PONTORMO JACOPO CARUCCI dit (1495-1557)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La redécouverte de Pontormo a montré que l'histoire de l'art, plus que tout autre discipline, dépend des conditions historiques dans lesquelles elle s'élabore et de l'évolution du goût. Dès Vasari, en effet, Pontormo est incompris : sa farouche volonté de solitude, son désintéressement sont considérés comme folie. Ridiculisant le grand œuvre de Pontormo, aujourd'hui disparu (les fresques de San Lorenzo), le biographe se demande quand le talent du peintre « commença[-t-il] à décroître ». Il a fallu l'émerveillement d'un chercheur américain, Clapp, au début du xxe siècle, devant la Déposition de Santa Felicità à Florence (ce tableau que Jacob Burckhardt dans son Cicerone donnait comme exemple d'œuvres « maniérées par l'abus non justifié des belles formes ou soi-disant telles ») pour que l'on s'aperçût que Jacopo Carrucci n'était ni un « décadent » ni un marginal excentrique ; ou encore, pour que le statut de sa « marginalité » changeât à mesure que l'histoire de l'art, plus historicisante, prenait ses distances vis-à-vis de la norme du style dénoté par Wölfflin comme classique. Mais très vite cette gloire tardive fut elle-même étouffée par le label d'une « école » dont on fait de Pontormo l'initiateur : malgré les ouvrages de Clapp, il devint très vite dans les manuels le premier des maniéristes, cette catégorie si commode aux historiens d'art en ce qu'elle leur offrait un fourre-tout, et ce rôle qu'on lui attribua n'a conduit qu'à l'ignorance de sa spécificité.

La Déposition de Croix, J. Pontormo

Photographie : La Déposition de Croix, J. Pontormo

Jacopo Pontormo, La Déposition de Croix, 1526-1528. Huile sur bois, 313 cm × 192 cm. Santa Felicità, Florence, Italie. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

Ses débuts sont fulgurants : né en 1495, l'instable et précoce Jacopo passe, avant l'âge de vingt ans, par les ateliers de Léonard de Vinci, de Piero di Cosimo, d'Albertinelli et d'Andrea del Sarto, avec qui il ne reste pas longtemps, dit Vasari, le maître prenant ombrage des succès de son élève. Bien qu'il soit très actif durant ces années d'apprentissage (il participe aux nombreuses décorations festives dues à la présence du pape Léon X à Florence), Pontormo ne commence à donner la mesure de son talent qu'avec l'Annonciation (Santissima Annunziata) qu'il peint à fresque en 1514-1516. Très proche encore de Del Sarto dont il clarifie la couleur en supprimant les demi-teintes, il inscrit ses personnages dans une niche sur laquelle s'enlèvent leurs postures très volumétriques. Dans la Madone de San Michele Visdomini (1518), cette niche n'est plus qu'un manteau d'ombre pour la Vierge. Le schéma de composition est toujours classiquement triangulaire, mais l'axe symétrique est déplacé et toute la rhétorique de l'équilibre est rompue : le tableau n'unit ses figures que par leur communauté d'attitude et de physionomie (le sourire adorateur) et le clair-obscur qui ponctue la circularité centrifuge des personnages. Il y a moins de deux années entre ce retable et la lunette pour la villa des Médicis à Poggio a Caiano (entre-temps, Pontormo a peint son histoire de Joseph en plusieurs panneaux pour la chambre nuptiale de P. F. Borgherini). Dans cette grande fresque à laquelle Pontormo a travaillé sans ménagement, il se dégage de toute influence michelangélesque, abandonne toute dramatisation du récit. Le peu d'espace alloué aux figures pour leur contraposto (toute la surface étant prise par le décor naturel) annonce une rupture proche. La monumentalité frontale du double registre architectural de ce demi-cercle troué d'une fenêtre ronde, parapets sur lesquels s'appuient symétriquement huit personnages (quatre par « étage », quatre de chaque côté de l'oculus), comme suspendus dans un espace sans profondeur, est pernicieusement déconstruite par la sensualité des attitudes. La mythologie s'efface (il s'agit de Vertumne et Pomone) sous la grâce des poses.

