PURITANISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le terme de puritain est parfois employé pour désigner ceux qui, dans diverses confessions et à différentes époques, ont recherché un culte sans apparat et une morale très stricte, en conformité avec ce qu'ils pensaient être le christianisme originel et en opposition avec les Églises de leur temps, avec le cléricalisme, le ritualisme, les compromissions de celles-ci. Au sens historique, le puritanisme désigne le mouvement qui, aux xvie et xviie siècles, tenta en Angleterre de poursuivre la réforme doctrinale établie par les règlements d'Élisabeth au travers d'une réforme du système ecclésiastique et du rituel. On donne également le nom de puritains aux adeptes de ce mouvement qui émigrèrent en Amérique entre 1620 et 1640 et tentèrent d'y réaliser une communauté religieuse et politique conforme à leur idéal. Avec des méthodes et selon des problématiques diverses, plusieurs sociologues ont souligné le lien entre la mentalité puritaine et l'esprit du capitalisme.

La morale puritaine

La morale puritaine

Photographie

Un puritain émigré en Amérique admoneste ses compagnons colons devant une auberge, vers 1620. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Le puritanisme anglais

Dans l'Angleterre du xvie siècle, le glissement vers le protestantisme avait préservé les structures ecclésiastiques médiévales. Les cours épiscopales, le cumul des bénéfices, la vénalité des charges subsistaient, le rituel avait été fort peu modifié. Dans ces structures inchangées, les Trente-Neuf Articles, promulgués en 1571, insufflèrent une doctrine nettement protestante et plus précisément calviniste, sans définir aucune organisation ecclésiastique normative. Mais le pouvoir royal nommait les évêques, qu'il utilisait comme instrument d'administration.

Une mentalité plus réformatrice existait cependant dans certaines couches sociales, notamment dans celles qui formeront au xviie siècle la petite classe moyenne urbaine. La prédication de Wyclif et des Lollards au xive siècle avait laissé des traces. D'autre part, lors de la tentative de restauration du catholicisme par Mar [...]



1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

  • : directeur d'études émérite du groupe Sociétés, religions, laïcités au C.N.R.S.

Classification


Autres références

«  PURITANISME  » est également traité dans :

ANDREWES LANCELOT (1555-1626)

  • Écrit par 
  • Pierre-Yves PÉTILLON
  •  • 884 mots

De Lancelot Andrewes, un fragment au moins reste dans les mémoires : son évocation, dans un de ces sermons sur la Nativité qu'il prêcha chaque année, entre 1605 et 1624, le 25 décembre devant le roi Jacques I er et la cour, du voyage des Mages qui avaient vu l'étoile. T. S. Eliot reprendra presque textuellement en 1927 un passage de ces sermons dans son Voyage des Mages . En 1928, il consacre au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lancelot-andrewes/#i_959

AUTOBIOGRAPHIE

  • Écrit par 
  • Daniel OSTER
  •  • 7 548 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « L'intime »  : […] Peut-être convient-il de s'interroger brièvement sur l'émergence de cette pratique d'une écriture qui fonde sa vérité sur l'exhibition d'un sujet dont elle se donne pour l'épiphanie. Il semble que la valorisation de l' authentique et de l' intime se soit constituée à l'âge classique européen sur la séparation progressive du domaine public et du domaine privé. Ce n'est pourtant pas dans la vogue […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/autobiographie/#i_959

BAYLEY LEWIS (mort en 1631)

  • Écrit par 
  • Bernard ROUSSEL
  •  • 106 mots

D'origine écossaise, Bayley, après des études à Oxford, devint chapelain de Jacques I er , puis, en 1616, évêque de Bengor (Carnavonshire). Attaché à certaines idées puritaines, il orienta son ministère et sa réflexion moins vers des problèmes d'institution que vers des sujets d'édification personnelle. Ce fut pour lui l'origine de difficultés qui lui valurent d'être emprisonné (1621), mais qui l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lewis-bayley/#i_959

