PSYCHANALYSE & CONCEPT D'OPPOSITION

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La polarité du jugement

À l'opposition des deux grands groupes de pulsion vient s'articuler, dans le texte sur « La Négation » (1925), la doctrine freudienne concernant l'« origine psychologique » de la fonction du jugement. La « polarité » du jugement, négatif et positif, trouverait sa racine génétique dans le couple pulsionnel de la destruction et de l'Éros. La négation serait un « successeur de l'expulsion », dont la fonction est le propre de la pulsion de destruction. L'affirmation serait un « substitut de l'unification », dont la tendance appartient à l'Éros. Freud considère plusieurs étapes dans « la façon dont s'engendre la fonction intellectuelle à partir du jeu des motions pulsionnelles primaires ». Une étape préliminaire est représentée, « au début de la vie psychique », par le narcissisme. « Le moi-sujet [qualifié comme moi-réalité du début] coïncide avec ce qui est plaisant, le monde extérieur avec ce qui est indifférent. » Le moi n'est à ce niveau qu'une monade narcissique, une boule de plaisir, pour laquelle n'existe pas encore la différenciation d'avec le monde extérieur, autrement dit la distinction du dedans et du dehors. Vient ensuite l'étape du « moi-plaisir originel », placée sous la juridiction du principe de plaisir. Le moi y ressent des excitations de plaisir et de déplaisir, d'origine aussi bien interne qu'externe. Alors se crée la limite entre le dedans et le dehors. Le moi « veut s'introjecter tout le bon et expulser hors de lui tout le mauvais ». Ce clivage primitif entre bon et mauvais, manger et cracher, introduire et exclure présuppose le processus de perception et correspond à un premier niveau de « décision » concernant la fonction du jugement. L'étape suivante correspond à la formation du « moi-réel définitif », fonctionnant selon le principe de réalité. Elle est marquée par l'apparition de la représentation, comme reproduction plus ou moins fidèle de la perception. Cette émergence de la fonction représentative achève la différenciation du dedans et du dehors amorcée par l'étape précédente. Alors intervient la seconde « décision » concernant l'activité du jugement. Elle consiste à se prononcer non plus sur la qualité bonne ou mauvaise de l'objet perçu, mais sur l'existence réelle de l'objet de satisfaction et sur la possibilité de le retrouver à partir du contrôle des informations comprises dans le système représentatif. Ceci qui est bon (première étape) peut être retrouvé ou non comme existant dans le réel (deuxième étape). À ce niveau, le jugement « met un terme à l'ajournement par la pensée et du penser fait passer à l'agir ».

Dans son commentaire sur la Verneinung (1955), Jean Hyppolite a rattaché ces deux niveaux primitifs de décision propres à la fonction de juger à la distinction traditionnelle entre jugement d'attribution et jugement d'existence. Sur ce niveau du jugement d'existence se fonde l'apparition de la fonction symbolique, dont l'expression originelle est la forme négative du jugement. L'usage qu'elle implique de la négation marque la séparation de la fonction intellectuelle par rapport à la sphère des processus affectifs, autrement dit l'inconscient. La mise en œuvre du symbole de la négation représente une levée partielle du refoulement. Il en résulte une sorte d'acceptation intellectuelle du refoulé, sans pour autant que le refoulement soit encore supprimé. Cependant, par l'apparition du non, lequel n'existe pas encore dans l'inconscient, la pensée se libère des limitations du refoulement et accède à un premier degré d'indépendance, en s'enrichissant de contenus nouveaux nécessaires à son fonctionnement. La négation est une forme de prise de connaissance du refoulé, malgré le maintien du refoulement, qui permet l'utilisation du matériau de l'inconscient au profit de la pensée. À partir du jugement négatif se forme le jugement affirmatif, ce qui représente le moment, selon J. Hyppolite, de la négation de la négation. Cependant, note Freud, le passage de la négation à l'affirmation, la pleine acceptation intellectuelle du refoulé, dans le déroulement de la cure, ne supprime pas encore pour autant le refoulement.

