PILES & ACCUMULATEURS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Pile au bioxyde de manganèse-zinc

Pile au bioxyde de manganèse-zinc
Crédits : Encyclopædia Universalis France

diaporama

Accumulateur au plomb : décharge

Accumulateur au plomb : décharge
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Accumulateur au plomb : recharge

Accumulateur au plomb : recharge
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Batterie de démarrage d'un véhicule

Batterie de démarrage d'un véhicule
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Tous les médias


Les piles électriques, les accumulateurs et les piles à combustible appartiennent à la famille des générateurs électrochimiques. Ils possèdent tous la propriété de fournir l'électricité à partir de deux réactions électrochimiques réalisées sur deux électrodes baignant dans un électrolyte. D'une façon générale, sur l'une des électrodes, appelée cathode, un oxydant est réduit grâce à un apport d'électrons de l'électrode tandis que simultanément sur l'autre électrode, l'anode, un réducteur est oxydé en y libérant des électrons. La valeur de chaque potentiel d'électrode est donnée par la loi de Nernst.

Les piles électriques, désignées également sous le nom de piles, ou générateurs primaires, déchargent leur énergie électrique sans avoir la possibilité de revenir à leur état initial. Elles diffèrent sur ce point des accumulateurs ou générateurs secondaires qui peuvent, après décharge, subir les réactions inverses si on leur fournit de l'extérieur de l'énergie électrique.

Les piles à combustible se distinguent des piles précédentes en ne nécessitant aucune recharge, sinon un apport permanent de réactifs aux électrodes : combustible à l'anode, comburant à la cathode.

Les piles sèches

Les piles primaires utilisent la transformation irréversible de l'énergie chimique en énergie électrique, ce qui revient à dire qu'un système stable dans un état A subit une transformation en un état stable B, de plus faible énergie potentielle, lorsque les deux pôles de la pile sont reliés par un conducteur.

La figure montre le schéma de principe du fonctionnement d'une pile classique au bioxyde de manganèse. Elle comprend, comme partie active, du zinc et du bioxyde de manganèse. Lors du fonctionnement, chaque atome de zinc libère 2 électrons et passe en solution sous forme ionisée de valence + 2. Ces électrons sont captés par le bioxyde de manganèse (dans lequel le manganèse est à la valence + 4), qui se transforme en oxyde de Mn3+. Donc, pour une molécule de bioxyde de manganèse, on utilise une demi-molécule de [...]

Pile au bioxyde de manganèse-zinc

Pile au bioxyde de manganèse-zinc

Dessin

Schéma de principe (a) et vue en coupe (b) d'une pile classique au bioxyde de manganèse. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages




Écrit par :

  • : ingénieur en chef à la société Fulmen
  • : ingénieur, adjoint au directeur des techniques d'applications énergétiques à l'Institut français du pétrole
  • : directeur de la division produits industriels à la Compagnie industrielle des piles électriques

Classification


Autres références

«  PILES & ACCUMULATEURS  » est également traité dans :

PILE DE VOLTA

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 157 mots
  •  • 1 média

En 1800, le physicien italien Alessandro Volta (1745-1827) invente la première pile électrique. La découverte de l'électricité animale par Luigi Galvani (1737-1798) avait conduit Volta à étudier, dès 1792, les conditions d'excitation des muscles d'une gre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pile-de-volta/#i_2985

BOROPHÈNE

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 986 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Vers des piles à borophène ? »  : […] Les modèles théoriques actuels prévoient que le borophène pourrait avoir une conductivité électrique exceptionnellement élevée, surpassant celle du graphène. La synthèse du borophène ouvre la voie à une étude expérimentale approfondie de ses propriétés, et sans doute à de nombreux développements technologiques. Une première application possible du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/borophene/#i_2985

BUNSEN ROBERT WILHELM (1811-1899)

