PIERLOT PIERRE (1921-2007)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'école française d'instruments à vent a toujours compté des figures emblématiques qui ont suscité des vocations bien au-delà des frontières. En plus de leur influence pédagogique, le flûtiste Jean-Pierre Rampal et le trompettiste Maurice André ont ainsi été consacrés comme des solistes à part entière. Pierre Pierlot a joué un rôle analogue pour le hautbois, même si cet instrument se prête moins que la flûte ou que la trompette à un emploi exclusivement soliste.

Né à Paris le 26 avril 1921, Pierre Pierlot passe son enfance à Avesnes-sur-Helpe, près de Valenciennes, où son père était pâtissier. Il fait ses études au Conservatoire de Valenciennes avec Gaston Longatte puis, à partir de 1936, au Conservatoire de Paris, où il obtient en 1941 un premier prix de hautbois dans la classe de Louis Bleuzet et un premier prix de musique de chambre dans celle de Fernand Oubradous. La même année, il entre à l'orchestre des Concerts Lamoureux ; en 1947, il intégrera l'orchestre de l'Opéra-Comique. Il commence à jouer en soliste et se passionne pour la musique de chambre. En 1945, il fonde – avec Jean-Pierre Rampal, le clarinettiste Jacques Lancelot, le corniste M. Manem et le bassoniste Maurice Allard – le Quintette à vent français, une formation qui s'inscrit dans la longue tradition de la musique de chambre française pour instruments à vent. Le quintette fonctionnera jusqu'en 1968, avec, à partir de 1948, Gilbert Coursier et Paul Hongne, respectivement au cor et au basson, et Maxence Larrieu à la flûte à partir de 1965. De nombreux compositeurs vont écrire pour le quintette : Jean-Michel Damase, Georges Migot, Pierre Wissmer, Claude Arrieu...

En 1949, Pierre Pierlot remporte le premier prix au Concours international de Genève. Il participe en 1952 à la fondation de l'Ensemble baroque de Paris avec Jean-Pierre Rampal (flûte), Robert Veyron-Lacroix (clavecin), Robert Gendre (violon) et Paul Hongne (basson). Avant l'apparition des formations jouant sur instruments d'époque, cet ensemble devient l'un des principaux artisans du renouveau de la musique baroque en France au milieu du xxe siècle. Grâce au noyau de musiciens qui le composent, de nombreux compositeurs du xviiie siècle sortent de l'oubli : Joseph Bodin de Boismortier, François Devienne, Ignace Joseph Pleyel, François-Joseph Gossec, Carl Stamitz, Michel Corrette, Jean-Joseph Cassanéa de Mondonville... Leurs enregistrements (principalement sous le label La Boîte à musique) remportent plusieurs grands prix du disque. C'est l'époque où le même groupe de musiciens commence à enregistrer chez Erato, travaillant avec Jean-François Paillard ou avec Karl Ristenpart selon les répertoires. Pierre Pierlot signe ses premiers disques en soliste : il enregistrera notamment quatre fois le Concerto pour hautbois K 314 de Mozart. En 1972, à la fermeture de l'Opéra-Comique, il devient hautbois solo à l'Opéra de Paris. Professeur de musique de chambre au Conservatoire national supérieur de Paris dès 1969, il succède à Étienne Baudo comme titulaire de la classe de hautbois (1973-1986). Il s'affirme comme un véritable chef d'école. Il enseigne également à l'Académie internationale d'été de Nice, au Mozarteum de Salzbourg, à l'Académie de Tōkyō. Parmi les hautboïstes qui ont travaillé avec lui (certains avant même sa nomination au Conservatoire) figurent Heinz Holliger, Michel Benet, Jean-Louis Capezzali, David Walter ou François Leleux. En 1985, il remplace Robert Casier au sein du Quintette à vent de Paris, mais met fin à sa carrière un an plus tard. Il meurt à Paris le 9 janvier 2007.

Sans posséder le charisme d'un Rampal ou d'un Maurice André, Pierre Pierlot a joué un rôle aussi important qu'eux pour le hautbois. Il a fait écrire ou a créé des œuvres de [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : chef d'orchestre, musicologue, producteur à Radio-France

Classification

Pour citer l’article

Alain PÂRIS, « PIERLOT PIERRE - (1921-2007) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-pierlot/