MAUROY PIERRE (1928-2013)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né à Cartignies (Nord) le 5 juillet 1928, Pierre Mauroy est le fils d'un instituteur laïc. Après des études à l'École normale nationale d'apprentissage de Cachan, il devient professeur de l'enseignement technique à Colombes, dans la banlieue parisienne, en 1952. Mais ses engagements sociaux et politiques l'éloignent vite de l'enseignement actif. Pierre Mauroy avait en effet adhéré à la S.F.I.O. dès l'âge de dix-huit ans. Secrétaire national des Jeunesses socialistes en 1950 (il restera à ce poste jusqu'en 1958), il devient secrétaire général du syndicat des collèges de l'enseignement technique de la Fédération de l'Éducation nationale en 1955. Permanent syndical mais aussi permanent politique, sa carrière au sein de la S.F.I.O. ne cesse de s'affirmer dans le bastion socialiste du Nord. Pierre Mauroy devient secrétaire fédéral du Nord en 1961, entre au bureau du parti en 1963, est élu secrétaire général adjoint du parti en 1966. Pendant les trois ans d'existence de celle-ci, il est membre du comité exécutif de la Fédération de la gauche démocratique et socialiste (1965-1968).

Son opposition à Guy Mollet au congrès d'unité des socialistes à Épinay en 1971 le rapproche de François Mitterrand. L'alliance des nouveaux arrivés et des gros bataillons de la S.F.I.O. traditionnelle du Nord (Pierre Mauroy est premier secrétaire de la fédération du Nord de 1971 à 1979) et des Bouches-du-Rhône de Gaston Defferre assure les fondations du nouveau Parti socialiste. Pierre Mauroy, qui œuvrera de façon déterminante en faveur du Programme commun, accède au titre de secrétaire général à la coordination. En même temps, il succède progressivement dans le Nord à Augustin Laurent. Conseiller général depuis 1967, il renforce son implantation locale en devenant, en 1971, conseiller municipal de Lille. Deux ans plus tard, en 1973, il remplace son maître comme maire de Lill [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  MAUROY PIERRE (1928-2013)  » est également traité dans :

CINQUIÈME RÉPUBLIQUE - Les années Mitterrand (1981-1995)

  • Écrit par 
  • Pierre BRÉCHON
  •  • 7 280 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre «  Le premier septennat : de l'espoir de changement au désaveu »  : […] Le président Mitterrand entre en fonction le 21 mai 1981. Il met son septennat sous les auspices des grands ancêtres qu'il va honorer au Panthéon : Jean Jaurès, inspirateur du socialisme, Jean Moulin, symbole de la Résistance, et Victor Schoelcher, qui abolit l'esclavage, symbole des idéaux universalistes et de l'égalité entre les humains. Dès le 22 mai, il nomme un Premier ministre, Pierre Mauro […] Lire la suite

TUNNEL SOUS LA MANCHE

  • Écrit par 
  • Laurent BONNAUD
  •  • 9 384 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Impacts régionaux »  : […] La mesure des effets des infrastructures sur les territoires qu’elles desservent fait l’objet de nombreuses controverses. Mais certaines enquêtes réalisées depuis l’ouverture du système transmanche laissent entrevoir des bénéfices importants pour les régions concernées. Pendant la construction du tunnel, le débat sur ses conséquences économiques fait rage au Royaume-Uni. Le groupe de pression Fle […] Lire la suite

Les derniers événements

France. Remaniement ministériel après la démission de Martine Aubry. 18-19 octobre 2000

de l'élection municipale de Lille où elle brigue la succession de Pierre Mauroy. Elle est remplacée à son poste par Élisabeth Guigou, jusqu'alors garde des Sceaux. Marylise Lebranchu, secrétaire d'État aux P.M.E., au Commerce, à l'Artisanat et à la Consommation, est nommée ministre de la Justice […] Lire la suite

France. Congrès socialiste à Brest et élection de François Hollande au poste de premier secrétaire. 21-27 novembre 1997

de premier secrétaire du P.S. en remplacement de Lionel Jospin. Il était opposé à Jean-Luc Mélenchon. Le bloc majoritaire, qui contrôle les instances dirigeantes du parti, est composé des partisans de Lionel Jospin, de Michel Rocard, de Martine Aubry et de Pierre Mauroy. […] Lire la suite

France. Michel Rocard à la direction provisoire du Parti socialiste. 3-24 avril 1993

exprimé par Laurent Fabius et Pierre Mauroy en annonçant la réunion d'un congrès constituant du parti en octobre, les états généraux de juillet n'en étant que la première phase. Le 24, lors d'une nouvelle réunion du comité directeur, Michel Rocard obtient l'appui des puissantes fédérations du Nord – mauroyiste – et du Pas-de-Calais – fabiusienne – en vue de reconstituer le bureau exécutif du P.S. suspendu le 3, que les fabiusiens acceptent de réintégrer. […] Lire la suite

France. Controverse autour d'un prêt de Roger-Patrice Pelat à Pierre Bérégovoy. 1er-20 février 1993

temps que l'on mette fin aux agissements des juges politiques qui s'en prennent au pouvoir. » Lors d'une conférence de presse à Lille, Pierre Mauroy dénonce le « maccarthysme antisocialiste » à propos du bruit fait autour des inculpations d'élus de la majorité. […] Lire la suite

France. Élection de Laurent Fabius à la tête du P.S. 7-22 janvier 1992

Le 7, Pierre Mauroy annonce sa démission du poste de premier secrétaire du Parti socialiste qu'il occupait depuis mai 1988. Le 9, le comité directeur du P.S. élit Laurent Fabius, président de l'Assemblée nationale, pour succéder à Pierre Mauroy. Seuls s'abstiennent les partisans de Jean-Pierre […] Lire la suite

Pour citer l’article

Christian SAUVAGE, « MAUROY PIERRE - (1928-2013) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-mauroy/