PURITANISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le terme de puritain est parfois employé pour désigner ceux qui, dans diverses confessions et à différentes époques, ont recherché un culte sans apparat et une morale très stricte, en conformité avec ce qu'ils pensaient être le christianisme originel et en opposition avec les Églises de leur temps, avec le cléricalisme, le ritualisme, les compromissions de celles-ci. Au sens historique, le puritanisme désigne le mouvement qui, aux xvie et xviie siècles, tenta en Angleterre de poursuivre la réforme doctrinale établie par les règlements d'Élisabeth au travers d'une réforme du système ecclésiastique et du rituel. On donne également le nom de puritains aux adeptes de ce mouvement qui émigrèrent en Amérique entre 1620 et 1640 et tentèrent d'y réaliser une communauté religieuse et politique conforme à leur idéal. Avec des méthodes et selon des problématiques diverses, plusieurs sociologues ont souligné le lien entre la mentalité puritaine et l'esprit du capitalisme.

La morale puritaine

Photographie : La morale puritaine

Un puritain émigré en Amérique admoneste ses compagnons colons devant une auberge, vers 1620. 

Crédits : MPI/ Archive Photos/ Getty Images

Afficher

Le puritanisme anglais

Dans l'Angleterre du xvie siècle, le glissement vers le protestantisme avait préservé les structures ecclésiastiques médiévales. Les cours épiscopales, le cumul des bénéfices, la vénalité des charges subsistaient, le rituel avait été fort peu modifié. Dans ces structures inchangées, les Trente-Neuf Articles, promulgués en 1571, insufflèrent une doctrine nettement protestante et plus précisément calviniste, sans définir aucune organisation ecclésiastique normative. Mais le pouvoir royal nommait les évêques, qu'il utilisait comme instrument d'administration.

Une mentalité plus réformatrice existait cependant dans certaines couches sociales, notamment dans celles qui formeront au xviie siècle la petite classe moyenne urbaine. La prédication de Wyclif et des Lollards au xive siècle avait laissé des traces. D'autre part, lors de la tentative de restauration du catholicisme par Marie Tudor, s'était constituée à Genève une communauté d'exilés dirigée par l'Écossais John Knox. Rentrés en Angleterre après l'avènement d'Élisabeth, certains d'entre eux tentèrent d'implanter sur le sol anglais les idées et la pratique des réformateurs suisses en matière de rituel et d'organisation ecclésiastique. L'Écosse, sous l'influence de Knox, venait précisément d'édifier son Église nationale sur le modèle presbytérien. Vers 1565, le vocable de puritain servit à désigner ces réformistes qui recherchaient une religio purissima. Menaçant l'épiscopat et par conséquent, aux yeux du pouvoir, la couronne elle-même, ils se virent frappés par diverses mesures dont l'application fut néanmoins longtemps freinée par le « danger espagnol ». La coupure n'était d'ailleurs pas toujours nette entre les épiscopaliens et les non-conformistes. Certains de ces derniers admettaient, au sein d'un système presbytérien synodal, la présence d'évêques ayant un pouvoir essentiellement administratif. En outre, quelques évêques étaient eux-mêmes de tendance presbytérienne.

Malgré les dispositions prises contre lui, le puritanisme restait vivace, notamment à l'université de Cambridge où l'on était hostile aux divertissements dominicaux, et où l'on voulait supprimer les ornements d'église et l'usage du surplis, et placer la table de communion au milieu de la congrégation (et non à l'extrémité est de l'église comme un autel de sacrifice). Les idées puritaines se répandirent par la diffusion de brochures et surtout grâce à la prédication. Les prêtres anglicans se montraient en général peu qualifiés pour celle-ci ; des évêques endettés vendirent à des prédicateurs – personnes pourvues de titres universitaires et, la plupart du temps, de tendance puritaine – le droit de prêcher. Le prêtre de la paroisse devait alors se contenter de l'office liturgique. Une grande partie des paroissiens se montraient avides d'apprendre et aimaient passionnément les sermons, qui leur apportaient, en même temps que l'enseignement religieux, toute une série de nouvelles et constituaient en quelque sorte des cours d'université populaire. Grâce à des collectes, à des dons et à des legs, les prédicateurs puritains purent faire face à leurs divers frais, notamment lors des procès qui leur furent intentés, quand la hiérarchie s'aperçut des dangers de ces prédications.

Les q [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

  • : directeur d'études émérite du groupe Sociétés, religions, laïcités au C.N.R.S.

Classification

Autres références

«  PURITANISME  » est également traité dans :

ANDREWES LANCELOT (1555-1626)

  • Écrit par 
  • Pierre-Yves PÉTILLON
  •  • 884 mots

De Lancelot Andrewes, un fragment au moins reste dans les mémoires : son évocation, dans un de ces sermons sur la Nativité qu'il prêcha chaque année, entre 1605 et 1624, le 25 décembre devant le roi Jacques I er et la cour, du voyage des Mages qui avaient vu l'étoile. T. S. Eliot reprendra presque textuellement en 1927 un passage de ces sermons dans son Voyage des Mages . En 1928, il consacre au […] Lire la suite

AUTOBIOGRAPHIE

  • Écrit par 
  • Daniel OSTER
  •  • 7 550 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « L'intime »  : […] Peut-être convient-il de s'interroger brièvement sur l'émergence de cette pratique d'une écriture qui fonde sa vérité sur l'exhibition d'un sujet dont elle se donne pour l'épiphanie. Il semble que la valorisation de l' authentique et de l' intime se soit constituée à l'âge classique européen sur la séparation progressive du domaine public et du domaine privé. Ce n'est pourtant pas dans la vogue […] Lire la suite

