ANDREWES LANCELOT (1555-1626)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

De Lancelot Andrewes, un fragment au moins reste dans les mémoires : son évocation, dans un de ces sermons sur la Nativité qu'il prêcha chaque année, entre 1605 et 1624, le 25 décembre devant le roi Jacques Ier et la cour, du voyage des Mages qui avaient vu l'étoile. T. S. Eliot reprendra presque textuellement en 1927 un passage de ces sermons dans son Voyage des Mages. En 1928, il consacre au théologien anglican un essai, For Lancelot Andrewes, et, d'une certaine manière, son œuvre poétique, en particulier la liturgie des Quatre Quatuors, sont une méditation sur la stella prédicantium dont les sermons rythmèrent, dans le style « métaphysique » du temps et pendant tout le premier quart du xviie siècle, la vie de la cour d'Angleterre.

Lancelot Andrewes est né en 1555 à Londres d'une famille appartenant à ce milieu marchand et navigateur dont le règne d'Élisabeth Ire allait faire la fortune. 1555, c'est-à-dire le règne (1553-1558) de Mary Tudor, surnommée « Mary la Sanglante », qui donna un coup d'arrêt à la Réformation en Angleterre et entreprit de restaurer le catholicisme d'avant Henri VIII. Le 4 février 1555, le premier « martyr », John Smithfield, est brûlé à Smithfield ; à l'automne, Hugh Latimer, évêque de Worcester, et Nicholas Ridley, évêque de Londres, montent sur le bûcher à Oxford, suivis au printemps de 1556 par Thomas Cranmer, archevêque de Canberbury et principal artisan du Protestant Book of Common Prayer de 1549. Seul l'avènement en 1558 d'Élisabeth remettra l'Église d'Angleterre à la recherche de cette via media qui a fait sa gloire.

Lancelot Andrewes entre à huit ans à l'école de la « corporation des tonneliers », puis à la Merchant Taylors' School qui vient d'être fondée. Il y apprend le latin, le grec, l'hébreu, manifestant déjà cette aptitude aux langues étrangères qui lui fera étudier plus tard l'araméen, le syriaque, l'arabe et une douzaine de langues modernes. C'est en tant qu'helléniste qu'il reçoit une bourse pour Pembroke Hall, à Cambridge, en 1571. Bastio [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : professeur de littérature américaine à l'université de Paris-IV-Sorbonne et à l'École normale supérieure

Classification

Pour citer l’article

Pierre-Yves PÉTILLON, « ANDREWES LANCELOT - (1555-1626) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 janvier 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/lancelot-andrewes/