_25569

HICKS EDWARD (1780-1849)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 330 mots

peinture d'art. Peintre de voitures et d'enseignes dès son plus jeune âge, il rejoint le regroupement religieux des quakers et consacre pendant de nombreuses années toute son énergie à son activité de prédicateur. De son vivant, c'est pour son activité pastorale qu'il est renommé . À ses funérailles, 3 000 personnes pleurent la disparition de ce […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/edward-hicks/#i_25569

LILBURNE JOHN (1614-1657)

  • Écrit par 
  • Roland MARX
  •  • 965 mots

Chef le plus célèbre du mouvement des niveleurs au temps de la révolution anglaise, John Lilburne sut allier l'action militante la plus déterminée à la réflexion idéologique la plus poussée (il est l'auteur d'une centaine de brochures au moins). Sa célébrité première se rattache à son combat contre l'intolérance de Charles I […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/john-lilburne/#i_25569

PENN WILLIAM (1644-1718)

  • Écrit par 
  • Roland MARX
  •  • 373 mots
  •  • 1 média

Né à Londres, William Penn se convertit en 1667 et devient, au grand scandale de sa famille, l'un des plus ardents militants de la foi quaker. Arrêté et emprisonné à plusieurs reprises, il doit d'abord à son père, l'amiral sir William Penn, puis, après la mort de celui-ci, à la fidélité […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/william-penn/#i_25569

ROYAUME-UNI - Histoire

  • Écrit par 
  • Bertrand LEMONNIER, 
  • Roland MARX
  •  • 43 270 mots
  •  • 67 médias

Dans le chapitre « La Grande Rébellion (1640-1660) »  : […] Gerrard Winstanley prêche un communisme agraire et chrétien, aux quakers de George Fox en passant par les plus folles ; au point d'obliger l'État à se faire le juge du recrutement des clergés paroissiaux et, en 1657, à encourager à nouveau une Église nationale non obligatoire. Révolution en partie « bourgeoise », elle […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/royaume-uni-histoire/#i_25569

WILLIAMS ROGER (1604 env.-1683)

  • Écrit par 
  • Bernard ROUSSEL
  •  • 356 mots

Fondateur de la colonie de Providence, aux confins de la Nouvelle-Angleterre, et avocat énergique de la liberté de conscience. Né en Angleterre, Roger Williams fit des études à Cambridge et se fit très tôt une idée sévère du radicalisme puritain. Il émigra en Amérique en 1630, mais se heurta à l'intransigeance des Bostoniens […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/roger-williams/#i_25569

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean SÉGUY, « QUAKERS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/quakers/