PHOTOGRAPHIE AFRICAINE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Sans titre (Portrait de Monsieur Cissoko), Bamako, S. Keïta

Sans titre (Portrait de Monsieur Cissoko), Bamako, S. Keïta
Crédits : CAAC/ The Pigozzi Collection, Genève

photographie

Toute la famille en moto, M. Sidibé

Toute la famille en moto, M. Sidibé
Crédits : Malick Sidibé/ Courtesy Galerie MAGNIN-A, Paris

photographie

Mkpuk Eba, J.D. ‘Okhai Ojeikere

Mkpuk Eba, J.D. ‘Okhai Ojeikere
Crédits : J.D. 'Okhai Ojeikere, courtesy Magnin-A.

photographie


Les premiers grands noms de la photographie africaine

Avec le développement économique et les progrès techniques, les studios se multiplient. Dans les principaux centres urbains la photographie se banalise, alors que dans les campagnes le photographe et ses appareils demeurent une curiosité. Antoine Freitas, photographe ambulant installé à Kinshasa, écrit en 1939 au dos d'une de ses photographies, envoyée à un ami : « Tu me vois au milieu des autochtones du Kassaï. Dans cette région, on m'appelle le féticheur. Les gens n'aiment pas être photographiés, je suis obligé de leur donner une boîte de riz. Je suis perçu comme un banda [sorte de frère ennemi] dont il faut se méfier » (Revue noire, no 21, juin-juill.-août 1996).

Bientôt, les premiers studios africains doivent répondre à la demande d'une nouvelle classe sociale urbaine et, dans leur ensemble, les photographes ont pu vivre de leur métier. Ils sont sollicités pour fixer la mémoire des événements familiaux (mariages, fêtes de Noël, baptêmes) et pour faire des portraits que l'on envoyait à la famille dispersée ou que l'on encadrait dans la chambre commune. Poser pour des portraits photographiques était une activité mondaine, un événement : on allait se faire photographier comme on allait à la fête.

Dans les années précédant la Seconde Guerre mondiale, dans chaque capitale africaine exercent plusieurs portraitistes. Les plus talentueux jouissent d'une grande réputation, c'est le cas de Mama Casset (Sénégal), dont les négatifs ont été malheureusement détruits, de Cornelius Yao Augustt Azaglo, (Côte-d'Ivoire) et de Seydou Keïta (Mali), dont l'œuvre a été bien étudiée.

Les photographies de Seydou Keïta sont présentes dans les musées du monde entier et dans les grandes collections privées. Seydou Keïta n'a jamais douté de leur valeur esthétique : « Je savais que mes photos étaient belles [...], la beauté c'est l'art. » Une grâce, une élégance transparaissent dans toutes ses images : portraits de femme ou d'homme ; portraits de couple, de groupe ; portraits en buste ; personnages allongés ou debout. Sa maîtrise de la lumi [...]

Sans titre (Portrait de Monsieur Cissoko), Bamako, S. Keïta

Sans titre (Portrait de Monsieur Cissoko), Bamako, S. