LE ROY ÉDOUARD (1870-1954)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Philosophe français, étroitement lié à la crise moderniste. La carrière universitaire d'Édouard Le Roy est un modèle du genre : ancien élève de l'École normale supérieure, agrégé de mathématiques et docteur ès lettres. Suppléant de Bergson au Collège de France en 1914, il lui succéda en 1921, et le remplaça en 1945 à l'Académie française. Il avait été élu en 1919 à l'Académie des sciences morales et politiques. Catholique convaincu et militant, il mit toujours les problèmes religieux au premier plan de ses préoccupations et de sa réflexion. Ami de Loisy, de Laberthonnière et de Teilhard de Chardin, il fut plusieurs fois condamné par l'Index et se soumit respectueusement chaque fois. « Qu'est-ce qu'un dogme ? », s'était-il demandé en 1905 dans un article qui souleva une tempête et fut directement visé par la 26e proposition du décret Lamentabili. Il y reprenait à sa manière la formule classique Lex orandi, lex credendi, de façon à souligner l'importance de la pratique et de l'action pour la pensée, qui n'en part que pour y revenir. Maurice Blondel se démarqua de cette philosophie de l'action.

Les titres des principaux ouvrages d'Édouard Le Roy sont révélateurs aussi bien de ses orientations que de ses amitiés : Dogme et critique (1906) ; L'Exigence idéaliste et le fait de l'évolution (1927) ; Le Problème de Dieu (1929) ; La Pensée intuitive (2 vol., 1929-1930) ; Les Origines humaines et le fait de l'intelligence (1930) ; Introduction à l'étude du problème religieux (1944).

—  Émile POULAT

Écrit par :

  • : directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales

Classification


Autres références

«  LE ROY ÉDOUARD (1870-1954)  » est également traité dans :

HOMME - L'hominisation

  • Écrit par 
  • Jean PIVETEAU
  •  • 1 666 mots

Le mot « hominisation » et la notion qu'il recouvre se trouvent, pour la première fois, dans l'ouvrage d' Édouard Le Roy, Les Origines humaines et l'évolution de l'intelligence , reproduction d'un cours professé au Collège de France en 1927 et 1928. Mais mot et notion étaient déjà définis dans un texte alors inédit de Pierre Teilhard de Chardin, rédigé aux environs de 1923, texte auquel se réfère […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/homme-l-hominisation/#i_32670

MODERNISME, catholicisme

  • Écrit par 
  • Émile POULAT
  •  • 5 227 mots

Dans le chapitre « En France »  : […] En France, de façon schématique, on peut distinguer trois tendances majeures : les progressistes se persuadent qu'une telle conversion se limite à la maîtrise d'une discipline, sans mettre en cause l'édifice théologique (Mgr Batiffol, le père Lagrange, le père de Grandmaison) ; les modernistes pensent qu'elle impose une révision profonde des idées reçues et, corrélativement, du « régime intellect […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/modernisme-catholicisme/#i_32670

Pour citer l’article

Émile POULAT, « LE ROY ÉDOUARD - (1870-1954) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/edouard-le-roy/