  • Écrit par 
  • Georges KAYAS
  •  • 472 mots
  •  • 1 média

Après sa thèse de doctorat, Enumeratio ac descriptio hygrometrorum (1830), Bunsen est nommé privat dozent à Göttingen (1833), puis il succède à Wöhler à l'école polytechnique de Kassel (1836). En 1838, il est professeur extraordinaire à Warburg, puis professeur en titre (1842) ; dix ans plus tard, il succède à Léopold Gmelin à Heidelberg, où il a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/robert-wilhelm-bunsen/#i_2985

CHIMIE - Histoire

  • Écrit par 
  • Élisabeth GORDON, 
  • Jacques GUILLERME, 
  • Raymond MAUREL
  •  • 11 163 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « La chimie des interfaces »  : […] Elle concerne toutes les réactions et plus généralement tous les phénomènes qui s'effectuent à l' interface de deux milieux : liquide-solide, solide-solide, solide-gaz. Elle joue un très grand rôle en biologie ainsi que dans de nombreux domaines de la chimie (catalyse hétérogène, électrochimie, science des matériaux, membranes, problèmes d'adhésion […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chimie-histoire/#i_2985

ÉLECTRICITÉ - Histoire

  • Écrit par 
  • Jacques NICOLLE
  •  • 6 199 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Découverte de la pile »  : […] Alessandro Volta (1745-1827) dépassa en les rejetant les idées de Galvani : il remarqua, à la suite d'expériences faites par Sulzer en Suisse, que, si l'on place la langue entre deux rondelles constituées par deux métaux différents reliés par un fil conducteur, on éprouve une sensation acide ou alcaline suivant l'ordre dans lequel sont placés les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/electricite-histoire/#i_2985

ÉLECTROCHIMIE

  • Écrit par 
  • Jacques SIMONET
  •  • 6 283 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Processus de recharge d'un générateur électrochimique. Électrolyse »  : […] Il peut être réalisé dans le cas où les processus sont chimiquement réversibles à chacune des électrodes, par l'insertion dans le circuit extérieur d'un générateur de courant constant, branché en opposition et dont le potentiel est au moins supérieur à celui de la tension nominale E. Dans ce cas, la polarité des électrodes s'inverse. Pour ce qui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/electrochimie/#i_2985

ÉNERGIE - La notion

  • Écrit par 
  • Julien BOK
  •  • 7 639 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Systèmes de conversion d'énergie »  : […] On peut soit transformer l'énergie « primaire » disponible en électricité facile à transporter (problème le plus important), soit transporter directement la source d'énergie (combustible) à l'endroit où elle est utilisée. Voyons les principaux systèmes de conversion employés pour chaque type de source d'énergie. L'énergie hydroélectrique (énergie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/energie-la-notion/#i_2985

HORLOGERIE

  • Écrit par 
  • Claude ATTINGER, 
  • André BEYNER
  •  • 7 799 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Piles électriques pour montres »  : […] Génératrice de courant par transformation de l'énergie chimique, la pile électrique est connue depuis les travaux de Galvani (1790) et de Volta (1800). La consommation d'énergie d'une montre électronique est très faible : – une montre simple à deux aiguilles (heures et minutes) peut fonctionner à une puissance moyenne inférieure à 0,4 μW ; – une mo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/horlogerie/#i_2985

INTERACTIONS (physique) - Électromagnétisme

  • Écrit par 
  • Bernard DIU
  •  • 4 620 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Le courant électrique  »  : […] Depuis Thalès de Milet ( vi e  siècle av. J.-C.) jusqu'à l'orée du xix e  siècle (Alessandro Volta en 1800), l'électricité demeura statique. Sa connaissance n'en progressa pas moins de façon significative : invention de la « bouteille de Leyde » (Petrus van Musschenbroek en 1745), ancêtre du condensateur ; construction de « machines électrostatiqu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/interactions-physique-electromagnetisme/#i_2985

LECLANCHÉ GEORGES (1839-1882)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 263 mots

Inventeur français qui a mis au point en 1866 la pile qui porte son nom. Né en 1839 à Paris, d'un père juriste fermement engagé dans l'opposition au second Empire, Georges Leclanché accompagne sa famille en exil en Grande-Bretagne où il fait ses premières études. De retour en France, après une formation à l'École centrale des arts et manufactures, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/georges-leclanche/#i_2985

