ACHAB, roi d'Israël (874-853 av. J.-C.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Fils et successeur d'Omri. Sous le règne d'Achab, le royaume d'Israël s'étendait aussi à l'est du Jourdain, non seulement sur Galaad, mais encore sur Moab. Le royaume de Juda lui-même était subordonné à son voisin, à la fois frère et rival, du Nord. Par ailleurs, le mariage d'Achab avec Jézabel, princesse phénicienne de Sidon, faisait revivre une alliance qui remontait à l'époque de Salomon.

Tout au long du règne d'Achab eurent lieu des guerres frontalières : l'Araméen Ben-Hadad II, roi de Damas, mit le siège devant Samarie avec une coalition de trente-deux princes, mais Achab remporta une victoire, fragile, grâce aux dissensions qui existaient entre les membres de la coalition. Une autre bataille, celle d'Apheq, s'acheva aussi, de justesse, par la victoire israélite. Achab et Ben-Hadad firent la paix et conclurent un traité comprenant des clauses commerciales, mais surtout une aide mutuelle contre l'Assyrie. Cette alliance, appuyée par une coalition de nombreux princes, fut assez forte pour permettre de résister à la formidable poussée de l'Assyrien Salmanassar III à Qarqar et rendre la bataille indécise. L'armée d'Achab était, en effet, puissante puisqu'elle comprenait deux mille chars et dix mille soldats.

Peu après avoir repoussé les Assyriens, Achab rompt son alliance avec les Araméens et entreprend le siège de Ramoth-Galaad au cours duquel il est tué.

La Bible (I Rois, xvi, 29) n'est pas la seule source d'informations concernant les guerres d'Achab. Des inscriptions cunéiformes de l'époque de Salmanassar III nous en donnent la version assyrienne.

Le royaume d'Israël a connu sous le règne d'Achab une prospérité intérieure relative : de grands travaux ont été entrepris à Samarie, la capitale, en particulier la « maison d'Ivoire ». Des fouilles récentes à Megiddo attribuent à Achab les « écuries de Salomon » et les constructions hydrauliques permettant le ravitaillement en eau lors des sièges.

Par ailleurs, les fouilles de Tell-el-Farah témoignent d'un contraste frappant entre les quartiers riches et les quartiers pauvres de la ville, conséquence certaine d'une grande inégalité sociale.

Le règne d'Achab fut enfin et surtout marqué par un conflit religieux dû à l'introduction du culte de Baal en pleine Samarie par la reine Jézabel, culte qui affaiblit celui de Yahvé, Dieu d'Israël. Ce sacrilège souleva l'hostilité violente de tout un parti, exprimée par la voix indignée du prophète Élie, qui protesta également contre des procédés royaux tels que le meurtre légal de Naboth.

Ce règne marque le début d'une décadence qui ne cessera d'être dénoncée par les prophètes du viiie siècle et qui conduira à la chute de Samarie en ~ 721.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : membre de l'Association catholique française pour l'enseignement de la Bible

Classification

Autres références

«  ACHAB, roi d'Israël (874-853 av. J.-C.)  » est également traité dans :

JOSAPHAT (mort en 848 av. J.-C.) roi de Juda (870-848 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Marguerite JOUHET
  •  • 214 mots

Après la mort de Salomon (~ 931), son royaume avait été divisé en deux : le royaume septentrional d'Israël d'une part, et le royaume de Juda, au sud, d'autre part. Josaphat fut le quatrième souverain du royaume de Juda. Son nom signifie Dieu-Juge. D'après la Bible, Josaphat fut un roi sage ; il s'employa à détruire l'idolâtrie dans son royaume. Par le mariage de son fils Joran avec Athalie, la fil […] Lire la suite

PALESTINE

  • Écrit par 
  • Ernest-Marie LAPERROUSAZ, 
  • Robert MANTRAN
  • , Universalis
  •  • 31 611 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « L'époque monarchique (de la fin du xie siècle à 587 av. J.-C.) »  : […] Saül, devenu roi, s'établit à Gibéah (Tell el-Foul), située à 6 km au nord de Jérusalem, qu'il fortifia. Battu par les Philistins, il réussit à redresser la situation et décida, alors, de constituer un corps permanent de mercenaires grâce auquel il put éloigner la menace que les peuples voisins (Araméens au nord, Ammonites, Moabites et Édomites à l'est, Amalécites au sud) faisaient peser, de tous […] Lire la suite

Pour citer l’article

Marguerite JOUHET, « ACHAB, roi d'Israël (874-853 av. J.-C.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/achab/