ACTANT

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Si l'on récuse comme entachée de mentalisme l'opposition entre sujet (ou thème) et prédicat, véritable fourre-tout auquel on peut notamment reprocher d'aplanir les reliefs de la structure, on est conduit à remanier la description des rapports formels qui lient les différents éléments d'une phrase. Par exemple, on ne peut manquer d'être frappé par le fait que figurent, dans le prédicat, des groupes qui, une fois la structure transformée, deviendront sujets, sans qu'il y ait un changement notable de l'information. On introduit alors la notion d'actant, « être ou chose qui, à un titre quelconque, et de quelque façon que ce soit, même au titre de simples figurants et de la façon la plus passive, participent au procès » (Tesnière). Ainsi, dans l'énoncé : « L'enfant donne un baiser à sa mère », dont il est vrai qu'une bi-participation en thème/prédicat n'est pas très éclairante, on pourra compter trois actants représentés par les noms de la phrase. On voit bien que l'intérêt de cette description est d'amorcer la notion de subordination des différents syntagmes rattachés au verbe. Spécialement, des groupes considérés par la tradition comme des expansions indirectes deviennent, dans cette perspective, des seconds actants du procès ou contre-sujets du verbe passif, comme le prouveraient les paraphrases : « Un baiser est donné à la mère par l'enfant » ou « La mère reçoit un baiser de l'enfant ». Le terme actant s'inscrit alors dans l'opposition actant/circonstant, ce dernier terme étant réservé aux éléments stables de la phrase, les adverbes et équivalents.

Malheureusement la notion d'actant introduite par Tesnière pour lutter contre une « sémantisation » de la grammaire n'évite pas l'écueil intuitionniste et, malgré ses prétentions formelles, il ne s'avère pas qu'elle soit d'une grande efficacité dans une théorie purement syntaxique : au contraire, elle présuppose un savoir empirique de la paraphrase, ce que les modèles ultérieurs de la linguistique ne retiendront jamais comme procédure de découverte.

Importée de la syntaxe, la notion d'actant a été transférée au domaine de l'analyse des récits, par Propp et Greimas. Le premier arrive à un inventaire définitif et clos des « classes d'acteurs » dans le conte russe à partir du corpus de tous les contes. Le second se préoccupe surtout d'établir, à partir de schémas oppositifs structuraux, les lois de transformation qui président à la dynamique interne des séquences enchaînées dans le récit, et qu'il appelle fonctions.

—  Robert SCTRICK

Écrit par :

Classification


Autres références

«  ACTANT  » est également traité dans :

DATIF

  • Écrit par 
  • Robert SCTRICK
  •  • 178 mots

Dans le système de déclinaison des langues flexionnelles, le datif est un des cas masqués ; ce mot créé pour les grammairiens anciens (du latin dare  : « donner ») rappelle par son origine une des valeurs essentielles du cas, mais non la seule. Comme actant du procès, le groupe au datif exprime dans l'intérêt ou au détriment de qui s'effectue le procès ; mais aussi les liens […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/datif/#i_50560

GREIMAS ALJIRDAS-JULIEN (1917-1992)

  • Écrit par 
  • François RASTIER
  •  • 681 mots

Né en 1917 à Tula de parents lituaniens, Algirdas-Julien Greimas fit des études de linguistique et de philologie à Grenoble (1936-1939). L'annexion de la Lituanie par l'U.R.S.S., en 1944, et la déportation de ses parents le contraignirent à l'émigration. À la Sorbonne, il commence, en 1945, sous la direction de Charles Bruneau, une thèse de lexicologie sur le vocabulaire de la mode en 1830. Dès sa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/aljirdas-julien-greimas/#i_50560

LANGUES TYPOLOGIE DES

  • Écrit par 
  • Loïc DEPECKER
  •  • 8 357 mots

Dans le chapitre « Définir une logique de la langue »  : […] Cette approche a le mérite de faire ressortir certains caractères des langues qui paraissent relever de constantes de la logique. Ainsi, on tend à observer dans les langues une tendance pour l'ordre SVO, car le sujet a logiquement tendance à précéder le prédicat ( BSL 2004, p. 281). De fait, on reconnaît, au moins depuis la philosophie du Moyen Âge, qu'un énoncé se distribue […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/typologie-des-langues/#i_50560

RÉCIT

  • Écrit par 
  • Louis MARIN, 
  • Jean VERRIER
  •  • 8 852 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre «  Logiques du récit »  : […] Pour décrire une structure narrative, il faut d'abord définir une unité constante de mesure, de comparaison et de classement des différents récits. C'est ce qu'ont cherché Joseph Bédier dans les fabliaux ou Vladimir Propp dans les contes russes. Pour Propp, c'est la fonction, c'est-à-dire l'action d'un personnage, définie du point de vue de sa signification dans le déroulement de l'intrigue. À pa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/recit/#i_50560

STYLISTIQUE

  • Écrit par 
  • Georges MOLINIÉ
  •  • 6 184 mots

Dans le chapitre « Vers la sémiostylistique »  : […] De la sorte, on reste en présence de la dialectique du plural et du singulier, du différentiel et du typique. Et l'on est confronté aux prestiges de la plus puissante des figures, seul outil véritablement fiable d'investigation, et unique structuration objectale des faits étudiés : la répétition. Ce n'est pas par hasard qu'aujourd'hui, dans une vraie modernité au-delà la statistique lexicale, Pie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/stylistique/#i_50560

Pour citer l’article

Robert SCTRICK, « ACTANT », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/actant/