BAYLEY LEWIS (mort en 1631)

  • Écrit par 
  • Bernard ROUSSEL
  •  • 106 mots

D'origine écossaise, Bayley, après des études à Oxford, devint chapelain de Jacques I er , puis, en 1616, évêque de Bengor (Carnavonshire). Attaché à certaines idées puritaines, il orienta son ministère et sa réflexion moins vers des problèmes d'institution que vers des sujets d'édification personnelle. Ce fut pour lui l'origine de difficultés qui lui valurent d'être emprisonné (1621), mais qui l' […] Lire la suite

BOSTON

  • Écrit par 
  • Laurent VERMEERSCH
  •  • 1 596 mots
  •  • 3 médias

Capitale de l’État du Massachusetts et principale ville de Nouvelle-Angleterre, Boston, avec ses 673 000 habitants en 2016, est au cœur de la dixième agglomération des États-Unis (4,8 millions d’habitants). Elle est également la deuxième agglomération de la mégalopole BosWash (Boston-Washington), dont elle constitue le maillon septentrional. Sa place dans l’histoire de la nation américaine, son dy […] Lire la suite

BUNYAN JOHN (1628-1688)

  • Écrit par 
  • Jacques BLONDEL
  •  • 1 612 mots
  •  • 1 média

Prédicateur baptiste, controversiste, allégoriste, esprit profondément religieux, John Bunyan fut l'interprète de la génération puritaine qui refusait de reconnaître l'autorité royale et l'Église anglicane après le retour des Stuarts en 1660. Son œuvre, adressée à des humbles dont la lecture principale et quotidienne était la Bible, constitue véritablement l'épopée en prose du puritanisme anglo-s […] Lire la suite

CAPITALISME - Sociologie

  • Écrit par 
  • Michel LALLEMENT
  •  • 3 509 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre «  Les origines du capitalisme »  : […] Au xviii e  siècle, le capitalisme industriel commence à déplier ses ailes. Dans les premiers écrits qu'il consacre à cette rupture majeure, notamment dans L'Idéologie allemande (1845-1846), Karl Marx brosse un tableau de vaste ampleur destiné à rendre raison des conditions de développement des forces productives. La séparation entre la ville et la campagne donne un coup d'envoi décisif dès le […] Lire la suite

CARLYLE THOMAS (1795-1881)

  • Écrit par 
  • Michel FUCHS
  •  • 1 717 mots

Dans le chapitre « Unité et contradiction »  : […] À première vue, on serait tenté de penser que Carlyle est devenu un polygraphe quelconque. Pourtant, s'il est incontestable qu'il y a coupure entre Sartor Resartus et les ouvrages historiques ou politiques qui le suivent, on ne peut manquer de reconnaître à l'ensemble de son œuvre l'unité d'un style, la cohérence d'une écriture. Les nommer « calvinistes », c'est en résumer les caractéristiques. D […] Lire la suite

CECIL WILLIAM, baron BURGHLEY (1520-1598)

  • Écrit par 
  • Roland MARX
  •  • 452 mots

Élevé à la pairie en 1571, Cecil réussit une extraordinaire carrière politique : protégé de Somerset au début du règne d'Édouard VI, il survécut à la disgrâce de son maître, parvint à demeurer en grâce sous Marie Tudor, qui l'obligea à se convertir au catholicisme. Dès l'accession au trône d'Élisabeth (1558), il devint son principal secrétaire ; jusqu'à sa mort il joua le rôle d'un véritable inspi […] Lire la suite

CHANGEMENT SOCIAL

  • Écrit par 
  • François BOURRICAUD
  •  • 5 803 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La dimension endogène »  : […] Ainsi l'importance des facteurs endogènes dans le changement est-elle soulignée. Schumpeter voyait dans l'innovation une solution à la fois non nécessaire et non optimale, mais proprement créatrice, affectant les séries historiques d'une forte discontinuité et d'une irréversibilité plus ou moins marquée. Reste évidemment à se demander ce qu'il y a de proprement endogène dans l'innovation, sous pei […] Lire la suite

COTTON JOHN (1584-1652)

  • Écrit par 
  • Pierre-Yves PÉTILLON
  •  • 796 mots

Le pasteur puritain qui allait devenir la plus grande figure de « la Plantation du Seigneur » en Nouvelle-Angleterre est né en 1584. Le mouvement qui milite pour que l'Église d'Angleterre extirpe d'elle-même les « reliques du papisme » et tout ce qui subsiste dans les églises du royaume de la liturgie romaine traverse une période noire : la reine Élisabeth, afin de réduire à la discipline les préd […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

12 février - 3 mars 2020 France. Retrait de la candidature de Benjamin Griveaux à la Mairie de Paris.

En publiant ces documents qui datent de mai 2018, Piotr Pavlenski entend dénoncer des hommes politiques « qui mentent à leurs électeurs en imposant le puritanisme à la société, alors qu’ils le méprisent eux-mêmes ». Le performeur russe est connu pour avoir réalisé des actions de rue à caractère politique en Russie et en France. Il était recherché par la police pour avoir blessé deux personnes à l’arme blanche lors d’une soirée chez son avocat Juan Branco en décembre 2019. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean BAUBÉROT, « PURITANISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/puritanisme/