Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

DUHEM PIERRE (1861-1916)

Le philosophe des sciences

Tout en poursuivant ses travaux en physique, Pierre Duhem s'est de plus en plus préoccupé de philosophie et d'histoire des sciences, surtout à partir de 1893 pour la première discipline et de 1904 pour la seconde.

La Théorie physique rassemble dans un ouvrage riche et original, dont l'importance a également été récemment découverte – notamment dans le monde anglo-saxon –, les conceptions de Duhem en philosophie des sciences, qui sont directement reliées à ses conceptions et à sa pratique scientifiques, et très marquées évidemment par ses convictions personnelles.

L'objet de la théorie physique, pour Duhem, est d'établir « un système abstrait qui a pour but de résumer et de classer logiquement un ensemble de lois expérimentales, sans prétendre expliquer ces lois ». La question de la réalité matérielle, distincte des apparences sensibles, est de nature métaphysique et échappe à la physique. Physique et métaphysique sont indépendantes, et Duhem était autant soucieux d'affirmer l'autonomie de la physique que de préserver la métaphysique, et il souhaitait par ailleurs réhabiliter celle d'Aristote et de Thomas d'Aquin : c'est pourquoi on a pu qualifier sa philosophie de « positivisme catholique » (voir en particulier « Physique de croyant », 1905, in La Théorie physique, 2e éd.). Les théories physiques sont évolutives, et leur but est de parvenir, quand elles se rapprochent de l'état de perfection, à une classification naturelle. Par là, Duhem diffère du positivisme – au sens courant – ou du pur conventionnalisme : « plus [la théorie] se perfectionne, plus nous pressentons que l'ordre logique dans lequel elle range les lois expérimentales est le reflet d'un ordre ontologique ». Mais la théorie, simple représentation, exclut toute explication, et les parties explicatives des théories physiques – par exemple les modèles mécaniques ou imagés – ne sont que de simples parasites, qui ne cessent de faire obstacle au progrès théorique.

Les conceptions du Duhem sur la structure de la théorie physique, étayées sur ses analyses et sa propre pratique, sont particulièrement intéressantes. Tout d'abord, il constate qu'« une expérience de physique n'est pas seulement l'observation d'un phénomène ; elle est en outre l'interprétation théorique de ce phénomène ». Il énonce ensuite cette thèse – reprise ultérieurement par Quine – qu'« une expérience de physique ne peut jamais condamner une hypothèse isolée, mais seulement tout un ensemble théorique ». Il n'y a donc pas d'expérience cruciale, ni les faits ni les hypothèses n'étant isolés, et l'on ne compare que des systèmes entiers, celui des représentations théoriques et celui des données d'observation. Considérant qu'entre les faits d'expérience et le raisonnement mathématique la médiation d'une transcription symbolique est nécessaire, et que par ailleurs une loi numérique n'est jamais qu'approchée, il constate qu'« une infinité de faits théoriques différents peuvent être pris pour la traduction d'un même fait pratique », ce qui condamne l'induction : « les vérifications expérimentales ne sont pas la base de la théorie, elles en sont le couronnement ». Il précise, dans « La Valeur de la théorie physique » (1908, in La Théorie physique, 2e éd.), que seuls sont vrais ou faux les énoncés de faits d'expérience, et non les théories elles-mêmes et leurs propositions, qui sont prises par convention et pour leur caractère de commodité. C'est encore par une convention que nous choisirons, dans l'ensemble des propositions théoriques en défaut, celles que nous rejetterons : en fait, c'est le bons sens qui est juge des hypothèses[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : directeur de recherche émérite au CNRS

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • CAUSALITÉ

    • Écrit par Raymond BOUDON, Marie GAUTIER, Bertrand SAINT-SERNIN
    • 12 987 mots
    • 3 médias
    ...la fois naturel et industriel. Cette réussite, célébrée par Auguste Comte, servira d'étendard et d'exemple aux adversaires de la causalité. Pierre Duhem, dans La Théorie physique (1906), radicalise la critique, en remarquant : « Une théorie physique n'est pas une explication. » Il s'agit,...
  • DESCRIPTION ET EXPLICATION

    • Écrit par Jean LARGEAULT
    • 9 388 mots
    • 1 média

    Certaines disciplines sont descriptives : astronomie, anatomie, zoologie. Une description peut être plus qu'une simple collection non ordonnée de faits ou de données, l'exemple des taxinomies le montre. La géographie comporte une partie descriptive ; les cartes sont de pures descriptions....

  • ERREUR

    • Écrit par Bertrand SAINT-SERNIN
    • 4 874 mots
    • 2 médias
    ...schématiquement, on attribue deux objets aux théories physiques : expliquer la réalité ou représenter les phénomènes, c'est-à-dire des effets observables. Pour Pierre Duhem, au début du xxe siècle, « une théorie physique n'est pas une explication. C'est un système de propositions mathématiques, déduites d'un...
  • HASARD & NÉCESSITÉ

    • Écrit par Universalis, Ilya PRIGOGINE, Isabelle STENGERS
    • 9 614 mots
    Dés 1906, Pierre Duhem avait souligné qu'une description mathématique peut inspirer à la physique une idéalisation de type incorrect. Pour qu'une description mathématique ait un sens physique, elle doit résister à l'à-peu-près (P. Duhem, 1981). Une petite différence quantitative ne doit pas entraîner...
  • Afficher les 12 références

Voir aussi