BONOMI IVANOE (1873-1951)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Homme d'État italien dont la carrière, comme celle de son contemporain Orlando, se partage en deux grands moments séparés par la longue parenthèse du fascisme. Devenu journaliste socialiste, Ivanoe Bonomi milite, aux côtés de Bissolati, dans la tendance réformiste qui l'emporte au congrès de 1902. Il soutient ensuite la guerre de Libye et, au congrès de 1912, il est exclu du parti socialiste. Appelé au gouvernement, il représente les socialistes indépendants de droite dans le cabinet Boselli (juin 1916-oct. 1917), dans les formations Orlando (oct. 1917-juin 1919) et Giolitti (janv. 1920-juill. 1921). Le 15 mai 1921, il avait été élu député sur la liste du « bloc national » comprenant des candidats fascistes. Après la chute du dernier gouvernement Giolitti, il devient président du Conseil le 4 juillet 1921. Devant la montée de la violence, son attitude mêle à une fermeté épisodique une bienveillance qui le fait s'entremettre pour la conclusion d'un « pacte de conciliation » (2 août 1921) entre socialistes et squadristes (formation fasciste), accord bien vite renié par les partisans de Mussolini. Lors de la dépression économique des années 1920-1922, sa politique financière mécontente les grands capitalistes qui soutiennent le fascisme et, à l'extérieur, la difficile application du traité de Rapallo avec la Yougoslavie suscite les critiques des nationalistes. Le 17 février 1922, Bonomi est renversé. Croyant à la prochaine « normalisation » du fascisme, il se laisse abuser par les assurances légalistes prodiguées par Mussolini. Au sein d'un parti socialiste divisé, il ne s'oppose pas résolument aux audaces croissantes des partisans du Duce.

Bonomi se rend compte tardivement de la nature réelle de la dictature, dont il est désormais l'adversaire. Candidat d'opposition aux élections du 6 avril 1924, il n'est pas réélu. Au lendemain de l'assassinat de Matteotti, il soumet au roi des documents qui établissent la responsabilité du fascisme dans le crime [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  BONOMI IVANOE (1873-1951)  » est également traité dans :

ITALIE - Histoire

  • Écrit par 
  • Michel BALARD, 
  • Paul GUICHONNET, 
  • Jean-Marie MARTIN, 
  • Jean-Louis MIÈGE, 
  • Paul PETIT
  •  • 27 438 mots
  •  • 42 médias

Dans le chapitre « La Grande Guerre et la « victoire mutilée » »  : […] En 1914, comme la déclaration de guerre est le fait de l'Allemagne, l'Italie fait jouer une clause de la Triplice prévoyant cette éventualité, pour proclamer sa neutralité. Dans sa majorité, le pays désire demeurer en dehors du conflit. Le gouvernement est soumis, par les deux camps, à une intense pression diplomatique, pour l'inciter à entrer en g […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/italie-histoire/#i_18393

Pour citer l’article

Paul GUICHONNET, « BONOMI IVANOE - (1873-1951) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ivanoe-bonomi/