MANGANÈSE

  • Écrit par 
  • Bernard DUBOIS, 
  • Jacques FAUCHERRE, 
  • Gil MICHARD, 
  • Clotilde POLICAR, 
  • Jean-Louis VIGNES
  •  • 6 467 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre «  Usages »  : […] En sidérurgie, en dehors de son rôle de désoxydant et de désulfurant des aciers, le manganèse est essentiellement un élément d'alliage qui permet d'augmenter la limite d'élasticité des aciers. Il abaisse la température de transformation de l'austénite en ferrite et permet ainsi d'éviter l'accumulation de cémentite aux joints de grains. Il joue aus […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/manganese/#i_2985

MÉTALLOGRAPHIE - Essais physico-chimiques

  • Écrit par 
  • Gérard BERANGER
  •  • 4 415 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Mesure des forces électromotrices »  : […] Les piles électrochimiques ont été utilisées avec succès depuis de nombreuses années pour déterminer des grandeurs thermodynamiques, notamment les variations d'enthalpie libre de Gibbs et les activités. La relation entre la force électromotrice (f.é.m.) E d'une pile réversible et la variation d'enthalpie libre de Gibbs ΔG 0 pour la réaction chimiq […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/metallographie-essais-physico-chimiques/#i_2985

POLARISATION, électrochimie

  • Écrit par 
  • Bernard CARTON
  •  • 262 mots

On appelle tension de polarisation la différence entre la force électromotrice théorique d'une pile et la force électromotrice réelle. Une pile électrochimique fonctionnant dans des conditions irréversibles comme source d'électricité verra, par exemple, sa tension s'abaisser au-dessous de la valeur théorique ; inversement, s'il y a électrolyse, la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/polarisation-electrochimie/#i_2985

STIMULATION CARDIAQUE

  • Écrit par 
  • Jacques-Alexandre TRIGANO
  •  • 984 mots

L'évolution de la stimulation cardiaque depuis les années 1970 a été marquée tout à la fois par une simplification de la procédure opératoire, une prodigieuse évolution du matériel, le pacemaker , et un redéploiement des études portant sur les indications de cette thérapeutique. Les indications de la stimulation cardiaque proviennent d'atteintes po […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/stimulation-cardiaque/#i_2985

SUPERCONDUCTEURS IONIQUES

  • Écrit par 
  • Philippe COLOMBAN
  •  • 6 473 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Accumulateurs »  : […] Les accumulateurs électriques présentent un certain nombre d'avantages par rapport aux autres systèmes de stockage d'énergie : temps de réponse et disponibilité propres à l'énergie électrique, absence de pollution de l'environnement et bonne rentabilité économique ; les calculs faits en 1976 aux États-Unis avaient déjà montré que la filière « conve […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/superconducteurs-ioniques/#i_2985

THERMODYNAMIQUE - Thermodynamique chimique

  • Écrit par 
  • Pierre SOUCHAY
  •  • 7 295 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les piles chimiques »  : […] Lorsqu'on plonge un métal (du zinc par exemple) dans une solution d'un de ses sels (ions Zn 2+ ), il s'établit une différence de potentiel entre le métal et la solution, qu'on explique par un équilibre métal-ions avec les électrons libres du métal du type : Pour le cuivre, on aurait de même : Dans les conditions ordinaires, l'émission d'ions par l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/thermodynamique-thermodynamique-chimique/#i_2985

VOLTA ALESSANDRO (1745-1827)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 419 mots
  •  • 1 média

Physicien italien connu pour ses travaux fondamentaux sur l'électricité et son invention de la pile électrique, Alessandro Volta est né le 18 février 1745 à Côme. Nommé professeur de physique au lycée de Côme en 1774, il y met au point l'électrophore, première machine électrique à influence, qui lui permet d'accomplir de nombreuses expériences. Il […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alessandro-volta/#i_2985

Voir aussi

Pour citer l’article

Jacques MANDIL, Yves BRÉELLE, Raymond VIC, « PILES & ACCUMULATEURS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 mars 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/piles-et-accumulateurs/