BADOGLIO PIETRO (1871-1956) maréchal italien

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Officier d'artillerie, Pietro Badoglio prend part à la campagne d'Afrique (1896-1897) puis sert dans l'état-major, au cours de la guerre de Libye. Quand éclate le premier conflit mondial, il est lieutenant-colonel, au commandement de la IIe armée. En août 1916, il se signale par un fait d'armes, enlevant, à la tête d'une colonne d'infanterie, la position du Sabotino. Dans la retraite de Caporetto (oct.-nov. 1917), son action est loin d'être exempte de critiques, mais il est cependant nommé sous-chef d'état-major du nouveau généralissime, Diaz, avec lequel il collabore à la reconstitution des forces militaires italiennes. Chef de la commission d'armistice, commissaire extraordinaire en Vénétie Julienne, il est appelé à la tête de l'état-major général (1919-1921).

Ses responsabilités dans l'avènement du fascisme sont certaines. Il mesure les chances de succès de Mussolini, mais ne prend pas ouvertement parti. Il donne à Victor-Emmanuel III des indications ambiguës sur les sentiments de l'armée, induisant le souverain à refuser la proclamation de l'état de siège et la dispersion, par la force, de la « marche sur Rome » d'octobre 1922.

Rallié à la dictature triomphante, Badoglio accomplit diverses missions diplomatiques. Après avoir repris son poste de chef d'état-major, il est envoyé en Libye, en qualité de gouverneur (janv. 1929-nov. 1933). Lors de la campagne d'Éthiopie, alors que l'attaque italienne piétine sous le commandement de De Bono, il prend la direction des opérations et lance une série de puissantes offensives contre Addis-Abeba, où il entre le 5 mai 1936.

À partir de 1938, conscient de l'impréparation militaire et économique de l'Italie au seuil de la guerre, vers laquelle l'entraîne l'Allemagne, il est opposé à l'intervention, mais ne démissionne pas de son poste. Pour les mêmes raisons, il s'oppose à l'attaque contre la Grèce et, après l'échec de la campagne, il est sacrifié au mécontentement des milieux fascistes, le 4 décembre 1940, et cesse toute activité politique.

Victor Emmanuel III

Photographie : Victor Emmanuel III

Victor Emmanuel III (1869-1947) roi d'Italie (1900-1946), passe en revue la garnison du château Saint-Ange, à Rome, en 1940. Il est accompagné du général Diaz et de Pietro Badoglio (1871-1956), chef d'état-major général. 

Crédits : General Photographic Agency/ Hulton Royals Collection/ Getty Images

Afficher

Il commence la seconde phase de sa carrière lorsqu'il est pressenti par le roi, le 25 juillet 1943, pour former un gouvernement après l'élimination de Mussolini. Partageant le désir de Victor-Emmanuel III de ne pas apporter de changement profond au régime et de continuer un fascisme sans le Duce, il obtient des Alliés un armistice le 3 septembre 1943, mais ne sait ni prévoir ni contenir la réaction des Allemands qui occupent Rome et l'Italie centrale et septentrionale. Il abandonne alors précipitamment la capitale, avec le roi et une partie du gouvernement, pour s'établir à Brindisi. Son ministère, réduit, est étroitement contrôlé par les Anglo-Américains. Churchill traite Badoglio en ennemi vaincu, et non en cobelligérant. Il le contraint à accepter les clauses aggravées du « long armistice » signé à Malte le 29 septembre. Badoglio tente alors de jouer la carte américaine et de donner une plus grande représentativité à son gouvernement en l'élargissant. Mais les partis antifascistes refusent leur concours, posant comme condition l'abdication du roi. Badoglio forme alors un second cabinet, remplaçant par des sous-secrétaires d'État les ministres demeurés à Rome et exerçant son pouvoir sur les régions restituées à l'administration italienne (11 févr. 1944). Au printemps 1944, Togliatti rentre d'U.R.S.S. et se déclare disposé à la collaboration avec la monarchie : le 22 avril, Badoglio peut constituer un troisième gouvernement, incluant les antifascistes.

Mais, au lendemain de la libération de Rome, les formations politiques du Conseil national de la résistance refusent la reconduction de Badoglio au pouvoir ; le 10 juin, il est remplacé par Ivanoe Bonomi. Déchu de son siège de sénateur pour son rôle sous la dictature (30 mars 1946), il se retire à Grazzano, où il meurt après avoir dicté un livre de souvenirs (L. Vailati, Badoglio raconta, 1955). Avide de titres et de bénéfices matériels que le fascisme lui décerna à profusion, il avait été l'un des nantis du régime.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  BADOGLIO PIETRO (1871-1956) maréchal italien  » est également traité dans :

GUERRE MONDIALE (SECONDE)

  • Écrit par 
  • Henri MICHEL
  •  • 19 598 mots
  •  • 103 médias

Dans le chapitre « La guerre en Italie et la chute de Mussolini »  : […] C'est l'Italie qui met bas les armes la première. Le 10 juillet 1943 se produit l'attaque sur la Sicile . La supériorité alliée est tellement écrasante que les aérodromes et les fortifications ont été entièrement détruits avant le débarquement. En deux jours, 80 000 hommes sont débarqués, avec 7 000 véhicules et 300 chars. La campagne de Sicile dure 39 jours, la résistance italienne est presque nu […] Lire la suite

ITALIE - Histoire

  • Écrit par 
  • Michel BALARD, 
  • Paul GUICHONNET, 
  • Jean-Marie MARTIN, 
  • Jean-Louis MIÈGE, 
  • Paul PETIT
  •  • 27 454 mots
  •  • 42 médias

Dans le chapitre « Déclin et chute du fascisme »  : […] Les sanctions marquent la rupture définitive avec les démocraties et le rapprochement avec l'Allemagne hitlérienne et les autres dictatures qui vont s'instaurer dans le monde. Le régime se durcit, dans une imitation du militarisme nazi, une intensification de la propagande et du culte de la personnalité du Duce. Le comte Galeazzo Ciano, gendre de Mussolini et ministre des Affaires étrangères, es […] Lire la suite

VICTOR-EMMANUEL III (1869-1947) roi d'Italie (1900-1946) empereur d'Éthiopie (1936-1943) et roi d'Albanie (1939-1943)

  • Écrit par 
  • Paul GUICHONNET
  •  • 1 047 mots
  •  • 1 média

Troisième souverain de la monarchie unitaire. Le règne de Victor-Emmanuel sera le plus long, le plus chargé d'événements dramatique de l'Italie contemporaine. Son père Humbert I er , autoritaire et porté au gouvernement personnel, sa mère Marguerite de Savoie, ambitieuse et cultivée, aggravent le complexe d'infériorité qui lui vient de son physique ingrat et de sa petite taille. En 1896, il épouse […] Lire la suite

Pour citer l’article

Paul GUICHONNET, « BADOGLIO PIETRO (1871-1956) maréchal italien », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/pietro-badoglio/