TEILHARD DE CHARDIN PIERRE (1881-1955)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le style et la symbolique

Fait heureux, le phénoménologue, le métaphysicien, le théologien et a fortiori le mystique qu'est Teilhard dispose d'un bel outillage stylistique. Chez lui, des notions comme celles de terre, de feu, d'eau, de centre, d'axe, etc. sont de nature symbolique, c'est-à-dire qu'au-delà de leurs rapports avec la géométrie ou avec les sciences de la nature elles visent un complexe sémantique, en dernier ressort transcendant, affranchi de la pure logique. C'est ainsi que la notion de centre, qu'on rencontre si fréquemment chez Teilhard, subsume essentiellement plus qu'une donnée courante de la géométrie ou de la physique. Sans perdre de vue la substance géométrico-physique du terme, l'auteur assortit la notion de contenus relevant du monde des archétypes. Son englobante vision ne fut pas seulement un problème de pensée, mais aussi un problème linguistique. Grâce aux archétypes ouverts à l'intervention d'expériences religieuses, la foi et la science ont, chez lui, contracté des liens formant un nœud qu'on ne saurait délier ; et ces liaisons se fécondent réciproquement, de par la mise en forme stylistique des pensées. La familiarité avec Jung permet seule de comprendre les échos profonds qu'éveille Teilhard dans les souterrains de toute psyché humaine.

Mais, déjà, combien éclairante est l'étude de la métaphore ! On est frappé par une relative pauvreté des images auditives et par la grande richesse des images visuelles – colorées et surtout lumineuses. Les deux éléments préférés de Teilhard sont l'eau et le feu – l'imagerie du feu étant vue à la fois comme extérieure et intérieure aux choses, transcendante et immanente. On y trouve aussi des images empruntées aux tissus (fibres, franges, nappes, voile) ; puis celles de chair, de mère, de sein, enfin celles de sève et de fleur. Teilhard semble aimer les étoffes, symbole de la façon dont, dans son univers, tous les fils sont entrecroisés et dont tout se tient. À travers les somptueuses draperies des phrases, les images s'enchaînent subtilement. Par exemple, l'élément liquide peut devenir tour à tour mer, boisson, symbole sacramentel, flot qui berce et flot qui porte. Teilhard est amoureux d'une nature qui vaut par elle-même, par ses qualités intrinsèques, et non par concordance avec des états subjectifs, comme chez les romantiques. Comme l'a fort bien dit Josée Van de Ghinste : « Toutes les caractéristiques que nous venons de souligner : gigantisme de l'Univers, solennité religieuse, amour pour la matière vue comme personnalisée, prédominance du concret sur l'abstrait, sens de la cohésion des choses, dynamisme et orientation vers le futur [...] donnent au lyrisme de Teilhard un accent jusqu'ici inconnu. La religion, la science et l'art, qui, normalement, recherchent séparément un Absolu, sont ici synthétisés dans une vision poétique qui fait coïncider ces « Absolus » et en acquiert une richesse et une profondeur insoupçonnées. » Un autre élément caractéristique, c'est cette notion de « diaphanie », de transparence : « bulle transparente », « clarté laiteuse », « chair translucide ». On se trouve devant un monde illuminé et cependant toujours merveilleusement énigmatique. Il est pratiquement impossible aujourd'hui de faire le point sur Teilhard. Le martyre du silence imposé à celui-ci par l'Église permet de comprendre en partie les causes de l'échec du IIe concile du Vatican. Le religieux y fut néanmoins cité et approuvé par Mgr Hurley, archevêque de Durham, Mgr Wright, évêque de Pittsburgh, Mgr Spülbeck, évêque de Meissen, Mgr Helder Camara, archevêque de Recife. Sans nommer Teilhard, le cardinal Meyer, archevêque de Chicago, a déclaré : « C'est le Cosmos tout entier qui doit être glorifié, et non pas seulement l'homme [...]. Cette transfiguration finale du monde [...] est déjà commencée par le travail des hommes dans le monde... » Pendant une dizaine d'années consécutives à la mort du savant (1955) sévit un insupportable snobisme teilhardien qui a gravement nui à celui-ci dans les universités françaises, lesquelles, pour travailler sérieusement, attendent la publication critique et in extenso des textes connus et inédits, correspondance incluse. Ce n'est pas pour demain. En outre, le règne du structuralisme, avec son antihumanisme et son anti-évolutionnisme, [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, agrégé de l'Université, docteur ès lettres, conseiller pédagogique à la Bibliothèque centrale de l'enseignement public

Classification

Autres références

«  TEILHARD DE CHARDIN PIERRE (1881-1955)  » est également traité dans :

CRESPY GEORGES (1920-1976)

  • Écrit par 
  • André DUMAS
  •  • 1 093 mots

Méridional, malin certes, mais avec cette réserve enjouée, souvent plus attentive que bavarde, qui fait du Languedocien un homme chaleureux et toutefois difficile à circonscrire, le pasteur Georges Crespy a vécu toute sa vie à Montpellier. Extrêmement doué pour la parole, il a consacré une portion considérable de sa trop brève existence à une double écoute, pastorale et psychologique, sans pourtan […] Lire la suite

HOMME - L'hominisation

  • Écrit par 
  • Jean PIVETEAU
  •  • 1 666 mots

Le mot « hominisation » et la notion qu'il recouvre se trouvent, pour la première fois, dans l'ouvrage d' Édouard Le Roy, Les Origines humaines et l'évolution de l'intelligence , reproduction d'un cours professé au Collège de France en 1927 et 1928. Mais mot et notion étaient déjà définis dans un texte alors inédit de Pierre Teilhard de Chardin, rédigé aux environs de 1923, texte auquel se réfère […] Lire la suite

MORT - Les interrogations philosophiques

  • Écrit par 
  • René HABACHI
  •  • 7 525 mots

Dans le chapitre « Les doctrines de l'information »  : […] Aristote domine le courant des doctrines de l'information ou de l'« âme informante » : ce courant commence d'ailleurs avec lui pour être repris et christianisé par Thomas d'Aquin au Moyen Âge ; il est retrouvé au xix e  siècle, sur le mode expérimental, par Maine de Biran et Bergson, et se voit confirmé aujourd'hui par des représentants de la biologie moderne, au moins quant à la constitution de l […] Lire la suite

PRÉDESTINATION

  • Écrit par 
  • André DUMAS
  •  • 2 867 mots

Dans le chapitre « La théologie contemporaine »  : […] En fait, la prédestination est redevenue un thème majeur sous trois influences : la redécouverte, de Kierkegaard à Nietzsche, du fait que la foi, si elle doit être foi, ne saurait se confondre avec la bonne volonté, ce nom moderne de la vertu ; la réflexion sur l'histoire du peuple de Dieu ; la compréhension de Dieu comme personne élective, libre et aimante. La Dogmatique de Karl Barth consacre u […] Lire la suite

Pour citer l’article

Claude CUÉNOT, « TEILHARD DE CHARDIN PIERRE - (1881-1955) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-teilhard-de-chardin/