D'après Freud (1925), le jugement de condamnation (Verurteilung), autrement dit le jugem [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 21 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, professeur de psychologie et d'épistémologie à l'université de Paris-Nord

Classification

Autres références

«  PSYCHANALYSE & CONCEPT D'OPPOSITION  » est également traité dans :

INCONSCIENT

  • Écrit par 
  • Christian DEROUESNE, 
  • Hélène OPPENHEIM-GLUCKMAN, 
  • François ROUSTANG
  •  • 8 260 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La logique de l'inconscient »  : […] Caractériser les processus inconscients par la condensation et le déplacement, c'est, au regard de la pensée consciente, les assimiler à l'arbitraire et à l'incohérence. Freud dit en effet que les pulsions, c'est-à-dire les motions de désir constitutives de l'inconscient, ne connaissent pas la contradiction et donc la négation , mais qu'elles persistent les unes à côté des autres sans s'influencer […] Lire la suite

LIBIDO

  • Écrit par 
  • Pierre KAUFMANN
  •  • 11 318 mots

Dans le chapitre « Le sexe de la libido à la lumière de la castration »  : […] La notion platonicienne de l'Éros repose sur le mythe de l'unité de l'androgyne primordial. De même est-ce d'un mythe que Jacques Lacan partait au congrès de Bonneval de 1960, marquant sa conception de la libido de cette touche de fantaisie que Freud tenait pour indispensable à tout progrès de sa métapsychologie : mythe de l'œuf « qui peut-être s'indique comme refoulé à la suite de Platon dans la […] Lire la suite

LINGUISTIQUE ET PSYCHANALYSE

  • Écrit par 
  • Jean-Claude MILNER
  •  • 7 201 mots

Dans le chapitre « La psychanalyse et la forme des langues »  : […] Il arrive que telle ou telle donnée de langue permette de proposer une analogie structurale éclairant le fonctionnement des processus inconscients. Ainsi, dans L' Interprétation des rêves , le terme « interprétation » ( Deutung ) relève de la philologie. Cela ne veut pas dire qu'aux yeux de Freud le rêve soit à proprement parler une langue, mais que son fonctionnement est analogue par certains t […] Lire la suite

OPPOSITION CONCEPT D'

  • Écrit par 
  • Émile JALLEY
  •  • 18 815 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Schelling »  : […] Schelling reprend à Fichte l'idée cardinale selon laquelle l'affirmation ne s'établit que sur la négation, que la source de toute activité réside dans une opposition, que rien ne se pose que par une lutte et une victoire sur son opposé. Cependant, intéressé par les travaux de son époque, en particulier dans les sciences de la nature, Schelling applique l'arsenal des concepts fichtéens à la constru […] Lire la suite

PRIVATION

  • Écrit par 
  • Baldine SAINT GIRONS
  •  • 1 102 mots

Confondre manque et privation revient à occulter la distinction soulignée par Kant dans l' Essai pour introduire en philosophie le concept de grandeur négative entre opposition logique et opposition réelle. La connexion logique n'a guère de conséquence réelle : elle comporte une négation sans position, le « manque » consistant en un simple « défaut » d'être. Ainsi un corps en repos n'est point en […] Lire la suite

SEXUALITÉ, psychanalyse

  • Écrit par 
  • Claude CONTÉ, 
  • Moustapha SAFOUAN
  •  • 4 976 mots

Dans le chapitre « Des pulsions partielles au concept de castration »  : […] De fait, la théorie psychanalytique ne pouvait éviter d'interroger de plus près le rapport de difficile voisinage du sexuel et du psychique ; et c'est ce qu'aborde Freud avec la théorie des pulsions. Ce qu'il faut retenir de l'expérience sur ce point, c'est que la sexualité n'est représentée dans le psychisme, n'y a son accès et son efficacité que sous la forme de «  pulsions partielles », c'est-à […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Émile JALLEY, « PSYCHANALYSE & CONCEPT D'OPPOSITION », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 30 novembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/psychanalyse-et-concept-d-opposition/