PRÉFORMATION ET ÉPIGENÈSE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Figures marquantes de la controverse sur la préformation et l’épigenèse

Figures marquantes de la controverse sur la préformation et l’épigenèse
Crédits : Wellcome Collection

diaporama

Anatomie de l’ovaire et d’une trompe de Fallope, gravure

Anatomie de l’ovaire et d’une trompe de Fallope, gravure
Crédits : BIU Santé, Paris, cote : 034292

photographie

Spermatozoïdes humains et canins, A. Van Leeuwenhoek

Spermatozoïdes humains et canins, A. Van Leeuwenhoek
Crédits : Wellcome Collection ; CC-BY 4.0

photographie

L’homoncule humain, N. Hartsoeker

L’homoncule humain, N. Hartsoeker
Crédits : BIU Santé, Paris, cote : 07012

photographie

Tous les médias


Domination de la préformation oviste

À partir de la seconde moitié du xviie siècle, le cadre philosophique dominant va profondément évoluer. Le triomphe du modèle mécaniciste cartésien provoque l’écroulement, même dans les sciences de la vie, du paradigme aristotélicien, et avec lui le rejet de facultés occultes et de vertus formatrices. Anatomie et physiologie en profitent, mais les choses se passent différemment dans le domaine de l’embryologie. La raréfaction et la fermentation, réglées par les lois universelles du mouvement, doivent expliquer la naissance de la vie dans une symétrie parfaite entre épigenèse cosmique et épigenèse embryonnaire. Pour René Descartes (1596-1650), la génération des animaux supérieurs demande encore le mélange des deux semences, mais la force qui organise la matière et dirige le développement de l’embryon n’est pas du tout une âme ni un principe vital : c’est la chaleur. La formation du fœtus est une épigenèse mécanique qui se déploie par la formation successive des parties. L’origine de la vie ne semble donc pas susciter de questions théoriques particulières mais, bien que le philosophe s’attache aux dissections et à l’observation des œufs, sa théorie est un échec : si l’on considère la complexité de l’organisme vivant, c’est mission impossible que d’expliquer sa production avec les seuls rouages que Descartes emploie pour la construction de son Monde et de son Homme.

Dans la théorie préformationniste, le problème de la formation du vivant, de ses règles et de leur spécificité éventuelle est éliminé, puisque les organes préexistent avant de devenir visibles au long du développement. Au sein de cette doctrine, il existe pourtant deux prises de position différentes, dont on verra plus loin les représentants les plus significatifs. Selon l’une, l’ébauche existe au stade de l’incubation/gestation, mais n’existe pas avant. En d’autres termes, elle ne préexiste pas à la fécondation et se forme donc lors d’un processus tout à fait naturel comme l’accouplement. [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 11 pages




Écrit par :

  • : professeur d'histoire des sciences à l'université du Piémont oriental, Verceil (Italie)

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Maria Teresa MONTI, « PRÉFORMATION ET ÉPIGENÈSE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/preformation-et-epigenese/