PHOTOGRAPHIEProcédés de prise de vue numérique

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Choix du format du fichier et de la résolution de l'image

Choix du format du fichier

Sur les appareils de moyenne et haute gammes, l'utilisateur a généralement le choix de la résolution de l'image (dont dépendra le poids du fichier) et du format d'écriture du fichier. Les formats les plus courants sont le JPEG (joint photographic expert group), le TIFF (tagged image file format) et le RAW (rules as written).

JPEG est le format standard de compression d'images le plus utilisé sur les appareils numériques. Il est fondé sur le codage des couleurs. Sachant qu'un appareil photographique numérique restitue 16,7 millions de nuances de couleurs et que l'œil humain n'en perçoit que 1 million, la compression JPEG réduit donc le nombre d'informations concernant les couleurs. L'information concernant la luminosité étant plus importante que l'information couleur, la plupart des pixels stockent ici uniquement l'information luminosité. Lorsque le fichier JPEG est ouvert, la couleur manquante est automatiquement calculée à partir de l'information existante. Cette compression a un taux qui est réglable mais fixé, sur chaque appareil, à 4, 8 ou 16. Elle est dite destructive puisque certaines informations ne sont pas restituées lors de la décompression du fichier.

Le TIFF est un format graphique également très utilisé. Comme le JPEG, il permet un échange facile des images entre les différentes plates-formes (Macintosh, PC, Unix). Le standard TIFF a été défini par Microsoft, Hewlett-Packard et Aldus. Les fichiers, relativement volumineux, peuvent toutefois être compressés sans aucune perte d'information (compression LZW, pour Lempel-Ziv-Welch).

RAW est un format haute résolution beaucoup plus compact que le format TIFF (fichiers 60 p. 100 plus petits qu'un RVB TIFF non compressé). Ce fichier sera exporté et traité par un logiciel externe à l'appareil et fourni par le constructeur de l'appareil. Le traitement de l'image peut être plus complexe puisqu'il s'appuie sur le processeur d'un ordinateur qui est plus puissant que celui de l'appareil photographique.

Un fichier JPEG de 1 mégaoctet (Mo) et au taux de compression 4 (aussi noté 1/4) pèsera 6 Mo au format TIFF (non compressé) et 3 Mo au format RAW (non compressé). RAW, utilisé par les spécialistes de l'image, est le format le mieux adapté à la pratique du laboratoire numérique. L'image n'a pas subi de compression et la profondeur des couleurs est supérieure aux 8 bits du format TIFF ou JPEG. Ce fichier au format RAW sera ensuite transformé sur un ordinateur en fichier Bitmap sous 8 bits ou 16 bits et pèsera, respectivement, 7,5 Mo ou 15 Mo. Il sera possible sous ce dernier format, grâce à des logiciels de retouche, de séparer les plans R, V et B, d'intégrer dans l'image des légendes ou un copyright, de crypter les données...

Choix de la résolution de l'image

Le choix entre le taux de compression, l'espace mémoire utilisé et la rapidité de transmission ou d'exécution est souvent difficile à faire mais il devra toujours répondre à la question : quelle sera l'utilisation de cette image ? Si l'amateur souhaite réaliser des tirages 10 cm × 15 cm à partir de son fichier numérique, une résolution comprise entre 200 et 300 DPI (dot per inch, point par pouce) donnera des tirages de bonne qualité. Pour un tirage de grande qualité ou un agrandissement, il sera nécessaire d'augmenter la résolution jusqu'à 400 DPI. Cette résolution de tirage, exprimée en DPI, est directement liée au nombre de photosites présents sur le capteur.

Si un appareil photographique numérique présente les caractéristiques techniques indiquées dans le tableau 2, comment l'utilisateur doit-il choisir la résolution de l'image s'il souhaite réaliser des tirages 10 cm × 15 cm à une résolution de tirage à 300 DPI ?

Photographie numérique : caractéristiques d'un appareil

Tableau : Photographie numérique : caractéristiques d'un appareil

Chaque appareil photographique numérique est caractérisé par la taille de son capteur, les choix de résolution de l'image et les formats de ses fichiers images. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Dans un premier temps, il doit convertir en pouces la dimension des tirages qu'il souhaite effectuer (1 pouce correspondant à 2,54 cm), ce qui fait, pour cet exemple, 4 × 6 pouces (10/2,54 et 15/2,54). Pour obtenir un tirage à 300 DPI, la résolution du capteur doit donc être de 1 200 × 1 800 pixels (300 × 4 et 300 × 6). Le poids du fichier brut d'une image sera donc de 6 480 000 octets (1 200 × 1 800 × 3 [R, V, B] × 1 [pour une image quantifiée sous 8 bits]). Avec un taux de compression de 4, on obtient un poids de 1 620 000 octets, soit 1 582 Ko (1 620 000/1024, 1 Ko étant égal à 1 024 octets) ou 1,545 Mo (1 582/1 024). D'après les caractéristiques de cet appareil, qui est équipé d'une carte mémoire de 8 Mo, l'utilisateur pour [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages

Médias de l’article

Photographie : procédés argentique et numérique

Photographie : procédés argentique et numérique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Appareil photographique numérique : exemple d'architecture

Appareil photographique numérique : exemple d'architecture
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Photographie numérique : rôle des photosites d'un capteur

Photographie numérique : rôle des photosites d'un capteur
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Photographie numérique : fonctionnement d'un capteur CCD avec fonction d'obturation

Photographie numérique : fonctionnement d'un capteur CCD avec fonction d'obturation
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 19 médias de l'article


Écrit par :

