JIA YI [KIA YI] (201-169 av. J.-C.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le premier des auteurs connus de fu est Jia Yi, dont la biographie nous est retracée dans le Shi ji de Sima Qian, à la suite de celle de son grand modèle, Qu Yuan. L'historien nous trace les grandes lignes d'une existence qui a été, elle aussi, un archétype. Homme du nord de la Chine, Jia Yi était capable à dix-huit ans de réciter les classiques des documents et de la poésie, et la renommée de son style s'était répandue dans les provinces. Il est alors recommandé à l'empereur Wen (~ 197-~ 157), souverain vertueux qui venait de monter sur le trône. Jia Yi est nommé « lettré au vaste savoir », c'est-à-dire chargé de répondre aux questions de l'empereur ou des ministres. Alors que les vieux maîtres n'osent pas parler, il ne craint pas de s'exprimer malgré son jeune âge, à la grande joie de l'empereur. Il est alors promu grand dignitaire du Palais, c'est-à-dire membre du Conseil privé de l'empereur. Dans sa première intervention, il propose une vaste réforme du calendrier, des règles vestimentaires, des noms des fonctionnaires, des rites et de la musique. Malgré les difficultés que présente la réalisation de ces propositions, l'empereur songe à le nommer prince de la Cour. Mais interviennent alors plusieurs seigneurs et hauts fonctionnaires qui, jaloux de Jia Yi, le calomnient auprès de l'empereur. Celui-ci les croit et exile Jia Yi en le nommant précepteur du fils du roi de Changsha, dans la région encore à peine chinoise du sud du Yangzi, considérée comme très insalubre.

Au cours de la première partie de sa vie, Jia Yi compose de courts essais moraux et politiques (gu wen), qui sont devenus des modèles du genre. Le plus célèbre sans doute est la « Dissertation sur les fautes des Qin », qui explique pourquoi la première dynastie impériale chinoise ne dura que quelques années. Ces courts essais ont été réunis dans un ouvrage appelé le Nouveau Livre. Arrivé à Changsha sur les bords de la Xia [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-VII, directeur de l'Institut des hautes études chinoises au Collège de France

Classification


Autres références

«  JIA YI [ KIA YI ] (201-169 av. J.-C.)  » est également traité dans :

FU [FOU], genre littéraire chinois

  • Écrit par 
  • Yves HERVOUET
  •  • 1 603 mots

Dans le chapitre « Le fu des Han »  : […] Tels sont les antécédents de ce genre littéraire qui apparaît sous le nom de fu avec la dynastie des Han (206 av.-220 apr. J.-C.). Le caractère de poésie de cour, avec les effets de vocabulaire et de style qui lui sont propres, est l'élément commun de ces divers antécédents. Des premiers fu des Han, on ne possède que le titre : il est probable qu'ils dev […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fu-fou-genre-litteraire-chinois/#i_18576

QU YUAN [K'IU YUAN] (IVe-IIIe s. av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • David HAWKES
  •  • 1 124 mots

Dans le chapitre « Une gloire fidèle et croissante »  : […] L'alliance du génie littéraire avec le martyre politique l'a rendu cher aux poètes et aux hommes politiques chinois des époques suivantes. Au ii e  siècle avant J.-C., lorsque le jeune et brillant homme d'État Jia Yi fut banni après sa disgrâce au sud du fleuve Bleu, il écrivit une Lamentation sur la mort de Qu Yuan dont il j […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/qu-yuan-k-iu-yuan/#i_18576

Pour citer l’article

Yves HERVOUET, « JIA YI [KIA YI] (201-169 av. J.-C.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jia-yi-kia-yi/