HORLOGERIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Montre mécanique et montre à diapason

Montre mécanique et montre à diapason
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Foliot et échappement à roue de rencontre

Foliot et échappement à roue de rencontre
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Mesure du temps et des fréquences : évolution historique

Mesure du temps et des fréquences : évolution historique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Échappement à ancre pour montre

Échappement à ancre pour montre
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Tous les médias


Depuis des millénaires, l'homme s'est préoccupé de la mesure du temps qui règle ses activités. À l'origine, c'est l'observation directe du Soleil qui permit de connaître l'heure, soit par la longueur de l'ombre portée par un style vertical, le gnomon, soit par la direction de cette ombre, au moyen du cadran solaire, dont le style est parallèle à l'axe du monde. Ces appareils servaient à la détermination de l'heure locale.

Environ 3 000 ans avant J.-C., sont apparues en Égypte les clepsydres, ou horloges à eau ; plus tard, au quatorzième siècle de notre ère, les sabliers sont couramment utilisés. Ces appareils mesurent le temps par l'écoulement d'un fluide, eau ou sable. Ils ne permettent pas de déterminer l'heure mais servent à sa conservation durant un temps plus ou moins long. Il s'agit donc en fait des premiers garde-temps. La précision de tels instruments est toujours très faible, mais suffisante si le temps mesuré est court. Les sabliers ne sont plus guère utilisés de nos jours qu'à titre décoratif ou pour certains emplois ménagers.

On appelle communément horloge, un dispositif entièrement mécanique où l'écoulement continu du fluide est remplacé par le mouvement discontinu d'un rouage à roues et pignons dentés ; l'énergie est fournie par un poids et restituée par petites impulsions discrètes à un organe, l'échappement, agissant lui-même sur un régulateur, le pendule. Dans les montres et les horloges transportables, le poids moteur est remplacé par un ressort enroulé en spirale et le pendule par le système balancier-spiral.

Quand Galilée eut établi les lois du mouvement du pendule, il entrevit la possibilité d'en faire un régulateur mais c'est à Christiaan Huygens que revient l'honneur d'avoir créé en 1657 la première horloge à pendule pesant et, en 1675, la première montre à résonateur balancier-spiral.

Dès le xviie siècle, on a cherché à utiliser les horloges pour la détermination de la longitude en mer. En 1762, John Harrison gagna le prix du Par [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 12 pages




Écrit par :

  • : docteur ès sciences physiques de l'Université de Neuchâtel (Suisse), ancien sous-directeur du Laboratoire suisse de recherches horlogères à Neuchâtel, département de chronométrie
  • : ingénieur horloger à l'université de Neuchâtel, directeur technique d'Ébauches S.A., ingénieur conseil en microtechnique

Classification


Autres références

«  HORLOGERIE  » est également traité dans :

HORLOGE À POIDS

  • Écrit par 
  • Olivier LAVOISY
  •  • 229 mots

Le développement des horloges à poids, premières horloges mécaniques, date du milieu du xive siècle. Les premières mentions évoquent des machines de gros volume (plusieurs mètres cubes) installées dans les tours : la première horloge publique frappant les heures est érigée à Milan en 1335, alors que les horloges domestiques n'apparaissent qu'à la fin […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/horloge-a-poids/#i_12534

AUTOMATE

  • Écrit par 
  • Jean-Claude BEAUNE, 
  • André DOYON, 
  • Lucien LIAIGRE
  •  • 6 638 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'héritage byzantin et arabe en Occident »  : […] Le double héritage arabe et byzantin sera reçu par les savants espagnols et palermitains : Roger II de Sicile (1130-1154) et surtout Frédéric II (1194-1254) accueillent savants et mécaniciens chrétiens, juifs, musulmans et leur font construire les admirables jardins à automates qui enchanteront Robert d'Artois de passage en Sicile (1270). Le goût des automates se répand en Occident avec les récits […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/automate/#i_12534

BESANÇON

  • Écrit par 
  • Serge ORMAUX
  •  • 1 021 mots
  •  • 2 médias

Chef-lieu du département du Doubs et capitale de la région Franche-Comté jusqu’au 31 décembre 2015, Besançon comptait 120 200 habitants en 2012 et se trouvait au cœur d'une aire urbaine de 246 800 personnes. Située au contact des plateaux jurassiens et du bas-pays, elle constitue l'une des pièces maîtresses de l'axe du Doubs, qui concentre la majeure partie de la population franc-comtoise. À l'éc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/besancon/#i_12534

CHINOISE (CIVILISATION) - Sciences et techniques

  • Écrit par 
  • Jean-Claude MARTZLOFF
  •  • 6 597 mots

Dans le chapitre « Astronomie »  : […] L'astronomie ( tianwen ) constitue un ensemble de spéculations et de pratiques tournées vers l'utilisation des phénomènes célestes à des fins politiques. Les astronomes-astrologues-calendéristes ( chouren ) étaient des fonctionnaires affectés au bureau d'Astronomie (significativement, la nomenclature chinoise des étoiles et constellations s'inspire bien […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chinoise-civilisation-sciences-et-techniques/#i_12534