BOSTON

  • Écrit par 
  • Laurent VERMEERSCH
  •  • 1 595 mots
  •  • 2 médias

Capitale de l’État du Massachusetts et principale ville de Nouvelle-Angleterre, Boston, avec ses 673 000 habitants en 2016, est au cœur de la dixième agglomération des États-Unis (4,8 millions d’habitants). Elle est également la deuxième agglomération de la mégalopole BosWash (Boston-Washington), dont elle constitue le maillon septentrional. Sa place dans l’histoire de la nation américaine, son dy […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/boston/#i_959

BUNYAN JOHN (1628-1688)

  • Écrit par 
  • Jacques BLONDEL
  •  • 1 612 mots
  •  • 1 média

Prédicateur baptiste, controversiste, allégoriste, esprit profondément religieux, John Bunyan fut l'interprète de la génération puritaine qui refusait de reconnaître l'autorité royale et l'Église anglicane après le retour des Stuarts en 1660. Son œuvre, adressée à des humbles dont la lecture principale et quotidienne était la Bible, constitue véritablement l'épopée en prose du puritanisme anglo-s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/john-bunyan/#i_959

CAPITALISME - Sociologie

  • Écrit par 
  • Michel LALLEMENT
  •  • 3 508 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre «  Les origines du capitalisme »  : […] Au xviii e  siècle, le capitalisme industriel commence à déplier ses ailes. Dans les premiers écrits qu'il consacre à cette rupture majeure, notamment dans L'Idéologie allemande (1845-1846), Karl Marx brosse un tableau de vaste ampleur destiné à rendre raison des conditions de développement des forces productives. La séparation entre la ville et la campagne donne un coup d'envoi décisif dès le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/capitalisme-sociologie/#i_959

CARLYLE THOMAS (1795-1881)

  • Écrit par 
  • Michel FUCHS
  •  • 1 717 mots

Dans le chapitre « Unité et contradiction »  : […] À première vue, on serait tenté de penser que Carlyle est devenu un polygraphe quelconque. Pourtant, s'il est incontestable qu'il y a coupure entre Sartor Resartus et les ouvrages historiques ou politiques qui le suivent, on ne peut manquer de reconnaître à l'ensemble de son œuvre l'unité d'un style, la cohérence d'une écriture. Les nommer « calvinistes », c'est en résumer les caractéristiques. D […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/thomas-carlyle/#i_959

CECIL WILLIAM, baron BURGHLEY (1520-1598)

  • Écrit par 
  • Roland MARX
  •  • 452 mots

Élevé à la pairie en 1571, Cecil réussit une extraordinaire carrière politique : protégé de Somerset au début du règne d'Édouard VI, il survécut à la disgrâce de son maître, parvint à demeurer en grâce sous Marie Tudor, qui l'obligea à se convertir au catholicisme. Dès l'accession au trône d'Élisabeth (1558), il devint son principal secrétaire ; jusqu'à sa mort il joua le rôle d'un véritable inspi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/william-cecil/#i_959

CHANGEMENT SOCIAL

  • Écrit par 
  • François BOURRICAUD
  •  • 5 802 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La dimension endogène »  : […] Ainsi l'importance des facteurs endogènes dans le changement est-elle soulignée. Schumpeter voyait dans l'innovation une solution à la fois non nécessaire et non optimale, mais proprement créatrice, affectant les séries historiques d'une forte discontinuité et d'une irréversibilité plus ou moins marquée. Reste évidemment à se demander ce qu'il y a de proprement endogène dans l'innovation, sous pei […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/changement-social/#i_959

COTTON JOHN (1584-1652)

  • Écrit par 
  • Pierre-Yves PÉTILLON
  •  • 796 mots

Le pasteur puritain qui allait devenir la plus grande figure de « la Plantation du Seigneur » en Nouvelle-Angleterre est né en 1584. Le mouvement qui milite pour que l'Église d'Angleterre extirpe d'elle-même les « reliques du papisme » et tout ce qui subsiste dans les églises du royaume de la liturgie romaine traverse une période noire : la reine Élisabeth, afin de réduire à la discipline les préd […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/john-cotton/#i_959

ELIOT JOHN (1604-1690)

