SILENCE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Il semble impossible de parler de ce qui est absence ou abolition de toute parole. Le silence se présente comme le point zéro à partir duquel s'inaugure tout langage, sans qu'on y puisse faire retour. Pour reprendre une terminologie empruntée à Claude Lévi-Strauss, on peut dire que le silence est la nature pure, donc l'inabordable, la culture étant la rupture définitive du silence. Celui-ci ne saurait être objet de connaissance. C'est d'ailleurs à lui que, par bien des côtés, les sciences humaines voudraient ramener les contemporains : silence de la religion, silence de l'homme, silence de Dieu, à l'image du sage que Lévi-Strauss, à la fin de Tristes Tropiques, évoque au pied de son arbre, ou du Bouddha qui renvoie au grand silence, dans l'essence universelle.

Pourtant c'est à cette expérience, inobjectivable comme moment privilégié de présence à soi, au monde et à Dieu, que toutes les religions convient leurs fidèles. La prière contient toujours cet élément de solitude silencieuse. Toutes les voies ascétiques passent par le silence. De Jésus, qui conseille de s'enfermer dans sa chambre et dans le secret de son cœur, aux ermites, qui fuient dans le désert, tous les maîtres spirituels nous convoquent au silence comme à l'expérience de la présence de l'Autre. Même les apôtres des masses et les mystiques de la multitude lancent de nos jours cet appel.

Des oasis de silence surgissent : des trappes, des maisons de retraite, des ermitages en montagne. Même si certains mystiques chrétiens eux-mêmes font l'expérience du nada, nada, nada de saint Jean de la Croix, tous affirment cependant que le silence est plein d'une présence cachée.

Autrefois, toutes les règles monastiques imposaient pour aider l'union à Dieu un « grand silence », qui commençait le soir après les complies pour se terminer le matin après l'heure de tierce.

Le silence est-il donc franchissement de la limite, catharsis devant l'étouffement possible de nos tâches et de nos relations, néant qui permet tout le reste, envers inconnaissable du langage, dont certains [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  SILENCE  » est également traité dans :

ANTHROPOLOGIE DE LA COMMUNICATION

  • Écrit par 
  • Julien BONHOMME
  •  • 4 199 mots

Dans le chapitre « L’indexicalité sociale du langage »  : […] L’anthropologie de la communication ne porte pas seulement sur les échanges verbaux en face à face, mais s’occupe de toute espèce de communication, quels que soient la nature des messages et les canaux qu’ils empruntent. Même le silence constitue une forme de communication, puisque le fait de s’abstenir de parler est une situation significative pour les participants. Keith Basso a par exemple étu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anthropologie-de-la-communication/#i_8596

ASCÈSE & ASCÉTISME

  • Écrit par 
  • Michel HULIN
  •  • 4 663 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'ascèse chrétienne »  : […] L' histoire de l'ascétisme chrétien commence au iv e  siècle avec le départ pour le désert d'Égypte de saint Antoine et de Pacôme, le futur organisateur de la vie cénobitique. À cette époque, le christianisme a acquis définitivement droit de cité dans l'Empire romain. Mais, si les persécutions ont cessé, la grande attente eschatologique du retour […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ascese-et-ascetisme/#i_8596

NEHER ANDRÉ (1914-1988)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 905 mots

Écrivain et théologien français, né à Obernai (Bas-Rhin). André Neher a été titulaire de la chaire d'études hébraïques à l'université de Strasbourg (1955-1974) et a enseigné aussi à l'université de Tel-Aviv. En 1973, il s'établit définitivement à Jérusalem. Penseur éminent, mais aussi homme engagé, il a été, à partir de 1965, président de la section française du Congrès juif mondial et des colloqu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/andre-neher/#i_8596

ZEN

  • Écrit par 
  • Claude GRÉGORY
  •  • 18 847 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Śūnyatā et tathatā »  : […] Dans la prolixité de l'immense et fastueuse fable qui sert de substrat imaginaire aux développements doctrinaux du bouddhisme, le Mahāyāna se distingue à première vue du bouddhisme réputé ancien par la prééminence et l'amplification données à certains concepts, et par l'absence du volontarisme qui marque de son sceau l'ensemble des religions indiennes. Cela veut dire d'abord que, renonçant à la sc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/zen/#i_8596

Pour citer l’article

Henri-Jacques STIKER, « SILENCE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/silence/