  • : enseignant à l'École nationale supérieure Louis-Lumière, spécialiste des systèmes et produits numériques et argentiques

Classification

Autres références

«  PHOTOGRAPHIE  » est également traité dans :

PHOTOGRAPHIE - Histoire des procédés photographiques

  • Écrit par 
  • Jean-Paul GANDOLFO
  •  • 7 276 mots
  •  • 3 médias

La chronologie du processus d'invention de la photographie est antérieure de plusieurs siècles à sa période de divulgation. C'est grâce aux avancées significatives de l'optique et de la photochimie, en particulier aux xviie et xviiie siècles, que l'élaboration d […] Lire la suite

PHOTOGRAPHIE - Procédés argentiques

  • Écrit par 
  • Jean-Paul GANDOLFO
  •  • 9 974 mots
  •  • 7 médias

Les procédés argentiques reposent sur l'exploitation de la photosensibilité de trois halogénures d'argent : le bromure, le chlorure et l'iodure d'argent. Ces trois composés ont accompagné l'évolution de la photographie depuis son invention. Impliqués dans la plupart des techniques développées au cours du xixe siè […] Lire la suite

PHOTOGRAPHIE - Sensitométrie

  • Écrit par 
  • Bernard LEBLANC
  •  • 8 500 mots
  •  • 4 médias

Une fois passé l'émerveillement d'avoir enfin obtenu les premières photographies, les pionniers entreprirent immédiatement des recherches et des investigations afin d'améliorer les procédés. Une problématique s'imposa d'abord à tous : l'assurance d'obtenir des images correctement exposées. La chose ne devint réaliste qu'avec l'apparition des plaques « sèches » et des films industriels. Les premier […] Lire la suite

PHOTOGRAPHIE - Appareils photographiques argentiques

  • Écrit par 
  • Maxime CHAMPION
  •  • 7 715 mots
  •  • 12 médias

L'appareil photographique est bien plus qu'un simple outil, comme peut l'être le pinceau du peintre. Dans une certaine mesure, il conditionne la réalisation de l'œuvre photographique. Les progrès technologiques ont ouvert la voie à la réalisation de certaines images que l'on aurait jugées naguère impossibles. L'histoire de la photographie est étroitement liée à l' […] Lire la suite

PHOTOGRAPHIE - Appareils photographiques numériques

  • Écrit par 
  • Maxime CHAMPION
  •  • 2 137 mots
  •  • 3 médias

Apparus massivement au début des années 1990, les appareils photographiques numériques ne sont pas de prime abord très différents de leurs homologues qui utilisent du film (cf. Appareils photographiques argentiques 1. Principe). Ce qui change est le support de récupération de l'information, et avec lui tout ce qui concerne le traitement du signal et le stockage de l'information sous forme de fichi […] Lire la suite

PHOTOGRAPHIE - Optique photographique

  • Écrit par 
  • Pascal MARTIN
  •  • 3 542 mots
  •  • 7 médias

Le principe d'enregistrement d'une image suppose non seulement une surface sensible mais également un système optique nommé objectif. Ce dernier, en fonction de ses caractéristiques intrinsèques, modifie la taille de l'image ainsi que le champ enregistré, c'est-à-dire l'espace photographié.On distingue classiquement les paramètres quantitatifs d'un ob […] Lire la suite

PHOTOGRAPHIE - Objectifs photographiques

  • Écrit par 
  • Pascal MARTIN
  •  • 5 509 mots
  •  • 10 médias

Pour obtenir une image, quel que soit son mode d'enregistrement (fixe ou animée) ou sa nature (argentique, analogique, numérique), un dispositif opto-mécanique est indispensable : c'est l'objectif. Constitué d'une lentille (appareils prêt-à-photographier) ou – dans la plupart des cas – de plusieurs, celui-ci permet de transposer un objet en trois dime […] Lire la suite

PHOTOGRAPHIE - Matériels de traitement argentique

  • Écrit par 
  • André CHABANETTE
  •  • 3 727 mots
  •  • 8 médias

Il existe deux marchés bien séparés de la photographie : le marché des photographes amateurs et le marché des photographes professionnels. Les laboratoires, couvrant en partie ou en totalité ces deux marchés, sont utilisateurs depuis de nombreuses années d'équipements, le plus souvent hybrides analogiques-numériques, qui leur permettent de développer les films et d'effectuer des tirages, en corrig […] Lire la suite

PHOTOGRAPHIE - Matériels de traitement numérique

  • Écrit par 
  • André CHABANETTE
  •  • 4 463 mots
  •  • 11 médias

Les matériels de traitement pré-numérique des images sont apparus avec le premier appareil photographique vidéo-analogique, le Mavica, présenté par Sony en 1981. Cet appareil, considéré à tort comme le premier appareil photographique numérique, était muni d'un capteur CCD (charge coupled device) et enregistrait des images analogiques (et non pas encore numériques) sur un nouvea […] Lire la suite

ALINARI LES

  • Écrit par 
  • Elvire PEREGO
  •  • 1 435 mots
  •  • 2 médias

La révolution du regard et de l'imaginaire engendrée au xix e  siècle par l'invention de la photographie, trouve une illustration éclatante dans l'aventure de la dynastie Alinari. Fondé entre 1852 et 1954, à Florence, l'atelier Alinari constitue un trésor que les historiens de l'art connaissent bien et auquel d'aucuns, parmi les plus grands, apportèrent leur collaboration : John Ruskin, Bernard Be […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

André CHABANETTE, « PHOTOGRAPHIE - Procédés de prise de vue numérique », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/photographie-procedes-de-prise-de-vue-numerique/