PIÉMONT

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Du rococo au XXe siècle

Le passage au xviiie siècle est marqué en architecture par l'activité à Turin de Garove, de Bertola et de Plantery ; mais le rôle déterminant fut joué par Filippo Juvara (1676-1736), originaire de Messine, qui s'installa à Turin en 1714, après avoir étudié à Rome (1704-1710) ; plusieurs de ses dessins sont conservés à la Bibliothèque nationale et au musée municipal de Turin.

La basilique de Superga, l'église Santa Cristina (1718), à Turin, la Venaria reale (pavillon de chasse), le château de Rivoli sont autant d'étapes dans l'élaboration d'une œuvre qui se distingue par son habileté et son interprétation toute personnelle du xviie siècle romain. En 1729, le projet de Stupinigi, château des environs de Turin, marque l'épanouissement d'un style qui animera avec une rare vitalité le rococo européen. Pour Juvarra travaillèrent des peintres français (Van Loo), vénitiens (Crosato et Ricci), napolitains (Solimena et Giaquinto), romains (Trevisani) et piémontais (Beaumont).

Pavillon de chasse et du parc, Stupinigi, près de Turin, Italie

Photographie : Pavillon de chasse et du parc, Stupinigi, près de Turin, Italie

Filippo Juvarra, Vue aérienne du Pavillon de chasse et du parc de Stupinigi, près de Turin, Italie. 

Crédits : Publi AER Foto/ De Agostini/ Getty Images

Afficher

L'évolution qui se manifeste après Juvarra se révèle particulièrement fertile pour l'œuvre de Bernardo Antonio Vittone et de Benedetto Alfieri. Éditeur des œuvres théoriques de Guarini, Vittone se détache de Juvarra et s'impose avec ses idées de coupoles aérées et bizarres (sanctuaire de Vallinotto près de Carignano, 1738 ; à Corteranzo et à Foglizzo) ; Alfieri apparaît comme un urbaniste de grande classe (Carignano et Turin). Après Juvarra, la scénographie est surtout le fait des Galliari.

Les architectes Magnocavallo, Nicolis di Robilant, Gallo (cathédrale de Mondovi et divers édifices dans la province de Cuneo), Michela et Rana (région du Canavese) donnent au Piémont du xviiie siècle sa physionomie spécifique.

Durant le xviiie siècle, la cour est le lieu d'activités artistiques multiples : pour les meubles, les ébénistes Piffetti (1740) et Bonzanigo (1770), pour l'orfèvrerie Boucheron (1790) ; la sculpture se caractérise par un goût rhétorique et populaire, avec Plura et Bernero, et une manière plus classique, avec Collino ; il faut signaler aussi l'activité de l'atelier de céramiques de Vinovo (œuvres conservées au musée municipal de Turin).

La peinture offre une orientation populaire avec les bambochades de Pietro Domenico Olivero et de G. M. Graneri, tandis que les paysagistes Cignaroli travaillent à Stupinigi et dans les villas. Le Palazzo reale accueille, sous le roi Charles-Albert, le sculpteur néo-classique Palagi, qui signera avec Melani les réalisations néo-gothiques du château de Racconigi (architectures des jardins et meubles).

L'art du xixe siècle au Piémont est illustré surtout par les réalisations de l'urbaniste Promis et par l'œuvre d'Alessandro Antonelli, auteur de la Mole Antonelliana à Turin (1867), par les sculpteurs véristes C. Marocchetti et V. Vela ; en peinture, après d'Azeglio, se distinguent le réaliste Pittara et, pour le paysage romantique, A. Fontanesi et Reycend (œuvres à la galerie d'Art moderne de Turin), artistes ouverts aux influences européennes.

La peinture contemporaine a été représentée par Casorati et le « groupe des six » avec Paulucci et Menzio ; et la peinture qui suit les voies de l'avant-garde européenne, comme on peut le voir en particulier aux expositions de la biennale de Venise (Pistoletto, Paolini, Merz, Pénone Boetti).

