PSYCHOLOGIE DE LA SANTÉ

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La personnalité, effets pathogènes et effets protecteurs

Des observations ethnologiques ont montré que, face à des situations extrêmement stressantes (abandon, guerre, détention, torture, privations), les individus s’avèrent plus ou moins fragiles ou résistants. Cette vulnérabilité différentielle pose la question des terrains sous-jacents, biologique et psychologique. Le terrain psychologique correspond à des caractéristiques stables de la personnalité et à certaines compétences et styles comportementaux.

La personnalité comme facteur de vulnérabilité

Différentes sciences de la santé ont recherché les éventuelles associations entre profils psychologiques et développement des maladies. Dans les années 1970, le type A, décrit par Meyer Friedman et Ray Rosenman (agressivité, impatience, compétitivité), était considéré comme facteur de risque cardio-vasculaire. Puis Steven Greer et Tina Morris popularisèrent l’idée selon laquelle le type C (façade agréable, absence d’hostilité, stoïcisme, non-expression des affects négatifs et impuissance-désespoir) prédisposait au développement des cancers. Les relations observées alors entre profil de personnalité et risque de développer une pathologie ne furent pas retrouvées par les études ultérieures, réalisées avec des méthodologies plus exigeantes. Le type D, combinaison d’affectivité négative et d’inhibition sociale, semble un facteur de pronostic défavorable pour les patients (à risque cardio-vasculaire notamment). Des interventions visant à réduire les affects négatifs de patients souffrant de troubles cardio-vasculaires se sont traduites en effet par des taux moindres de morbidité et mortalité.

Certaines facettes des types A et C sont associées à des issues de santé péjoratives. Le noyau toxique du type A vis-à-vis des pathologies cardio-vasculaires serait l’hostilité-colère. Pour le type C, ce serait l’impuissance-désespoir (style d’ajustement face à l’adversité). En ce qui concerne les traits supposés pathogènes, des études prospectives montrent que l’anxiété, l’affectivité négative et le facteur N (comprenant l'impulsivit [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  PSYCHOLOGIE DE LA SANTÉ  » est également traité dans :

ÉCRITURE EXPRESSIVE

  • Écrit par 
  • Thierry OLIVE
  •  • 1 122 mots

L’écriture expressive est une technique thérapeutique qui demande à l’individu de décrire par écrit ce qu’il ressent au sujet d’un événement personnel à l’origine d’un stress ou d’une difficulté. Initialement développée par le psychologue américain James Pennebaker durant les années 1990, l’utilisation de l’écriture expressive s’inscrit dans le champ des thérapies cognitives et comportementales. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecriture-expressive/#i_56988

PERSONNALITÉ

  • Écrit par 
  • Jérôme ROSSIER
  •  • 5 262 mots

Dans le chapitre « Personnalité et santé »  : […] Dans les croyances populaires, il est courant de penser que certaines personnalités sont prédisposées à développer certains troubles somatiques ou mentaux. Les études scientifiques, dont plusieurs méta-analyses, ont démontré que la personnalité ne constitue pas un facteur de risque en soi pour la plupart des troubles somatiques, comme les tumeurs ; mais aussi que la personnalité augmente parfois […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/personnalite/#i_56988

PSYCHOLOGIE ET JUSTICE

  • Écrit par 
  • Fanny VERKAMPT
  •  • 4 415 mots

Les liens entre la psychologie et la justice ont commencé à s’établir à la fin du xix e  siècle et ont pour origine des affaires criminelles, par exemple le procès Van Puyenbroeck en 1910, parallèlement aux travaux menés dans divers champs de la psychologie. Des psychologues influents tels que Binet, Claparède, Stern ou encore Freud furent parmi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychologie-et-justice/#i_56988

Voir aussi

Pour citer l’article

Marilou BRUCHON-SCHWEITZER, « PSYCHOLOGIE DE LA SANTÉ », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychologie-de-la-sante/