PRÉFORMATION ET ÉPIGENÈSE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Crépuscule de la préformation

Ce qui est une preuve pour Haller sera radicalement contesté par le jeune embryologiste allemand Caspar Friedrich Wolff (1733-1794), qui reprend de façon systématique les observations sur les œufs de poulet et donne en 1759 une interprétation rigoureusement épigénétique de la formation de l’embryon. Il réfute même les résultats de Malpighi : toutes les parties de l’embryon se façonnent progressivement au cours de l’incubation. Cependant, la grande autorité scientifique de Haller l’emporte, d’autant qu’à sa démonstration s’ajoute bientôt celle de la préexistence du têtard « mise en évidence » par Lazzaro Spallanzani (1729-1799). Le biologiste italien compare des œufs de grenouille avant et après la copulation et son microscope n’y décèle aucune transformation, à savoir aucune trace d’organisation ni avant ni après l’accouplement. Sur la base de ces (non-)observations, Spallanzani estime en 1768 avoir atteint une démonstration concluante de la préexistence : si, après la fécondation, on ne voit pas d’ébauche structurée, il faut conclure qu’il n’y a aucune force épigénétique en mesure de permettre la formation de l’embryon. Le têtard est donc préformé dans l’œuf vierge, où il n’est rendu invisible que par sa transparence. De plus, Spallanzani est convaincu d’avoir réfuté l’animalculisme et il dénie à la semence masculine un rôle biologique en soi : puisque les œufs de grenouille se développent de façon plus que remarquable avant la fécondation, il n’est pas admissible que le liquide du mâle exerce une autre fonction que la stimulation physico-chimique d’un germe déjà parfaitement préformé. Après avoir réussi à féconder des batraciens (1777), Spallanzani réfute la thèse traditionnelle de l’« aura spermatica », c’est-à-dire l’action d’une mystérieuse partie volatile de la semence. Il rattache la fécondation à la partie « concrète » du liquide et essaie d’isoler sa fraction active. À l’intérieur de l’œuf, il ne voit pourtant aucun vermisseau sper [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 11 pages



Médias de l’article

Figures marquantes de la controverse sur la préformation et l’épigenèse

Figures marquantes de la controverse sur la préformation et l’épigenèse
Crédits : Wellcome Collection

diaporama

Anatomie de l’ovaire et d’une trompe de Fallope, gravure

Anatomie de l’ovaire et d’une trompe de Fallope, gravure
Crédits : BIU Santé, Paris, cote : 034292

photographie

Spermatozoïdes humains et canins, A. Van Leeuwenhoek

Spermatozoïdes humains et canins, A. Van Leeuwenhoek
Crédits : Wellcome Collection ; CC-BY 4.0

photographie

L’homoncule humain, N. Hartsoeker

L’homoncule humain, N. Hartsoeker
Crédits : BIU Santé, Paris, cote : 07012

photographie

Afficher les 7 médias de l'article





Écrit par :

  • : professeure d'histoire des sciences, université du Piémont oriental, Verceil (Italie)

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Maria Teresa MONTI, « PRÉFORMATION ET ÉPIGENÈSE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 août 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/preformation-et-epigenese/