PINDARE (517 av. J.-C./518-apr. 446 av. J.-C.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Religion et mythologie

Chaque Épinicie ('Επιν́ικιον, ou Ode triomphale), et probablement chaque poème ou à peu près, comporte un, voire des mythes insérés dans sa trame. Le poète y célèbre les dieux et y narre les exploits des héros, de ceux dont la vaillance et les vertus sont proposées en modèle au vainqueur du jour, à l'athlète qui vient de s'illustrer, comme à tous ceux qui écoutent chanter sa gloire. On sait que la mythologie grecque contient bien des détails inadmissibles en l'état de nos mœurs, et qui déjà choquaient les Anciens. Pindare refuse de les admettre : « Il m'est impossible de traiter de goinfre aucun des Bienheureux », déclare-t-il dans la Ire Olympique, à propos de Démèter affligée, dévorant sans s'en apercevoir un morceau du jeune Pélops servi par Tantale. D'autres fois, il passe sous silence ce qui lui semble inadmissible, le meurtre de Phôcos par ses frères Télamon et Pélée (Ire Néméenne) ou la triste fin de Bellérophon, haï des dieux pour son orgueil et ses blasphèmes (XIIIe Olympique). De même refuse-t-il, dans la IIIe Pythique, de reconnaître qu'Apollon ait appris par le corbeau, dont parle Hésiode, la trahison de Coronis, alors que le dieu de l'oracle de Delphes est forcément omniscient : « Toi qui n'as pas le droit de même effleurer l'inexact », lui dit le centaure Chiron (IXe Pythique). Pindare exalte, presque avant la bravoure, en tout cas avant la force brutale, les vertus morales, chasteté d'un Pélée (Ve Néméenne), volonté héroïque d'un Héraclès enfant (Ire Néméenne).

Les dieux

Zeus est, bien entendu, le premier des dieux pour Pindare qui, de même que l'Eschyle des Suppliantes ou de l'Orestie, semblerait se rapprocher du dieu suprême d'une religion monothéiste. Certes, Zeus était, chez Homère, le vrai maître des dieux, mais un tel élan n'avait là rien de comparable à ce qu'il semble être chez le lyrique thébain, qui réserve également à Apollon une place de choix, surtout dans les Pythiques et, sans doute aussi, dans les Péans.

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages




Écrit par :

  • : ancienne élève de l'École normale supérieure, professeur à l'université de Paris-X

Classification


Autres références

«  PINDARE (517 av. J.-C./518-apr. 446 av. J.-C.)  » est également traité dans :

OLYMPIQUES, Pindare - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean-François PÉPIN
  •  • 833 mots

Les Olympiques font partie des Épinicies de Pindare (518/517-446 av. J.-C.), ensemble d'odes destinées à célébrer les vainqueurs des compétitions athlétiques. La grande majorité de l'œuvre du poète grec, né à Thèbes, nous est inconnue ; ne nous sont parvenus que quatre livres des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/olympiques/#i_22588

GRÈCE ANTIQUE (Civilisation) - Langue et littérature

  • Écrit par 
  • Joseph MOGENET, 
  • Jacqueline de ROMILLY
  •  • 8 250 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Lyrique chorale »  : […] Vers le début du v e siècle, la littérature atteint son point culminant en Grèce continentale, et particulièrement à Athènes qui bénéficie, entre autres éléments, de la réputation que lui confère sa victoire dans les guerres médiques. Cependant, c'est en dehors de l'Attique, mais non sans rapport avec elle, que naît et se développe la lyrique ch […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/grece-antique-civilisation-langue-et-litterature/#i_22588

JEUX OLYMPIQUES, Grèce antique

  • Écrit par 
  • Pierre LAGRUE
  •  • 8 360 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « De la mythologie à l'histoire »  : […] Concernant la naissance des jeux Olympiques, la mythologie propose plusieurs scénarios, dont l'un est le plus communément admis et attribue leur création au héros Pélops. Tantale, roi de Lydie et père de Pélops, sert son fils en guise de mets aux dieux de l'Olympe pour éprouver leur clairvoyance. À l'exception de Déméter, qui mange son épaule, aucun des dieux ne s'y trompe : ils redonnent vie à P […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jeux-olympiques-grece-antique/#i_22588

JEUX OLYMPIQUES - La renaissance des Jeux

  • Écrit par 
  • Pierre LAGRUE
  •  • 5 065 mots

Dans le chapitre « Les fouilles d'Olympie »  : […] L' existence des jeux Olympiques de l'Antiquité est attestée par plusieurs écrits, notamment les Olympiques de Pindare ( v e  siècle avant J.-C.) : celles-ci font partie des Épinicies , un ensemble d'odes destinées à célébrer les vainqueurs des compétitions sportives de la Grèce antique. Quatre livres d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jeux-olympiques-la-renaissance-des-jeux/#i_22588

LYRISME

  • Écrit par 
  • Jamel Eddine BENCHEIKH, 
  • Jean-Pierre DIÉNY, 
  • Jean-Michel MAULPOIX, 
  • Vincent MONTEIL, 
  • René SIEFFERT
  •  • 10 721 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Aux sources du lyrisme »  : […] L'histoire du lyrisme apparaît liée à celle de la subjectivité. Dès la Grèce antique, l'épanouissement du lyrisme a accompagné la prise de conscience de la valeur de la vie individuelle. Les fragments d'Archiloque (env. vii e  s. av. J.-C.) ne chantent encore que des désirs furtifs et des fortunes de guerre, tandis que la poésie de Saphô (qui pass […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lyrisme/#i_22588

MYTHE - Épistémologie des mythes

  • Écrit par 
  • Marcel DETIENNE
  •  • 8 612 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un savoir frontière »  : […] Toute l'entreprise d'une science des mythes va dans ce sens. De Müller à Lang, de Tylor à Kühn et à Decharme, les « pères fondateurs » de la mythologie-savoir ont les yeux fixés sur le monde grec. L'élément sauvage et absurde, reconnu soudainement dans les histoires familières de la mythologie policée, et dénoncé comme un scandale, reçoit la caution des anciens Grecs, qui ont été choqués, eux les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mythe-epistemologie-des-mythes/#i_22588

PINDARIQUE ODE

  • Écrit par 
  • Barbara CASSIN
  •  • 330 mots

Nous sont parvenus quatre des dix-sept livres de poèmes pindariques recensés par Aristophane de Byzance : les Olympiques , les Pythiques , les Isthmiques , et les Néméennes , toutes « épinicies », ou odes triomphales, mais nous manquent presque toujours les indications du lyrisme choral ; parfois on ne sait éta […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ode-pindarique/#i_22588

Voir aussi

Pour citer l’article

Jacqueline DUCHEMIN, « PINDARE (517 av. J.-C./518-apr. 446 av. J.-C.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/pindare/