PRÉFORMATION ET ÉPIGENÈSE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Observations en faveur de la préformation

Le naturaliste hollandais Jan Swammerdam (1637-1680) est en général considéré comme l’auteur de l’apport le plus significatif à la théorie de l’emboîtement. Car, en disséquant la chrysalide du ver à soie, il y décèle les organes enveloppés de l’insecte achevé. De cette découverte, il ne tire qu’une conséquence, toutefois révolutionnaire du point de vue scientifique : chrysalide et papillon ne sont que des formes diverses du même individu, dont la structure définitive se cache dans la forme transitoire de la chrysalide. Le savant en conclut que, dans la nature, il n’existe pas de métamorphose (selon la signification aristotélicienne du mot) ni de génération spontanée. Swammerdan ne donne pas la preuve observationnelle de l’emboîtement et il semble bien conscient des modifications profondes que les dispositifs de la larve subissent pendant le développement. Il est un observateur trop habile pour affirmer que le papillon adulte complet existe sous la cuticule de la chrysalide. Et, à plus forte raison, il ne démontre pas qu’on y trouve toutes les miniatures des insectes parfaits jusqu’à la fin des siècles. En outre, il connaît un ordre d’insectes où la métamorphose (selon la signification moderne du terme) entraîne la dissolution complète des parties larvaires, qui ne contiennent aucune structure de l’insecte achevé. Certes, Swammerdam cite la doctrine de l’emboîtement en 1672, lorsqu’il rapporte ses observations sur les œufs de grenouille, et il conclut à la preuve visible de la préexistence du têtard à la fécondation. Pourtant, en cette occasion, il réfère le système à un personnage bien plus autorisé que lui, qu’il ne nomme pas, mais dont on peut aisément comprendre qu’il s’agit de Nicolas Malebranche (1638-1715). De fait, en 1674, ce philosophe est le premier à formuler de façon complète et radicale la théorie préformationniste. Ce pr [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 11 pages



Médias de l’article

Figures marquantes de la controverse sur la préformation et l’épigenèse

Figures marquantes de la controverse sur la préformation et l’épigenèse
Crédits : Wellcome Collection

diaporama

Anatomie de l’ovaire et d’une trompe de Fallope, gravure

Anatomie de l’ovaire et d’une trompe de Fallope, gravure
Crédits : BIU Santé, Paris, cote : 034292

photographie

Spermatozoïdes humains et canins, A. Van Leeuwenhoek

Spermatozoïdes humains et canins, A. Van Leeuwenhoek
Crédits : Wellcome Collection ; CC-BY 4.0

photographie

L’homoncule humain, N. Hartsoeker

L’homoncule humain, N. Hartsoeker
Crédits : BIU Santé, Paris, cote : 07012

photographie

Tous les médias




Écrit par :

  • : professeure d'histoire des sciences, université du Piémont oriental, Verceil (Italie)

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Maria Teresa MONTI, « PRÉFORMATION ET ÉPIGENÈSE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 janvier 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/preformation-et-epigenese/