Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

AMBOISE CONJURATION D' (1560)

Les protestants français ont accueilli avec soulagement la mort d'Henri II en 1559. Mais les Guise conservent la suprématie politique, et la situation ne s'améliore pas, comme le prouvent l'exécution du conseiller Anne Du Bourg en 1559 et, la même année, la déclaration de Villers-Cotterêts. Or le groupe protestant a rapidement évolué depuis le milieu du siècle. Il a été rejoint par un nombre important de nobles et de soldats « qui avaient changé de foi sans avoir changé d'âme ». La haine des Guise conduit, en outre, nombre de « malcontents » dans les rangs de l'opposition. Le protestantisme français, cessant d'être exclusivement une Église, est devenu un parti. On songe à la révolte ouverte, d'autant que certains princes du sang huguenots semblent légitimer les tentatives dirigées contre les Guise « usurpateurs ». Hotman recommande le recours aux armes, que justifient de leur côté les théologiens de Strasbourg. Calvin et Coligny semblent avoir été beaucoup plus réticents. Aussi les princes du sang, Antoine de Bourbon et le prince de Condé, n'osent-ils s'attaquer ouvertement aux Guise ; ils se contentent de laisser se dérouler le procès secret de leurs adversaires. L'exécution de la condamnation est confiée à un gentilhomme réfugié à Genève : La Renaudie. Après un simulacre d'états généraux secrets réunis à Nantes, le complot aboutit à ce qu'il est convenu d'appeler la « conjuration d'Amboise ». Ayant recruté quelque cinq cents gentilshommes, La Renaudie se propose de surprendre la Cour dans la ville ouverte de Blois, le 6 mai 1560. Mais les Guise sont renseignés par de multiples canaux : avis venus d'Allemagne, révélations volontaires de l'avocat parisien huguenot des Avenelles, puis d'un gentilhomme du duc de Nevers, avertissements du cardinal de Granvelle, ministre de Philippe II. La Cour s'enferme à Amboise. La Renaudie se contente de changer ses plans : introduction clandestine d'un groupe de cinquante hommes chargés d'ouvrir les portes, attaque extérieure. Mais de Lignières trahit. Les principaux lieutenants de La Renaudie sont arrêtés dans la maison forte de Noizay, ce qui provoque la fuite des clandestins. L'attaque a cependant lieu, mais, mal organisée, échoue. La cavalerie des Guise ramasse aisément les fuyards. La Renaudie est tué le 19 mars. Les créneaux d'Amboise sont fleuris de pendus et les exécutions se transforment en spectacle. L'effet psychologique de cette orgie de vengeance est déplorable, rendant la haine inexpiable. Passant par Amboise, le père d'Agrippa d'Aubigné fait prêter à son fils le serment de venger les morts. On sait comment le fils tint sa promesse. Les guerres de religion deviennent inévitables. Les conjurés plaident, en vain, leur désir sincère de soumettre leurs doléances au roi, mais à la tête d'un groupe armé... Ils sont probablement sincères. Mais on a, en fait, dans les deux camps, basculé vers les solutions de force.

— Jean MEYER

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur à la faculté des lettres et sciences humaines de Rennes

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • HUGUENOTS

    • Écrit par Jean MEYER
    • 254 mots

    Désignant les calvinistes français, le vocable « huguenot » est doublement d'origine genevoise, puisqu'il est apparu dans cette ville dans les années 1520-1525 par une double dérivation-altération du mot allemand Eidgenossen (les compagnons du serment, désignant les confédérés...

  • PLÉIADE

    • Écrit par Gilbert GADOFFRE
    • 3 489 mots
    Ajoutons qu'à partir du moment où le complot d'Amboise (1560) met au grand jour la transformation du parti huguenot en armée clandestine encadrée par des princes de sang candidats au pouvoir, l'union sacrée contre l'ennemi commun se réalise entre gallicans et ultramontains jusqu'alors adversaires....

Voir aussi