BOURDIEU PIERRE (1930-2002)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un engagement politique

Comment exposer enfin l'itinéraire politique du sociologue engagé que fut aussi Pierre Bourdieu ? Faut-il, en particulier, distinguer un avant et un après les grandes grèves de novembre-décembre 1995, en méconnaissant la fonction critique de l'ordre social inhérente à la sociologie telle qu'il n'a jamais cessé de la concevoir, ou récuser cette césure en méconnaissant l'évidence commune de la visibilité croissante d'interventions scientifiques nécessairement politiques ? La continuité de l'engagement critique est inscrite à la fois dans la permanence de dispositions critiques associées à une trajectoire sociale d'exception et dans une conception bachelardienne de la science comme travail de « dévoilement » – « il n'y a de science que du caché » – qui, s'agissant du monde social, prend inévitablement la tournure d'une « dénonciation » : les premiers travaux sur l'Algérie sont perçus comme une dénonciation en acte du colonialisme, les travaux sur l'école menés avec Jean-Claude Passeron leur valent d'emblée une réputation de sociologues iconoclastes ; La Distinction (1979) met à mal les croyances académiques et les prétentions aristocratiques des classes dominantes, etc. Si la sociologie de Pierre Bourdieu peut apparaître comme « un sport de combat » – d'après le titre du film de Pierre Carles consacré au sociologue en 2001 –, c'est parce que l'intention de dire la vérité sur le monde social la situe, bon gré mal gré, au cœur d'une arène où la vérité est un enjeu de luttes.

L'inflexion de 1995 n'en est pas moins réelle : elle tient à de multiples raisons. Le capital symbolique accumulé par Pierre Bourdieu amplifie l'écho de ses interventions, les crédite d'une efficacité nouvelle : de ce point de vue, ce n'est peut-être pas tant Pierre Bourdieu qui a changé que la perception de l'auteur et de son travail. Cette consécration internationale lui permet aussi d'outrepasser les censures académiques qui pèsent sur « une science paria », constamment sommée de se justifier d'exister comme elle existe : « Je me suis trouvé, par la logique de mon travail, [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  BOURDIEU PIERRE (1930-2002)  » est également traité dans :

LES HÉRITIERS, Pierre Bourdieu et Jean-Claude Passeron - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Éric LETONTURIER
  •  • 1 020 mots

Les Héritiers ouvre, après un premier travail empirique exposé la même année dans Les Étudiants et leurs études, un cycle de recherches en sociologie de l'école que les auteurs, ensemble ou séparément, mèneront dans le cadre du Centre de sociologie européenne pour finalement proposer en 1971 dans La Reproduction une théorie générale du fo […] Lire la suite

LA DISTINCTION. CRITIQUE SOCIALE DU JUGEMENT, Pierre Bourdieu - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Vincent DUBOIS
  •  • 1 125 mots

De la trentaine d'ouvrages publiés par Pierre Bourdieu, La Distinction est sans doute l'un des plus connus, des plus cités, des plus commentés. L'ouvrage est volumineux et particulièrement dense ; il aborde des thèmes a priori aussi différents que les goûts musicaux et les manières de table, le rapport au langage et les préférence […] Lire la suite

LA NOBLESSE D'ÉTAT, Pierre Bourdieu - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Antonin COHEN
  •  • 1 058 mots

Pierre Bourdieu (1930-2002) est professeur au Collège de France lorsqu'il publie La Noblesse d'État en 1989. Tout en s'inscrivant dans la continuité des travaux que le sociologue a consacrés à l'éducation (Les Héritiers, 1964, La Reproduction, 1970), cet ouvrage fondamental ouvre la voie d'u […] Lire la suite

SUR LA TÉLÉVISION, Pierre Bourdieu - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Éric LETONTURIER
  •  • 1 117 mots

Abordé dès les années 1960, le thème des médias relève, parmi les multiples champs de recherches couverts par Pierre Bourdieu, d'un intérêt ancien et récurrent. Mais c'est surtout à partir de 1990 que celui-ci lui consacre de plus amples développements, tant au travers des travaux qu'il mène avec son équipe, rassemblée autour de sa revue […] Lire la suite

ANTHROPOLOGIE

  • Écrit par 
  • Élisabeth COPET-ROUGIER, 
  • Christian GHASARIAN
  •  • 16 099 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre «  L’anthropologie postmoderne »  : […] Depuis les années 1980, la problématisation quasi généralisée des connaissances académiques a constitué un mouvement important dans les universités anglo-saxonnes. En dépit d'une très grande hétérogénéité interne, ce courant, qualifié de « postmoderne », considère dans l'ensemble que les théories sociales modernes, héritées des Lumières, reposent sur la fausse conviction que la connaissance des l […] Lire la suite

ART (Aspects culturels) - Public et art

  • Écrit par 
  • Nathalie HEINICH
  •  • 6 253 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Du public aux publics »  : […] Cette mise en perspective historique des différentes catégories de publics incite à abandonner le point de vue globalisant sur « le » public de l'art, pour raisonner en termes de publics socialement différenciés. Les méthodes modernes de la sociologie et de son instrumentation statistique concourent à ce renouvellement de la problématique, notamment en ce qui concerne les publics des musées, étud […] Lire la suite

AUTONOMIE (sociologie)

  • Écrit par 
  • Romain PUDAL
  •  • 820 mots

Dans le chapitre « L’autonomie des champs »  : […] Enfin, c’est Pierre Bourdieu qui donne une place centrale à cette notion dans sa théorie des champs : il montre en effet que le monde social est composé de sous-ensembles partiellement autonomes (champs économique, politique, scientifique, artistique, etc.) possédant leurs propres modes de régulation et de reconnaissance. Ce qui vaut pour l’un (profit, pouvoir temporel) ne vaut pas nécessairement […] Lire la suite

BESOIN, sociologie

  • Écrit par 
  • Michel LALLEMENT
  •  • 635 mots

Tout comme les plantes et les animaux, les hommes ont des besoins. Pour en rendre raison, de nombreuses typologies ont été proposées. Le plus souvent, elles hiérarchisent les besoins en partant des plus élémentaires (nourriture, abri, pulsions sexuelles…) jusqu’aux moins « naturels » (recherche de pouvoir, sociabilité, réalisation de soi, etc.). Déjà ancienne, puisqu’elle date des années 1940, la […] Lire la suite

BIEN, sociologie

  • Écrit par 
  • Michel LALLEMENT
  •  • 626 mots
  •  • 1 média

La science économique a longtemps revendiqué avec succès le monopole légitime de l’analyse des biens. Dans sa version dominante, elle rend compte de la production et de l’appropriation d’un bien privé, qu’il s’agisse d’une tomate ou d’un soin dentaire, en suivant les règles d’une institution, le marché, auquel elle prête la faculté d’allouer les ressources de façon optimale grâce à la concurrence […] Lire la suite

BOUDON RAYMOND (1934-2013)

  • Écrit par 
  • Claude JAVEAU
  •  • 791 mots

Dans le chapitre « Contre le sociologisme et le culturalisme »  : […] La position théorique de Boudon, illustrée par de nombreux ouvrages, s'oppose notamment au sociologisme, illustré principalement par Pierre Bourdieu, ainsi qu'au culturalisme, dont Clifford Geertz est le représentant dominant. Boudon dénonce dans le premier de ces travers le poids exagéré accordé au « social », investi du pouvoir de déterminer toutes les actions individuelles. Les individus serai […] Lire la suite

Pour citer l’article

Gérard MAUGER, « BOURDIEU PIERRE - (1930-2002) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-bourdieu/