HICKS EDWARD (1780-1849)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Peintre américain, né le 4 avril 1780 à Attleborough (Pennsylvanie), mort le 23 août 1849 à Newtown, près de Philadelphie (Pennsylvanie).

Edward Hicks vient tard à la peinture d'art. Peintre de voitures et d'enseignes dès son plus jeune âge, il rejoint le regroupement religieux des quakers et consacre pendant de nombreuses années toute son énergie à son activité de prédicateur. De son vivant, c'est pour son activité pastorale qu'il est renommé . À ses funérailles, 3 000 personnes pleurent la disparition de ce grand prédicateur.

Hicks commence à peindre des tableaux à un âge avancé, et non sans une certaine réticence. Tout en craignant que l'art ne soit contraire à la religion, il prouve qu'il peut aussi donner du sens à la vie. Hicks est incapable de faire une peinture dénuée de morale ; ses tableaux s'accompagnent souvent de vers édifiants qu'il compose lui-même, comme ceux qui encadrent sa vue des chutes du Niagara.

Hicks fait partie des « primitifs » américains. Ses tableaux naïfs représentent les fermes et les paysages des États de Pennsylvanie et de New York. Mais il est surtout connu pour ses nombreuses peintures du Royaume de la Paix. Il en a peint probablement plus d'une centaine de versions, dont environ 25 nous sont parvenues. Ce thème illustre la croyance de Hicks dans une Pennsylvanie, l'État des quakers, destinée à l'accomplissement de la prophétie d'Isaïe (xi, 6-9) qui annonçait le règne de la justice et la paix parmi les hommes et les animaux. William Penn et d'autres quakers sont représentés sur la gauche du tableau, concluant le traité avec les Amérindiens, tandis que les bêtes décrites par Isaïe, parmi lesquelles jouent des enfants, sont rassemblées sur la droite. Le paysage, les personnages et les animaux composent une vision charmante et étrange des idées des quakers.

—  Universalis

Classification


Autres références

«  HICKS EDWARD (1780-1849)  » est également traité dans :

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - Les arts plastiques

  • Écrit par 
  • François BRUNET, 
  • Éric de CHASSEY, 
  • Erik VERHAGEN
  • , Universalis
  •  • 13 475 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « Le portrait, genre américain par excellence »  : […] L'Amérique préindustrielle, pauvre en grande peinture, connut une certaine floraison dans deux domaines plus populaires et historiquement liés, l'art décoratif et le portrait. Dans la Nouvelle-Angleterre, en Pennsylvanie ou en Virginie, ce sont souvent les mêmes illustrateurs, appelés limners (étymologiquement « enlumineurs »), qui répondaient aux commandes des familles ai […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etats-unis-d-amerique-arts-et-culture-les-arts-plastiques/#i_15304

Pour citer l’article

« HICKS EDWARD - (1780-1849) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/edward-hicks/