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Médias de l’article

Italie : carte administrative

Italie : carte administrative
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Palais royal de Turin

Palais royal de Turin
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Vignoble piémontais, Italie

Vignoble piémontais, Italie
Crédits : DEA/ R. CARNOVALINI/ De Agostini/ Getty Images

photographie

Aqueduc romain

Aqueduc romain
Crédits : A. De Gregorio/ De Agostini/ Getty Images

photographie

Afficher les 6 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  PIÉMONT  » est également traité dans :

AMÉDÉE V LE GRAND (1249-1323) comte de Savoie (1285-1323)

  • Écrit par 
  • Gérard RIPPE
  •  • 257 mots

Second fils de Thomas II, Amédée doit, à la mort de son père (1259), laisser gouverner ses oncles. Arrivé au pouvoir en 1285, il cède ses domaines piémontais en apanage à son neveu Philippe d'Achaïe, fils de son frère aîné Thomas III, mort en 1282. En 1272, sa femme, Sibylle de Bage, lui avait apporté la Bresse en dot. Continuant la politique prudente de ses aïeux, il cherche, comme eux, à agrandi […] Lire la suite

AMÉDÉE VI, dit LE COMTE VERT (1334-1383) comte de Savoie (1343-1383)

  • Écrit par 
  • Gérard RIPPE
  •  • 451 mots

Fils du comte Aimon, Amédée VI succède à son père à l'âge de neuf ans. Pendant la régence, les Visconti menacent le Piémont, tandis que la France absorbe le Dauphiné. À partir de 1350, Amédée VI gouverne personnellement, et l'expansion reprend. À l'ouest, il renforce l'alliance avec la France de Jean le Bon. Vainqueur des Dauphinois aux Abrets (1354), il règle la question des frontières au traité […] Lire la suite

AMÉDÉE VIII (1383-1451) comte (1391-1416) puis duc de Savoie (1416-1440)

  • Écrit par 
  • Gérard RIPPE
  •  • 430 mots

Fils aîné d'Amédée VII, Amédée VIII comte de Savoie succède à son père en 1391. Durant sa minorité, le comté tombe sous la tutelle du duc de Bourgogne, Philippe le Hardi, à la faveur des querelles de factions nobiliaires. À partir de 1400, la première tâche d'Amédée VIII est donc de se libérer progressivement de cette sujétion, sans s'aliéner ce puissant voisin. La même politique prudente est appl […] Lire la suite

AZEGLIO MASSIMO TAPARELLI marquis d' (1798-1866)

  • Écrit par 
  • Paul GUICHONNET
  •  • 921 mots

L'un des grands artisans de l'indépendance nationale italienne. Originaire d'une famille d'ancienne aristocratie et de tradition catholique, d'Azeglio s'émancipe de son milieu par son indifférence religieuse et son absence de préjugés sociaux. Ses années de formation (1807-1840) sont occupées par de longs séjours à Florence, à Rome, à Milan, où il mène une vie insouciante dans la société des artis […] Lire la suite

CAVOUR CAMILLO BENSO DE (1810-1861)

  • Écrit par 
  • Franco CATALANO, 
  • Universalis
  •  • 3 208 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les influences de jeunesse »  : […] Cependant, l'exemple du libéralisme français et une sincère adhésion à la philosophie des Lumières avaient marqué son éducation. Ces options le prédisposaient à accepter également l'enseignement du milieu genevois auquel il était lié par sa mère qui faisait partie de l'aristocratie protestante et libérale et qui devait, par la suite, se convertir au catholicisme. Cavour séjourna à Genève, chez so […] Lire la suite

EMMANUEL-PHILIBERT (1528-1580) duc de Savoie (1553-1580)

  • Écrit par 
  • Jean MEYER
  •  • 697 mots

Fils de Charles III (1504-1553), le malchanceux, et de Béatrix de Portugal, Emmanuel-Philibert de Savoie est à peine âgé de huit ans quand les troupes françaises et suisses occupent, pour une durée de vingt-trois ans, la quasi-totalité de l'État savoyard à l'exception de Nice, de Vercelli et de la vallée d'Aoste. Occupation qui est, en réalité, une annexion pure et simple. Aussi le jeune homme est […] Lire la suite

EMPIRE SECOND (1852-1870)

