LI YU (1611-env. 1680)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

On a voulu voir en cet esthète un esprit superficiel qui se serait abandonné au divertissement vénal. Ne nous y trompons pas : cet écrivain « maudit » est peut-être le plus original et le plus libre que la Chine ait produit. N'a-t-il pas fallu attendre 1970 et un érudit étranger pour que l'ensemble de son œuvre soit enfin réédité ? Ne s'obstine-t-on pas à lui refuser la paternité d'un roman prohibé qui porte pourtant bien la marque de sa griffe, le Rouputuan (La Chair comme tapis de prière) ? Esprit libre s'il en fut, Li est bien le fils de ce xviie siècle chinois qui met en question tant de valeurs traditionnelles, le survivant d'une crise que la conquête mandchoue résorbe dans une restauration confucéenne. La dynastie des Ming s'effondre au milieu de sa vie : il abandonne alors toute ambition mandarinale pour vivre de son pinceau, difficilement, car il entretient une troupe entière de chanteuses qui, auprès de mécènes épisodiques, joue ses pièces. On lui en reconnaît une dizaine d'authentiques, remarquables par le sens de la construction, l'invention et la vivacité du langage. La passion du théâtre lui a inspiré les réflexions les plus pénétrantes que la dramaturgie chinoise ait produites. Par la place secondaire qu'il accorde à la musique, il manifeste une indépendance d'esprit qui se mesure mieux par rapport à l'évolution de la tradition chinoise. D'ailleurs l'ouvrage, rédigé vers 1670, Xianqing ouji, contient bien d'autres essais, genre où Li Yu est digne des grands maîtres de la fin du xvie siècle et du début du xviie, dédaignés de la littérature officielle. Eberhard, en allemand, Lin Yutang, en anglais, ont fait connaître ses délicieuses réflexions sur le charme féminin. Les célèbres Enseignements du Jardin grand comme un grain de moutarde, traduits par Petrucci en 1918, ne sont pas de lui, mais viennent de son milieu aux goûts raffinés, puisque le Jardin était sa résidence de Nankin vers 1660. Li y tenait une librairie-édition.

Même en langue vulgaire, Li Yu ne se départ pas d'une prose s [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-VII, responsable de la section d'études chinoises à l'université de Bordeaux-III

Classification

Les derniers événements

6-9 février 2021 Chine. Fin de la mission de l'OMS à Wuhan.

Li Wenliang, victime de la Covid-19, survenue il y a un an. Il avait été l’un des premiers à mettre en garde contre le coronavirus apparu à Wuhan et avait été pour cela accusé de propager de fausses informations, avant d’être réhabilité. Le 9, la mission sur les origines du SARS-CoV-2, mandatée par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et la Chine […] Lire la suite

22-28 mai 2020 Chine. Pression de l'Assemblée nationale populaire sur Hong Kong.

Li Keqiang déclare que la pandémie de Covid-19 « n’est toujours pas terminée » dans le pays. Il renonce exceptionnellement à présenter un objectif de croissance pour l’année en cours. « Nous sommes confrontés à des risques sans précédent dans notre développement et nous le resterons dans les prochaines années », reconnaît-il. Au sujet de la situation […] Lire la suite

4-17 avril 2020 Chine. Début du déconfinement de la ville de Wuhan.

Li Wenliang, réhabilité après avoir été interpellé en janvier pour avoir publié des informations sur le virus. Le 8, la ville de Wuhan (Hubei), foyer initial de l’épidémie de Covid-19 dans le monde, engage son processus de déconfinement. Le 8 également, le président Xi Jinping, lors d’une réunion du comité permanent du bureau politique du Parti communiste […] Lire la suite

2-29 février 2020 Chine. Propagation de l'épidémie de coronavirus.

Li Wenliang, l’un des huit médecins chinois interpellés début janvier pour avoir publié des informations sur le virus, puis réhabilités, suscite une vague inédite de critiques des autorités sur les réseaux sociaux. Le 12, le comité permanent du bureau politique du Parti communiste chinois (PCC) limoge le secrétaire du PCC de Wuhan ainsi que celui du […] Lire la suite

14 avril 2019 Finlande. Percée de l'extrême droite aux élections législatives.

Li Andersson – 8,2 p. 100 des voix et 16 députés. Le parti Réforme bleue, créé par les dissidents des Vrais Finlandais qui avaient choisi de demeurer au sein de la coalition gouvernementale à la suite de la rupture entre Juha Sipilä et Jussi Halla-aho, en juin 2017, n’obtient aucun élu. Le taux de participation est de 72,8 p. 100. […] Lire la suite

Pour citer l’article

André LEVY, « LI YU (1611-env. 1680) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/li-yu-1611-env-1680/