VICTOR-EMMANUEL III (1869-1947) roi d'Italie (1900-1946) empereur d'Éthiopie (1936-1943) et roi d'Albanie (1939-1943)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Troisième souverain de la monarchie unitaire. Le règne de Victor-Emmanuel sera le plus long, le plus chargé d'événements dramatique de l'Italie contemporaine. Son père Humbert Ier, autoritaire et porté au gouvernement personnel, sa mère Marguerite de Savoie, ambitieuse et cultivée, aggravent le complexe d'infériorité qui lui vient de son physique ingrat et de sa petite taille. En 1896, il épouse Hélène Petrovitch-Niegoch, fille du prince Nicolas de Monténégro, qui lui donne cinq enfants. De goûts simples, esprit sans grande envergure, mais instruit et doté de bon sens, Victor-Emmanuel III est un caractère très fermé, avec un fond de scepticisme et de froideur.

Son règne se divise en trois périodes. De son avènement (juill. 1900, au lendemain de l'assassinat de son père) à la fin de la Première Guerre mondiale, il respecte la pratique constitutionnelle de non-ingérence dans le gouvernement intérieur, mais il intervient dans les questions militaires et la politique étrangère. Il laisse se développer l'action de Giolitti, et son ouverture aux problèmes économiques et sociaux lui vaut l'appellation de roi socialiste. Fort peu germanophile, il est sensible aux revendications irrédentistes et à la tradition risorgimentale d'accord avec la France, tandis que ses alliances de famille le portent vers la Russie. Aussi n'est-il pas étranger au désengagement relatif de l'Italie vis-à-vis de la Triplice et du rapprochement avec Paris et Londres. En 1915, il prend, avec Salandra et Sonnino, la décision de l'intervention italienne au côté de l'Entente.

La deuxième phase commence en 1922, avec la crise de l'État libéral et la montée du fascisme. Les responsabilités de Victor-Emmanuel III dans l'avènement de la dictature sont évidentes. Les mobiles en sont complexes : défiance envers les hommes politiques et les partis ; crainte de se voir écarté au profit de son cousin, le duc Emmanuel-Philibert d'Aoste, populaire chef de [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  VICTOR-EMMANUEL III (1869-1947) roi d'Italie (1900-1946) empereur d'Éthiopie (1936-1943) et roi d'Albanie (1939-1943)  » est également traité dans :

ALBANIE

  • Écrit par 
  • Anne-Marie AUTISSIER, 
  • Odile DANIEL, 
  • Christian GUT
  •  • 22 079 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « L'occupation italienne (1939-1944) »  : […] Une assemblée fantoche, réunie dès le 12 avril 1939, offrit la couronne au roi d'Italie, Victor-Emmanuel III . Les mesures d'« union » entre les deux pays aboutissaient à une véritable colonisation de l'Albanie et toute une organisation fasciste était mise en place. Pour se faire accepter, les Italiens se lancèrent dans de grands travaux (bonification des terres, travaux publics, érection de bâtim […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/albanie/#i_17520

BADOGLIO PIETRO (1871-1956) maréchal italien

  • Écrit par 
  • Paul GUICHONNET
  •  • 726 mots
  •  • 1 média

Officier d'artillerie, Pietro Badoglio prend part à la campagne d'Afrique (1896-1897) puis sert dans l'état-major, au cours de la guerre de Libye. Quand éclate le premier conflit mondial, il est lieutenant-colonel, au commandement de la II e armée. En août 1916, il se signale par un fait d'armes, enlevant, à la tête d'une colonne d'infanterie, la position du Sabotino. Dan […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pietro-badoglio/#i_17520

BONOMI IVANOE (1873-1951)

  • Écrit par 
  • Paul GUICHONNET
  •  • 785 mots

Homme d'État italien dont la carrière, comme celle de son contemporain Orlando, se partage en deux grands moments séparés par la longue parenthèse du fascisme. Devenu journaliste socialiste, Ivanoe Bonomi milite, aux côtés de Bissolati, dans la tendance réformiste qui l'emporte au congrès de 1902. Il soutient ensuite la guerre de Libye et, au congrès de 1912, il est exclu du parti socialiste. Appe […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ivanoe-bonomi/#i_17520

ITALIE - Histoire

  • Écrit par 
  • Michel BALARD, 
  • Paul GUICHONNET, 
  • Jean-Marie MARTIN, 
  • Jean-Louis MIÈGE, 
  • Paul PETIT
  •  • 27 438 mots
  •  • 42 médias

Dans le chapitre « Déclin et chute du fascisme »  : […] Les sanctions marquent la rupture définitive avec les démocraties et le rapprochement avec l'Allemagne hitlérienne et les autres dictatures qui vont s'instaurer dans le monde. Le régime se durcit, dans une imitation du militarisme nazi, une intensification de la propagande et du culte de la personnalité du Duce. Le comte Galeazzo Ciano, gendre de Mussolini et ministre des Affaires étrangères, es […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/italie-histoire/#i_17520

MARCHE SUR ROME (1922)

  • Écrit par 
  • Sylvain VENAYRE
  •  • 218 mots
  •  • 1 média

L'Italie du début des années 1920 est un État en crise, écartelé entre les nationalistes qui exploitent, avec Gabriele D'Annunzio, le thème de la « victoire mutilée » (l'Italie, dans le camp des vainqueurs en 1918, n'avait pas obtenu les satisfactions territoriales qu'elle attendait), et les forces révolutionnaires qui, stimulées par l'exemple de la Révolution russe de 1917, ont menacé les institu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marche-sur-rome/#i_17520

MUSSOLINI BENITO (1883-1945)

  • Écrit par 
  • Pierre MILZA
  •  • 3 761 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La guerre et la fin du fascisme (1940-1945) »  : […] C'est à bien des égards l'échec de cette « révolution culturelle du fascisme » (De Felice) qui conduit Mussolini à faire entrer son pays dans la guerre en juin 1940, contre le sentiment quasi unanime de la classe dirigeante, des chefs de l'armée et du peuple italien. En choisissant de lier son sort à celui de l'Allemagne, le Duce ne vole pas seulement au secours d'une victoire qui paraît acquise. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/benito-mussolini/#i_17520

Pour citer l’article

Paul GUICHONNET, « VICTOR-EMMANUEL III (1869-1947) - roi d'Italie (1900-1946) empereur d'Éthiopie (1936-1943) et roi d'Albanie (1939-1943) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/victor-emmanuel-iii/