Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

QU YUAN[K'IU YUAN](IVe-IIIe s. av. J.-C.)

  • Article mis en ligne le
  • Modifié le
  • Écrit par

Le « Li sao »

Le Li sao, seul poème qu'on peut lui attribuer avec certitude, apparaît comme une sorte d'autobiographie de l'esprit. Après avoir relaté sa naissance et son lignage, le poète passe à un catalogue de ses vertus qu'il énonce en un langage allégorique, employant les fleurs et les plantes comme symboles. Il explique que le maître qu'il servait prêta l'oreille à la calomnie et le bannit. En désespoir, il quitte la terre et monte dans un char tiré par des dragons. À part quelques anathèmes lancés contre les mœurs corrompues du monde et des réflexions morales sur les temps anciens, le reste du poème raconte le voyage surnaturel, dont le but paraît la quête d'une déesse ou d'une belle dame légendaire qui sera son épouse. Mais où qu'il se dirige, aux demeures des déesses, au mont céleste de l'Ouest mystérieux, il ne rencontre que déboires et chagrin. Le poème finit sur un cri de douleur et d'angoisse. De ce bref résumé, on peut voir au moins que cette œuvre, nulle part, ne donne tort aux faits de la biographie.

Il n'est aucun doute que Li sao contient des éléments chamanistes, tels le vol aérien, la quête amoureuse d'une déesse, qui paraît ailleurs, dans le recueil Chuci, dans un contexte explicitementchamaniste. Certains traits de chamanisme ont dû être empruntés par Qu Yuan aux traditions de son pays natal, insigne à cette époque par la prédominance de ce phénomène religieux.

D'autre part, une analyse du poème fournit beaucoup d'indications, notamment que l'auteur était très entendu aux traditions culturelles du Nord, centre ancien de la civilisation chinoise, et que, malgré son originalité éclatante, la poésie de Qu Yuan est faite d'éléments préexistants et divers.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur à l'université d'Oxford (Royaume-Uni)

Classification

Pour citer cet article

David HAWKES. QU YUAN [K'IU YUAN] (IVe-IIIe s. av. J.-C.) [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Autres références

  • CHINOISE (CIVILISATION) - La littérature

    • Écrit par , , , , et
    • 47 507 mots
    • 3 médias
    ...l'allégorie qui nous intéresse ici. Le couple du prince et de son ministre y est représenté comme un couple d'amants. Voilà pourquoi les exilés politiques, tel Qu Yuan, le plus illustre de tous, ont si souvent déguisé leur ressentiment sous le voile d'une fiction sentimentale. L'exilé, rejeté par son prince,...
  • CHU CI [TCH'OU TS'EU]

    • Écrit par
    • 1 048 mots
    Wang Yi attribue sept des dix premiers à Qu Yuan (1. Li sao ; 2. Jiu ge ; 3. Tian wen ; 4. Jiu zhang ; 5. Yuan you ; 6. Bu ju ; 7. Yu fu), les deux suivants à Song Yu (8. Jiu bian ; 9. Zhao hun) ; l'auteur du dixième (10. Da zhao) reste incertain.
  • JIA YI [KIA YI] (201-169 av. J.-C.)

    • Écrit par
    • 684 mots

    Le premier des auteurs connus de fuest Jia Yi, dont la biographie nous est retracée dans le Shi ji de Sima Qian, à la suite de celle de son grand modèle, QuYuan. L'historien nous trace les grandes lignes d'une existence qui a été, elle aussi, un archétype. Homme du nord de la Chine, Jia Yi...