Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

PHYTOCHROME

Bibliographie

T. Brutnell, « Phytochrome and light control of development », in Plant Physiology, L. Taiz et E. Zeiger dir., Sinauer Associates, États-Unis, 2006

K. A. Franklin, V. S. Larner & G. C. Whitelam, « The signal transducing photoreceptors of plants », in Int. J. Dev. Biol., vol. 49, 2005

M. Furuya, « Phytochromes : their molecular species, gene families and functions », in Ann. Rev. Plant. Physiol., vol. 44, 1993

R. Heller, R. Esnault & C. Lance, Physiologie végétale, 2, Développement, Dunod, Paris, 6e éd. 2000

W. G. Hopkins, Physiologie végétale, de Boeck et Larcier, Bruxelles, 2003

Y. Kraepiel & E. Miginiac, « Mécanismes moléculaires et physiologiques de la photomorphogenèse », in Physiologie végétale, II, Croissance et développement, P. Mazliak dir., Hermann, Paris, 1998.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : laboratoire de physiologie cellulaire et moléculaire des plantes, U.M.R. 7180, C.N.R.S., université de Paris-VI-Pierre-et-Marie-Curie
  • : professeur honoraire de physiologie végétale à l'université de Paris-VII, membre de l'Académie d'agriculture
  • : professeur honoraire à l'université de Paris-VI-Pierre-et-Marie-Curie

Classification

Pour citer cet article

Jean-Pierre BOULY, René HELLER et Émile MIGINIAC. PHYTOCHROME [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Média

Phytochrome : chromophore - crédits : Encyclopædia Universalis France

Phytochrome : chromophore

Autres références

  • CROISSANCE, biologie

    • Écrit par Universalis, André MAYRAT, Raphaël RAPPAPORT, Paul ROLLIN
    • 14 760 mots
    • 7 médias
    ...600 et 700 nm) sont les plus actives alors que les radiations rouge lointain (700-800 nm) renversent l'effet de la lumière rouge. Le photorécepteur, ou phytochrome, est une chromoprotéine qui se présente sous deux formes, l'une (Pr) absorbant la lumière rouge et l'autre (Prl) la lumière rouge...
  • DORMANCES VÉGÉTALES

    • Écrit par Paul ROLLIN
    • 2 247 mots
    • 2 médias
    ...subséquente à la lumière rouge lointaine (730 nm). Ces résultats s'expliquent par la présence dans les tissus vivants des semences d'une chromoprotéine, le phytochrome, présentant deux formes photoconvertibles, l'une inactive, absorbant la lumière rouge (P660), l'autre active, absorbant la lumière rouge...
  • PHOTOPÉRIODISME, en bref

    • Écrit par Claude LANCE
    • 218 mots

    Les Américains Wightman W. Garner et Harry A. Allard montrent, en 1920, que la floraison d'une variété de tabac (Maryland Mammoth) dépend de la durée de l'éclairement journalier (photopériode). Ils nomment ce phénomène photopériodisme. En multipliant leurs travaux, ils...

  • PHOTOPÉRIODISME

    • Écrit par Roger JACQUES
    • 1 618 mots
    • 2 médias
    ...prismes ou des réseaux de diffraction), s'est poursuivie par la mise en évidence directe, spectrophotométrique, dans les feuilles d'un pigment appelé phytochrome(W. L. Butler et coll.). C'est une chromoprotéine, qui existe sous deux formes isomères interconvertibles, l'une inactive qui absorbe le rouge...

Voir aussi