  • Écrit par 
  • Bernard ROUSSEL
  •  • 136 mots

Né en Angleterre, ordonné ministre dans l'Église anglicane, John Eliot émigra, en 1631, à Boston. Pasteur de Roxbury (1632), il prêche aux Indiens, dont il étudie les langues, à Nonantum, puis à Natick. Son activité est soutenue par la Société pour la propagation de l'Évangile dans la Nouvelle-Angleterre. Plusieurs centaines d'Indiens, qui vivent dans des cités à eux, se convertissent. Tout en pou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/john-eliot/#i_959

ÉLISABETH Ire (1533-1603) reine d'Angleterre (1558-1603)

  • Écrit par 
  • André BOURDE
  •  • 5 900 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le développement économique, social et culturel »  : […] Dans l'histoire du règne d'Élisabeth, il n'y a pas de fait plus remarquable et de plus grand avenir que le développement de la marine britannique. À cet essor, encouragé par la législation, qui lance les vaisseaux anglais sur toutes les mers du globe en quête d'aventures commerciales ou de butins, contribua toute une génération de marins intrépides : Drake, le plus protestant, le plus audacieux ; […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/elisabeth-ire/#i_959

EMERSON RALPH WALDO (1803-1882)

  • Écrit par 
  • Maurice GONNAUD
  •  • 1 564 mots

Dans le chapitre « De l'unitarisme au transcendantalisme »  : […] Né à Boston d'une famille dont les ancêtres s'étaient installés dès le xvii e siècle sur les rivages de la Nouvelle-Angleterre, fils, petit-fils et arrière-petit-fils de pasteurs, Emerson est cette figure paradoxale dans un continent nouveau : un héritier. Encore que son intelligence renie le puritanisme, il continue d'y adhérer par les fibres de son être moral. Il a la même passion d'intégrité, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ralph-waldo-emerson/#i_959

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Le territoire et les hommes) - Histoire

  • Écrit par 
  • Claude FOHLEN, 
  • Annick FOUCRIER, 
  • Marie-France TOINET
  •  • 33 175 mots
  •  • 55 médias

Dans le chapitre « Diversité régionale »  : […] Le groupe du Sud – Maryland, Virginie, Caroline du Nord, Caroline du Sud et Georgie – vit de l'exploitation du sol, divisé en plantations sur lesquelles travaillent des esclaves noirs sous la surveillance d'intendants ( overseers ). Le Sud est une région semi-tropicale, favorable à la grande culture de produits complémentaires de ceux de l'Europe ou nouveaux : tabac, maïs, riz, indigotier et, surt […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etats-unis-d-amerique-le-territoire-et-les-hommes-histoire/#i_959

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - La philosophie

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre COMETTI
  •  • 6 285 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Sources : du puritanisme au transcendantalisme »  : […] Il est à peine besoin de dire que les puritains de la Nouvelle Angleterre obéissaient à une inspiration que nourrissait leur double refus de l'Église catholique romaine et de l'aristotélisme. Leur platonisme, lui-même expression de ce refus, contribua à forger un idéal d'indépendance qui s'illustra dans leur conception de la communauté. Il s'articula à d'autres sources qui, comme la lecture de Bac […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etats-unis-d-amerique-arts-et-culture-la-philosophie/#i_959

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Marc CHÉNETIER, 
  • Rachel ERTEL, 
  • Yves-Charles GRANDJEAT, 
  • Jean-Pierre MARTIN, 
  • Pierre-Yves PÉTILLON, 
  • Bernard POLI, 
  • Claudine RAYNAUD, 
  • Jacques ROUBAUD
  •  • 40 197 mots
  •  • 25 médias

Dans le chapitre « Du puritanisme au transcendantalisme : une tradition spirituelle et intellectuelle »  : […] Le puritanisme américain a souvent mauvaise presse. Compromis naguère par les défenses maladroites de patriciens bostoniens acharnés à réhabiliter leur histoire et parfois leurs ancêtres, soucieux de prouver la supériorité intrinsèque des institutions américaines et du génie germanique dont elles procéderaient, il est toujours en butte aux attaques des libéraux, qui entendent n'y voir que théocra […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etats-unis-d-amerique-arts-et-culture-la-litterature/#i_959