Mais la vraie rupture qu'introduit Pontormo, ce sont les fresques de la chartreuse de Galluzzo (1523), près de Florence, qui la mettent en œuvre. Non seulement le style plastique d'Andrea del Sarto disparaît, non seulement les figures s'allongent gothiquement pour ne laisser subsister qu'un rythme sans matière, mais encore la couleur se fait totalement abrupte dans sa légèreté : tel turban rose a une ombre verte, tel foulard rouge un reflet blanc ou violet sur le plastron jaune d'un soldat. Certes, la flottaison des corps peut renvoyer à Dürer (et par-delà, dans la lut [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Médias de l’article

La Déposition de Croix, J. Pontormo

La Déposition de Croix, J. Pontormo
Crédits : Bridgeman Images

photographie

L'Annonciation, J. Pontormo

L'Annonciation, J. Pontormo
Crédits : Remo Bardazzi/ Electa/ Mondadori Portfolio/ Getty Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  PONTORMO JACOPO CARUCCI dit (1495-1557)  » est également traité dans :

BRONZINO ANGELO DI COSIMO DI MARIANO dit (1503-1572)

  • Écrit par 
  • Yve-Alain BOIS
  •  • 819 mots
  •  • 2 médias

Le style de Bronzino diffère assez vite de Pontormo, dont il fréquente l'atelier dès 1518-1519. Ce dernier s'étant réfugié à la chartreuse de Galuzzo pendant la peste, Angelo l'accompagne pour l'aider et s'initie (gauchement) à l'art de la fresque. Ce n'est pourtant qu'après avoir participé de près à l'ensemble célèbre de la chapelle Capponi, à Santa Felicità (Florence, 1526-1528) — on lui attribu […] Lire la suite

DÜRER ALBRECHT (1471-1528)

  • Écrit par 
  • Pierre VAISSE
  •  • 4 520 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Le moment classique de la peinture allemande »  : […] Par la puissance de son génie, Dürer a dominé sa génération, et seul Grünewald semble avoir échappé à son ascendant. Ses œuvres de jeunesse, en particulier l' Apocalypse , sont sinon la seule, du moins l'une des principales causes du changement profond de style intervenu dans la peinture allemande après 1500. Baldung, Cranach, Altdorfer, Wolf Huber lui durent beaucoup. Mais, même s'ils lui restèr […] Lire la suite

MANIÉRISME

  • Écrit par 
  • Sylvie BÉGUIN, 
  • Marie-Alice DEBOUT
  •  • 10 205 mots
  •  • 28 médias

Dans le chapitre « La Toscane »  : […] C'est autour de personnalités exceptionnelles (Pontormo, Rosso, Beccafumi) que vont se cristalliser les inquiétudes et les recherches, déjà sensibles dans les audaces colorées d'un Andrea del Sarto (1486-1531), dont l'influence fut capitale à l'Annunziata où se côtoyaient les artistes les plus doués du temps, tous ses élèves ou collaborateurs, comme Pontormo et Rosso. La méditation des chefs-d'œu […] Lire la suite

MICHEL-ANGE (1475-1564)

  • Écrit par 
  • Martine VASSELIN
  •  • 12 230 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « Le peintre et le dessinateur »  : […] Michel-Ange ne s'est jamais reconnu comme peintre, bien que ce soit dans ce domaine seulement qu'il ait pu mener à terme et seul ses entreprises. Il a accepté à contrecœur les commandes de décors peints que lui ont passées trois papes et a souffert physiquement de la dureté du travail à fresque, la technique « noble » selon l'idéal florentin mais aussi celle exigeant la plus grande maîtrise techn […] Lire la suite

Pour citer l’article

Yve-Alain BOIS, « PONTORMO JACOPO CARUCCI dit (1495-1557) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/pontormo/