SOUS-MARINE PLONGÉE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Méthodes d'intervention sous-marine

À l'heure actuelle, et vraisemblablement dans les années à venir, une intervention sous-marine peut se concevoir sous trois formes : la plongée légère d'intervention ; la plongée d'intervention avec tourelle ; la « plongée à saturation », soit à partir d'habitats de surface, soit à partir d'un habitat immergé.

Plongée légère d'intervention

Dans le premier cas, le plongeur ou le scaphandrier descend sur le chantier de travail au fond par ses propres moyens, à l'aplomb du navire support ou de la plate-forme de surface. Que l'appareil respiratoire soit autonome ou que la fourniture de gaz provienne de la surface au moyen d'un ombilical, les données essentielles de ce type de plongée restent sensiblement les mêmes. Ce qui la caractérise, c'est que les paliers de décompression au retour doivent être effectués en pleine eau.

Cette méthode est simple, rapide et ne nécessite pas une structure de surface complexe. Les limites pratiques de profondeur de travail permises par ce procédé sont actuellement de 60 mètres à l'air avec un mélange oxygène-hélium.

Plongée d'intervention avec tourelle

La plongée d'intervention avec tourelle est devenue le type classique de l'intervention sous-marine moderne. Le plongeur ne descend plus au fond par ses propres moyens à partir de la plate-forme de surface : il utilise une tourelle qui lui sert d'ascenseur et de base relais sur le fond pendant la durée du travail. Les plongeurs déjà équipés pénètrent dans la tourelle, à pression atmosphérique. La tourelle, panneaux fermés, toujours en pression atmosphérique intérieure, est soulevée par un portique, puis mise à l'eau et descendue sur le fond, tout au long de câbles guides. La tourelle est reliée à la surface par le câble de soutien, généralement électroporteur, et par un ombilical qui lui fournit le gaz respiratoire. La liaison phonique est assurée en permanence, et, grâce à un réseau fermé de télévision, les contrôleurs de surface peuvent suivre visuellement le comportement des plongeurs, aussi bien dans la tourelle que dans l'eau. Une batterie de bouteilles de gaz permet au besoin une alimentation autonome de la tourelle.

Lorsque l'immersion voulue est atteinte, les plongeurs pressurisent l'intérieur de leur habitat jusqu'à ce qu'il y ait équilibre hydrostatique avec l'extérieur. Le panneau inférieur est alors ouvert, et les plongeurs sortent. Dès que leur travail est terminé, ceux-ci rentrent dans l'habitat et ferment derrière eux la porte autoclave intérieure. La tourelle est alors ramenée sur le pont du navire, à la pression du fond.

Lorsqu'il s'agit de plongée de courte durée, elle peut être utilisée pour la décompression. Mais, dans la plupart des cas, on préfère, à l'arrivée en surface, fixer la tourelle, grâce à un collier à serrage rapide, sur un caisson de décompression. Dans ce cas, on égalise les pressions des deux enceintes, les hommes pénètrent dans le caisson où ils peuvent, dans de bonnes conditions de confort, effectuer les paliers qui progressivement les ramèneront à la pression atmosphérique.

La méthode qui vient d'être décrite permet d'intervenir efficacement et avec un bon degré de sécurité jusqu'à 90-120 mètres, sous réserve que la durée du travail sur le fond reste courte. Pour fixer les idées, on peut dire qu'une heure de séjour à 120 mètres représente un maximum ; au-delà, il faut passer à la « saturation ».

Une variante peut consister à mettre en œuvre des plongeurs à partir d'un sous-marin porteur d'un sas adapté à cet effet.

Plongée à saturation

Pour exécuter des tâches de longue durée, et dès que la profondeur dépasse de 30 à 40 mètres, il est nécessaire de disposer du personnel pendant des périodes de plusieurs heures de travail effectif. La plongée dite d'intervention n'autorisant que de courts séjours discontinus ne suffit plus. Les temps de décompression, avec tous les aléas qu'ils impliquent, sont tels que le rendement d'une équipe devient extrêmement faible.

La méthode la plus économique et la mieux adaptée est celle qui consiste à faire vivre les plongeurs dans un caisson de surface pressurisé, à la pression du fond, pendant toute la durée du travail ; plusieurs jours ou plusieurs semaines. Le personnel peut alors intervenir au fur et à mesure des besoins, descendu sur le fond à l'aide d'une tourelle, jusqu'à assurer un roulement continu, puis amené à bord dans le caisson, ou les caissons si plusieurs équipes participent à l'opération. Là, ils trouvent tout le confort voulu (couchag [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages

Écrit par :

  • : président-directeur général de la société COMEX
  • : inspecteur général de l'Institut français de recherche pour l'exploitation de la mer (Ifremer)

Classification

Autres références

«  SOUS-MARINE PLONGÉE  » est également traité dans :

AÉRO-EMBOLISME

  • Écrit par 
  • Didier LAVERGNE
  •  • 82 mots

Formation dans le sang de bulles gazeuses qui provoquent des troubles circulatoires aux conséquences variées, parfois très graves (coma irréversible). Ce phénomène est dû au brusque passage à l'état gazeux des gaz dissous dans le sang (azote surtout) ; il se produit à l'occasion de décompressions brutales telles qu'il s'en produit au cours de la remontée trop rapide des plongeurs, ou au cours de l […] Lire la suite