HAWTHORNE NATHANIEL (1804-1864)

  • Écrit par 
  • Jean NORMAND
  •  • 2 338 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les germes oniriques »  : […] Nathaniel Hawthorne naquit à Salem dans le Massachusetts ; il mourut en voyage à Porstmouth dans le New Hampshire à l'âge de soixante ans. Très tôt orphelin de père – le capitaine Hawthorne était mort en Guyane hollandaise alors que son fils avait quatre ans –, le jeune Nathaniel fut élevé par une mère très belle, mais que son veuvage rendait distante et quelque peu austère ; il se vit, de surcroî […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nathaniel-hawthorne/#i_959

HUTCHINSON ANNE (1591 env.-1643)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 448 mots

Bannie de la colonie de la baie du Massachusetts pour ses convictions religieuses, Anne Hutchinson figure parmi les pionniers qui fondèrent la colonie de Rhode Island. Baptisée le 20 juillet 1591 à Alford, dans le Lincolnshire, en Angleterre, Anne Marbury est fille de pasteur et grandit dans une atmosphère studieuse. Elle épouse en 1612 un commerçant, William Hutchinson. Le couple décide d'émigrer […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anne-hutchinson/#i_959

LA LETTRE ÉCARLATE, Nathaniel Hawthorne - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Michel FABRE
  •  • 1 058 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le Diable à Boston »  : […] Dans ce que lui-même appelait une histoire de « la fragilité et du chagrin humains... véritablement embrasée par les feux de l'enfer », Hawthorne évoque les tragédies de la conscience malheureuse dans la colonie puritaine de la Nouvelle-Angleterre au xvii e  siècle. L'intrigue est simple et semble relever du triangle amoureux. Un vieil érudit anglais a envoyé à Boston sa jeune épouse, Hester Prynn […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-lettre-ecarlate/#i_959

MARVELL ANDREW (1621-1678)

  • Écrit par 
  • Robert ELLRODT
  •  • 1 416 mots

Dans le chapitre « Puritanisme et lyrisme »  : […] Les satires de Marvell n'ont d'intérêt que pour l'histoire politique et littéraire. Ses éloges de Cromwell lancent des gerbes d'hyperboles, mais leur force oratoire se pénètre d'émotion vraie dans l'évocation vécue de la mort. Le lyrisme sobre et dense de l' Ode horatienne élève le thème politique au diapason de la plus haute poésie. Dans l'œuvre lyrique – d'inspiration amoureuse, pastorale ou re […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/andrew-marvell/#i_959

MATHER COTTON (1663-1728)

  • Écrit par 
  • Pierre-Yves PÉTILLON
  •  • 841 mots

Petit-fils et de John Cotton et de Richard Mather, deux grands noms des premiers temps de la « Plantation du Seigneur » en Nouvelle-Angleterre, Cotton Mather, né en 1663, l'année précédant l'installation de son père Increase Mather comme pasteur de l'importante Seconde Église de Boston, a vécu dans la hantise de ce legs prestigieux. C'est un enfant du sérail, précoce, nerveux, intimidé par la stat […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cotton-mather/#i_959

MATHER INCREASE (1639-1723)

  • Écrit par 
  • Pierre-Yves PÉTILLON
  •  • 882 mots

La première génération de la Nouvelle-Angleterre, celle de John Winthrop, de John Cotton, de Thomas Hooker, avait établi sur le continent américain une « Plantation » où l'on pût vivre conformément aux ordonnances du Seigneur dans Ses Écritures. Née sur le sol américain, la seconde génération eut à consolider et à défendre cet héritage : Increase Mather en fut la figure principale. Né en 1639, fil […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/increase-mather/#i_959

PRESBYTÉRIENS

  • Écrit par 
  • Jean-Louis KLEIN
  •  • 882 mots

Constituant une dénomination protestante qui refuse l'épiscopalisme (gouvernement de l'Église par les évêques) et le congrégationalisme (autonomie des paroisses sans instance supérieure à celles-ci), les presbytériens se réclament d'une formule ecclésiale qui confie le pouvoir à des assemblées élues d'« anciens » (laïcs) et de pasteurs. Ces assemblées, nommées synodes, existent à tous les échelons […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/presbyteriens/#i_959