GENÈVE

  • Écrit par 
  • Bernard DEBARBIEUX, 
  • Paul GUICHONNET, 
  • Patrick PIGEON
  • , Universalis
  •  • 4 564 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « L'affirmation du rôle international (1603-1798) »  : […] Après la grave récession qui suit la disparition des foires, Genève devient l'un des plus grands centres européens d'accumulation de richesses. Au-delà de son environnement proche, la cité tisse un réseau de relations lointaines. La révocation de l'édit de Nantes (1685) lui vaut le nouvel apport de population française du « second refuge », mais l'accroissement démographique est lent et on ne déno […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/geneve/#i_12534

HUYGENS CHRISTIAAN (1629-1695)

  • Écrit par 
  • Pierre COSTABEL
  •  • 2 191 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Voyages et maturité »  : […] Constantijn Huygens désirait pour ses fils le complément de formation et l'ouverture d'esprit que donnent les séjours à l'étranger, et ses relations dans le milieu de la diplomatie lui donnaient des moyens puissants. Christiaan en profita à trois reprises (1655, 1660-1661, 1663-1664) et combla les vœux paternels. En 1655, il n'arrivait pas à Paris les mains vides : il avait publié un petit traité […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/christiaan-huygens/#i_12534

JURA

  • Écrit par 
  • Georges CHABOT, 
  • Paul CLAVAL, 
  • André GUILLAUME, 
  • Solange GUILLAUME
  • , Universalis
  •  • 4 448 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Vers de nouveaux équilibres »  : […] La rigueur du climat et le compartimentage du relief demeurent, mais l'isolement cède devant les moyens modernes : la chaîne est franchie par des autoroutes au nord et au sud ; des routes express désenclavent les villes de la montagne suisse ; les rames du T.G.V. gagnent Genève, Lausanne et Besançon. Les aéroports internationaux de Bâle, Zurich et Genève ouvrent une partie des centres jurassiens a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jura/#i_12534

LE ROY JULIEN DAVID (1724-1803)

  • Écrit par 
  • Christopher Drew ARMSTRONG
  •  • 1 911 mots

Dans le chapitre « Une famille des Lumières »  : […] La famille Le Roy se composait de Julien Le Roy (1686-1759), horloger du roi, et de ses quatre fils : Pierre (1717-1785), horloger du roi et membre de l'Académie d'Angers ; Jean-Baptiste (1720-1800) membre des Académies des sciences et de la marine, de la Royal Society, de l'American Philosophical Society et de l'Institut de France ; Julien-David (1724-1803), membre des Académies d'architecture, d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/julien-david-le-roy/#i_12534

LIPMANN FRED (1905-1996)

  • Écrit par 
  • Philippe DENOIX
  •  • 985 mots

Le nom de Fred Lipmann, entrepreneur visionnaire, patron de l'horlogerie Lip à Besançon, est associé à la révolution électronique dans l'horlogerie, aux difficultés du monde occidental à affronter la jeune industrie asiatique et aux espoirs socialistes autogestionnaires enfantés par le plus long conflit social de l'histoire industrielle française (de 1973 à 1981). En 1939, il succède à son père E […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fred-lipmann/#i_12534

SUISSE

  • Écrit par 
  • Bernard DEBARBIEUX, 
  • Frédéric ESPOSITO, 
  • Bertil GALLAND, 
  • Paul GUICHONNET, 
  • Adrien PASQUALI, 
  • Dusan SIDJANSKI
  • , Universalis
  •  • 24 362 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Des montagnes très présentes, notamment en images »  : […] La Suisse est bel et bien un pays de montagnes. Le Jura couvre 10 p. 100 de la superficie du pays et les Alpes près de 60 p. 100. Toutefois, avec moins d’un tiers de la population suisse, ces deux régions naturelles sont beaucoup moins densément peuplées que le Plateau. Ce couloir long de 250 kilomètres, qui va du défilé du Rhône en aval de Genève aux frontières allemande et autrichienne, regroup […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/suisse/#i_12534

TECHNIQUES HISTOIRE DES

  • Écrit par 
  • Bruno JACOMY
  •  • 7 214 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre «  Le Moyen Âge et la Renaissance »  : […] Le dynamisme du x e  siècle occidental a eu pour conséquence à long terme l'émergence d'une unité européenne. Entre le xii e et le xv e  siècle, l'Europe occidentale va renaître sous l'influence de facteurs fort variés : l'avènement du moulin à e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/histoire-des-techniques/#i_12534

Voir aussi

AFFICHAGE cristaux liquides    ANCRE mécanisme    AUTORÉGULATION    BALANCIER    CHRONOMÉTRIE    COMPÉTITION SPORTIVE    COMPOSANTS ÉLECTRONIQUES    ÉCHAPPEMENT mécanisme    ÉLINVAR    ÉTALON métrologie    FOLIOT    FUSÉE horlogerie    GEORGE GRAHAM    HEURE    INVAR    MONTRE    PESANTEUR    QUARTZ    RÉGULATEUR    RÉSONATEUR physique    ROUAGE    SECONDE unité    TEMPÉRATURE    TEMPS ATOMIQUE INTERNATIONAL    TRANSISTORS & THYRISTORS    T.U.    T.U.C.

Pour citer l’article

Claude ATTINGER, André BEYNER, « HORLOGERIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/horlogerie/