ARCHÉOLOGIE SOUS-MARINE

  • Écrit par 
  • Patrice POMEY, 
  • André TCHERNIA
  •  • 8 375 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Techniques de l'archéologie sous-marine »  : […] L'invention du scaphandre autonome par Cousteau et Gagnan en 1943 et la rapidité avec laquelle son usage s'est répandu après 1945 ont été à l'origine de la plupart des découvertes d'épaves, de l'intérêt du public pour l'archéologie sous-marine et du développement qu'elle a connu. Le plongeur autonome est désormais l'ouvrier normal d'une fouille sous-marine. On sait que les risques d'accidents de […] Lire la suite

BERT PAUL (1833-1886)

  • Écrit par 
  • Jacqueline BROSSOLLET
  •  • 555 mots
  •  • 1 média

Licencié en droit (1856) et en sciences naturelles (1860), docteur en médecine, Paul Bert devient, en 1863, préparateur de Claude Bernard au Collège de France. En 1866-1867, il enseigne la zoologie et la physiologie à la faculté des sciences de Bordeaux. De retour à Paris l'année suivante, il remplace Flourens à la chaire de physiologie comparée au Muséum d'histoire naturelle. En 1869, il succède […] Lire la suite

COUSTEAU JACQUES-YVES (1910-1997)

  • Écrit par 
  • Yves PACCALET
  •  • 1 592 mots
  •  • 1 média

Un nom qui a longtemps résumé la mer et la défense de l'environnement... Le « pacha » de la Calypso , l'homme au bonnet rouge, a fasciné le public. Le plongeur au grand nez, que l'invention du scaphandre autonome a mené au cœur des eaux et au sommet de la gloire, fut, dans la seconde moitié du xx e  siècle un personnage populaire dans le monde entier. Il reste le cinéaste fameux du Monde du silen […] Lire la suite

NAVIRES - Navires de guerre

  • Écrit par 
  • Régis BEAUGRAND, 
  • André BERNARDINI, 
  • Jean LE TALLEC, 
  • Marc MENEZ, 
  • Jean TOUFFAIT
  •  • 12 481 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Sécurité en plongée »  : […] Si la plongée représente pour le sous-marin un moyen privilégié d'échapper à la détection adverse, le sous-marin se trouve exposé dans cette situation à un certain nombre de risques qu'il faut connaître et apprécier, en particulier pour doter le sous-marin des moyens nécessaires à son rétablissement en cas d'accident : ce rétablissement consiste souvent en un retour en surface. Du fait de la pré […] Lire la suite

OCÉANOGRAPHIE

  • Écrit par 
  • Patrick GEISTDOERFER
  •  • 10 072 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Une océanographie française »  : […] Préparée par Jean Zay – ministre de l’Éducation nationale du Front populaire (poste qu’il conserve jusqu’à sa démission en septembre 1939 pour rejoindre l’armée française au combat) – et Jean Perrin – prix Nobel de physique en 1926 et sous-secrétaire d’État à la recherche –, la fondation du CNRS est effective le 19 octobre 1939. Après une période de sommeil durant l’occupation, il est réorganisé […] Lire la suite

OFFSHORE - Installations offshore

  • Écrit par 
  • Bernard ANDRIER, 
  • Philippe OZANNE
  •  • 12 608 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Moyens d'intervention sous-marine »  : […] Que ce soit pour l'assistance aux opérations de mise en place des infrastructures, pour les reconnaissances préalables ou pour l'inspection, voire la réparation ultérieure des installations, de nombreuses tâches exigent le recours à des plongeurs professionnels et à divers moyens d'intervention sous-marine. Si les objectifs recherchés ne sont pas les mêmes, les techniques utilisées pour cette act […] Lire la suite

RESPIRATOIRE (APPAREIL) - Physiologie

  • Écrit par 
  • Roland LEFRANÇOIS
  • , Universalis
  •  • 7 266 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La physiologie de la plongée »  : […] On traitera essentiellement des problèmes physiologiques posés par la plongée, et d'une manière plus générale des problèmes que pose l'inhalation d'un mélange respiratoire à des pressions supérieures à la normale. La plongée sans appareils, ou plongée en apnée, présente peu d'intérêt ; en effet, à cause de la faiblesse de ses réserves d'air, l'homme ne peut séjourner sous l'eau plus de quelques m […] Lire la suite

SOUS-MARINS - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Alain BOULAIRE
  •  • 608 mots

1624 Le physicien hollandais Cornelius Van Drebbel fait naviguer un bateau en bois couvert de cuir suiffé sous la surface de la Tamise (Grande-Bretagne) pendant quelques instants : le bateau est propulsé par douze rameurs. 1775 L'Américain David Bushnell invente un submersible, le Turtle , engin en bois de forme ovoïde rappelant celle de la tortue (d'où son nom), occupé par un seul homme qui le […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Henri DELAUZE, Claude RIFFAUD, « SOUS-MARINE PLONGÉE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/plongee-sous-marine/