QU YUAN [K'IU YUAN] (IVe-IIIe s. av. J.-C.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Qu Yuan est le premier poète chinois dont on connaît le nom ; aussi peut-on le regarder comme fondateur de la poésie chinoise. Sa place dans la littérature chinoise est comparable à celle d'Homère dans l'histoire de la littérature européenne : si son nom est bien connu, les événements de sa vie, son existence même, sont incertains.

Aussi mythique qu'Homère

Une biographie de Qu Yuan dans les Mémoires historiques de Sima Qian, écrites au début du ier siècle avant J.-C., constate qu'il était noble du royaume de Chu, grand pays partiellement sinisé de l'époque des « Royaumes Combattants » dont la capitale était située dans la vallée centrale du fleuve Bleu, et qu'il servait à la cour du roi Huai de Chu (328-299 av. J.-C.). Selon la relation de Sima Quian, il jouit d'abord de l'amitié et de la confiance du roi, mais à la suite des calomnies de courtisans ainsi que de sa franche opposition à la politique extérieure ruineuse de la cour, il se détacha du souverain et finit par être banni. On suppose que son long poème allégorique Li sao est en partie une protestation contre cet éloignement. Pendant son exil, il mena une existence errante parmi les lacs et les fleuves de Chu méridionale, se noyant finalement dans la rivière Milo. Suivant une tradition plus tardive, les fêtes nautiques que l'on organisait dans la Chine du Sud au cinquième mois lunaire et qui se sont poursuivies jusqu'à nos jours furent établies afin d'apaiser son âme offensée.

La véracité de la biographie de Sima Qian est contestée, et il n'a pas manqué de savants tant en Chine qu'en Occident qui ont douté même de l'existence d'un Qu Yuan historique. Toutefois, la tradition selon laquelle c'est un aristocrate de Chu appelé Qu Yuan qui a écrit le Li sao dans son exil, puis s'est suicidé en se précipitant dans une rivière, est attestée dans plusieurs sources anciennes, si bien que la plupart des spé [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

  • : professeur à l'université d'Oxford (Royaume-Uni)

Classification


Autres références

«  QU YUAN [ K'IU YUAN ] ( IV e -III e s. av. J.-C.)  » est également traité dans :

CHU CI [TCH'OU TS'EU]

  • Écrit par 
  • David HAWKES
  •  • 1 060 mots

Dans le chapitre « Composition du recueil »  : […] À l'origine, le titre Chu ci paraît avoir indiqué de façon générale toutes les œuvres de l'école de Chu, plutôt qu'un recueil particulier de textes. Dans l'histoire de la dynastie Han, il est rapporté qu'on avait recommandé un savant pour un emploi à la cour impériale comme expert en Chu ci  ; ailleurs il est dit qu'un empereur avait appelé à la cour, pour lui faire réciter du Chu ci , un savant s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chu-ci-tch-ou-ts-eu/#i_18550

JIA YI [KIA YI] (201-169 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Yves HERVOUET
  •  • 684 mots

Le premier des auteurs connus de fu est Jia Yi, dont la biographie nous est retracée dans le Shi ji de Sima Qian, à la suite de celle de son grand modèle, Qu Yuan. L'historien nous trace les grandes lignes d'une existence qui a été, elle aussi, un archétype. Homme du nord de la Chine, Jia Yi était capable à dix-huit ans de réciter les classiques des documents et de la poésie, et la renommée de so […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jia-yi-kia-yi/#i_18550

Pour citer l’article

David HAWKES, « QU YUAN [K'IU YUAN] (IVe-IIIe s. av. J.-C.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/qu-yuan-k-iu-yuan/