PROTESTANTISME - Protestantisme et société

  • Écrit par 
  • Jean BAUBÉROT
  •  • 2 439 mots

Dans le chapitre « La politique et la culture »  : […] L'existence d'un lien privilégié entre le protestantisme et la démocratie, le progrès culturel était couramment admis au xix e  siècle. Mise en question vers 1930, cette thèse est partiellement reprise aujourd'hui sous une forme nouvelle. Au cours des années soixante, on a fortement insisté sur le rôle joué par le protestantisme dans la défense de l' ordre politico-social. En société de chrétienté […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/protestantisme-protestantisme-et-societe/#i_959

RELIGION - Sociologie religieuse

  • Écrit par 
  • Olivier BOBINEAU
  •  • 6 053 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Analyse wébérienne »  : […] Pour Max Weber , la religion est une tentative d'arrachement au monde : elle peut être une distance à soi, une méthode de conduite mais aussi un prophétisme, une relation émotionnelle à une transcendance fondatrice qui produit historiquement un processus de rationalisation, que l'on désigne couramment par « désenchantement du monde ». En premier lieu, pour le sociologue allemand, la religion pr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/religion-sociologie-religieuse/#i_959

ROYAUME-UNI - Histoire

  • Écrit par 
  • Bertrand LEMONNIER, 
  • Roland MARX
  •  • 43 250 mots
  •  • 65 médias

Dans le chapitre « La Grande Rébellion (1640-1660) »  : […] Sortant de ces tensions, la Grande Rébellion naît immédiatement de la nécessité pour Charles I er de répondre à la révolte de l' Écosse par l'appel à un Parlement censé lui voter les subsides nécessaires. En 1640, le « Court Parlement », réuni le 13 avril, est dissous dès le 5 mai ; le 3 novembre, on est obligé de réunir un nouveau Parlement auquel sa longévité fait donner par l'histoire le surn […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/royaume-uni-histoire/#i_959

ROYAUME-UNI - L'empire britannique

  • Écrit par 
  • Roland MARX
  •  • 21 734 mots
  •  • 46 médias

Dans le chapitre « Les premières colonies »  : […] Les établissements coloniaux se limitent surtout à l'Amérique du Nord, en particulier avec la création, en 1607, de Jamestown, dans la baie de Chesapeake, et, en 1620, de la colonie du Massachusetts par les puritains amenés d'Angleterre sur le Mayflower du capitaine John Smith, qui les débarque à New Plymouth. De grands aristocrates ou des compagnies privées développent les établissements de Vi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/royaume-uni-l-empire-britannique/#i_959

SALEM PROCÈS DE (1692)

  • Écrit par 
  • Bernard ROUSSEL
  •  • 261 mots

L'un des ultimes procès de sorcellerie de l'Amérique coloniale. Au printemps de 1692, à Salem Village (Mass.), bourg puritain, surgit une vague d'excitation parmi des jeunes femmes, en particulier dans l'entourage du révérend Samuel Parris (1653-1720) ; son esclave, Tituba, y est aussi impliquée. Il s'ensuit une série de délations, qui n'épargnent ni les notables ni les bourgs voisins et qui sont […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/proces-de-salem/#i_959

TÊTES RONDES, histoire anglaise

  • Écrit par 
  • Roland MARX
  •  • 137 mots

Surnom donné à l'époque de la première révolution anglaise à ses partisans et en particulier aux puritains. L'expression de Têtes rondes apparaît à l'occasion de troubles populaires à Londres en 1641, lorsque la foule, composée en partie d'artisans et de compagnons, fait pression sur le Parlement pour obtenir la suspension des évêques. Elle a alors une connotation péjorative et, dans la bouche de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tetes-rondes-histoire-anglaise/#i_959

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean BAUBÉROT, « PURITANISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/puritanisme/