  • Écrit par 
  • Marc BASCOU, 
  • Adrien DANSETTE, 
  • Universalis
  •  • 21 007 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « La politique italienne »  : […] C'est encore la politique des nationalités que Napoléon III voudrait faire triompher en Italie. Mais, conduite jusqu'au bout, elle aboutirait à la création d'une grande puissance aux portes de la France. Il se contentera donc pour les Italiens de l'indépendance dans le cadre d'une confédération analogue à la Confédération germanique, projet conforme aux idées de l'époque, car la plupart des Itali […] Lire la suite

GARIBALDI GIUSEPPE (1807-1882)

  • Écrit par 
  • Pierre MILZA
  •  • 2 649 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'artisan de l'unité italienne (1848-1867) »  : […] À l'annonce des premiers frémissements révolutionnaires, Garibaldi a décidé de rentrer en Italie où, dit-on, Mazzini s'est rallié à Pie IX, première étape d'une unification de la péninsule que l'on croit imminente. De retour à Nice en juin 1848, alors que déjà la réaction triomphe à Vienne, Berlin et Paris, il est accueilli en héros et s'apprête à faire allégeance au roi de Piémont, Charles-Alber […] Lire la suite

ITALIE - Histoire

  • Écrit par 
  • Michel BALARD, 
  • Paul GUICHONNET, 
  • Jean-Marie MARTIN, 
  • Jean-Louis MIÈGE, 
  • Paul PETIT
  •  • 27 454 mots
  •  • 42 médias

Dans le chapitre « La victoire espagnole »  : […] Les guerres d'Italie rebondissent avec l'élection impériale de 1519, où Charles de Habsbourg triomphe de François I er . Charles I er , devenu Charles Quint, qui a joint aux possessions espagnoles les terres des Habsbourg d'Autriche, encercle dangereusement la France et attaque le Milanais. François I er est battu à Pavie (24 févr. 1525) et emmené en captivité. Il doit souscrire en 1526 au traité […] Lire la suite

IVRÉE

  • Écrit par 
  • Gérard RIPPE
  •  • 523 mots

Le duché lombard d'Ivrée, contrôlant les cols alpestres vers la Savoie, est érigé en marquisat au ix e  siècle par les Carolingiens ; il englobe l'essentiel du Piémont et la Ligurie. Après la déposition de Charles le Gros en 887 et surtout après l'invasion hongroise en 899, il n'y a plus en Italie de pouvoir royal fort. Adalbert d'Ivrée, tout comme les autres grands feudataires, mène sa propre pol […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

2 octobre 2020 France. Tempête meurtrière dans le sud-est.

En Italie, la Ligurie et le Piémont, de l’autre côté de la frontière, sont également touchés. […] Lire la suite

4-19 mars 2020 Italie. Lutte contre l'épidémie de Covid-19.

Le 8, le gouvernement ordonne l’isolement de la Lombardie et de quatorze autres provinces d’Émilie-Romagne, du Piémont, de Vénétie et des Marches, où les déplacements sont limités. Cette zone abrite plus du quart de la population italienne. Le 9, Rome annonce l’extension de la restriction de circulation à l’ensemble du pays. Le 11, les autorités ordonnent la fermeture des bars et des restaurants, ainsi que des commerces non essentiels. […] Lire la suite

28-29 mars 2010 Italie. Progrès de la droite gouvernementale aux élections régionales

La majorité au pouvoir enlève à la gauche quatre nouvelles régions dont le Piémont, remporté par la Ligue du Nord, qui obtient également la présidence de la Vénétie. Au total, le Peuple de la liberté du Premier ministre Silvio Berlusconi obtient 26,7 p. 100 des suffrages (— 4,7 p. 100 par rapport au scrutin de 2005), le Parti démocrate de Pierluigi Bersani 25,9 p. […] Lire la suite

21 mars - 3 avril 1986 Italie. Dénonciation d'une vaste fraude portant sur des vins de table

Le 22, deux viticulteurs du Piémont sont arrêtés et inculpés d'homicide volontaire et de violation des normes sur la préparation du vin. Le 24, tandis que le nombre des victimes s'élève à sept, la cargaison d'un navire-citerne italien en provenance de Bari est mise sous séquestre à Sète, où 4 000 hectolitres de vin frelaté au méthanol sont saisis chez plusieurs négociants importateurs. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Andreina GRISERI, Michel ROUX, « PIÉMONT », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/piemont/