PRÉDICAT, linguistique

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le terme « prédicat » a été repris par la linguistique à la tradition logique. Dès l'Antiquité, ce terme a été utilisé par les logiciens pour désigner l'attribut qui est prédiqué d'un sujet. Ainsi, dans le traité des Catégories, Aristote présente-t-il les dix catégories, c'est-à-dire les dix manières dont un attribut peut être prédiqué d'un sujet, dans le cadre d'une conception dite attributive de la proposition – où celle-ci est représentée comme l'attribution d'un prédicat P à un sujet S, selon le schéma « S est P ». Par la suite, tant au Moyen Âge qu'à l'époque classique (par exemple à Port-Royal), l'analyse logique sera étroitement associée à l'analyse grammaticale. C'est au verbe que l'on reconnaîtra le double rôle, d'une part, de fournir un prédicat au sujet et, d'autre part, d'assurer la liaison entre ce prédicat et ce sujet. C'est précisément pour marquer cette dualité que la tradition décomposait le verbe, afin d'énoncer séparément la copule « est » et le prédicat P : ainsi « l'homme court » était-il analysé comme « l'homme est courant », selon la même forme schématique que « l'homme est mortel » ou « l'homme est dans la maison ». Cette représentation unique de toutes les propositions élémentaires permettait de mettre en lumière la spécificité de la proposition, c'est-à-dire du discours déclaratif, porteur d'une assertion, et donc susceptible d'être vrai ou faux.

La reprise de cette approche logique par les grammaires a longtemps conduit celles-ci à ignorer la diversité des fonctions proprement syntaxiques, puisque l'analyse de la phrase en termes de sujet /prédicat ne laissait aucun résidu. C'est à Dumarsais et à Beauzée que l'on doit d'avoir introduit dans l'Encyclopédie, à la fin du xviiie siècle, la notion de complément.

En linguistique, le terme prédicat a connu des fortunes diverses. Certaines approches ont t [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  PRÉDICAT, linguistique  » est également traité dans :

ACTANT

  • Écrit par 
  • Robert SCTRICK
  •  • 454 mots

Si l'on récuse comme entachée de mentalisme l'opposition entre sujet (ou thème) et prédicat, véritable fourre-tout auquel on peut notamment reprocher d'aplanir les reliefs de la structure, on est conduit à remanier la description des rapports formels qui lient les différents éléments d'une phrase. Par exemple, on ne peut manquer d'être frappé par le fait que figurent, dans le prédicat, des groupes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/actant/#i_86537

ADVERBE

  • Écrit par 
  • Robert SCTRICK
  •  • 311 mots

L'une des parties du discours traditionnellement définie par sa propriété sémantique de modifier le contenu du prédicat ou de l'assertion, l'adverbe présente, en outre, la possibilité récursive de se combiner avec soi-même. Les difficultés de l'analyse proviennent surtout du fait qu'on ne prend pas toujours garde au point d'incidence de l'adverbe sur le reste de l'énoncé, ce qui entraîne à la fois […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/adverbe/#i_86537

ASPECT, grammaire

  • Écrit par 
  • Catherine TRESSON
  •  • 314 mots

Si le temps grammatical situe chronologiquement l'énoncé, il n'en va pas de même de l'aspect, qui désigne le mode de déroulement du procès. On distinguera ainsi, parmi les différentes dualités du système aspectuel : le couple déterminé/indéterminé , qui oppose une action décrite quant à son but à un prédicat de valeur générale (il parle latin/il est bavard) ; le couple […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/aspect-grammaire/#i_86537

COPULE, logique

  • Écrit par 
  • Barbara CASSIN
  •  • 261 mots

Du latin copula ( cum apio , « attacher avec, ensemble ») : « lien », puis « lien charnel », copule désigne dans nos langues indo-européennes le verbe « être » dans sa fonction de prédication, c'est-à-dire de lien entre un sujet et un attribut, ou prédicat, au sein d'une proposition. Cette fonction copulative ne s'étend pas seulement aux verbes qui modu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/copule-logique/#i_86537

FONCTION GRAMMATICALE ou FONCTION SYNTAXIQUE

  • Écrit par 
  • Catherine FUCHS
  •  • 1 280 mots

Dans le chapitre « Grammaires de dépendance et grammaires de constituants »  : […] La linguistique contemporaine a vu se développer diverses théories syntaxiques, dans lesquelles la notion de fonction occupe une place plus ou moins centrale selon les cas. Au tournant des années 1950-1960, deux grands types de grammaires ont été élaborés, que l'on a coutume de désigner respectivement sous les noms de « grammaires de dépendance » et « grammaires de constituants ». C'est à Lucien […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fonction-grammaticale-fonction-syntaxique/#i_86537

LANGUES TYPOLOGIE DES

  • Écrit par 
  • Loïc DEPECKER
  •  • 8 357 mots

Dans le chapitre « Définir une logique de la langue »  : […] Cette approche a le mérite de faire ressortir certains caractères des langues qui paraissent relever de constantes de la logique. Ainsi, on tend à observer dans les langues une tendance pour l'ordre SVO, car le sujet a logiquement tendance à précéder le prédicat ( BSL 2004, p. 281). De fait, on reconnaît, au moins depuis la philosophie du Moyen Âge, qu'un énoncé se distribue […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/typologie-des-langues/#i_86537

MODALITÉ, linguistique

  • Écrit par 
  • Robert SCTRICK
  •  • 706 mots

Terme de logique dont la linguistique fait deux emplois relativement distincts : pour A. Martinet, le mot désigne les déterminants grammaticaux du nom et renvoie à la classe des « actualisateurs » défini, indéfini, singulier, pluriel. Cette acception repose sur la distinction saussurienne entre langue et parole : pour devenir des éléments du discours, les noms sont soumis à la nécessité de passer […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/modalite-linguistique/#i_86537

NÉGATION, linguistique

  • Écrit par 
  • Robert SCTRICK
  •  • 740 mots

La langue réalise de plusieurs façons l'opérateur logique fondamental qu'on appelle négation et qui a pour propriété essentielle d'inverser la valeur de vérité d'un jugement : le terme de foncteur de vérité monadique (ou singulaire) dont on le désigne parfois signifie qu'à la différence des connectifs il ne s'applique pas à l'union de deux jugements atomiques mais à un seul qu'il fait passer de la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/negation-linguistique/#i_86537

ONTOLOGIE

  • Écrit par 
  • Paul RICŒUR
  •  • 15 647 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'engagement ontologique »  : […] Une théorie de l'emploi ne règle cependant pas le problème de l'engagement ontologique par lequel nous créditons l'existence aux choses dont nous parlons ; elle se contente de le localiser en disant que c'est seulement dans un emploi déterminé que notre langage se réfère à quelque chose que nous tenons pour exister. Mais qu'est-ce que se référer ? Il faut alors revenir aux fonctions qui constituen […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ontologie/#i_86537

VOIX GRAMMATICALES

  • Écrit par 
  • Robert SCTRICK
  •  • 560 mots

L'une des catégories de la conjugaison des verbes, appelée « voix », porte essentiellement sur l'orientation du procès. On ne peut guère que la définir différentiellement, en étudiant, pour une langue donnée, la manière dont les actants du procès se distribuent par rapport à celui-ci. Le degré zéro, ou si l'on veut la forme non marquée, est appelé « voix active » par la tradition, mais le terme ne […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/voix-grammaticales/#i_86537

Voir aussi

Pour citer l’article

Catherine FUCHS, « PRÉDICAT, linguistique », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/predicat-linguistique/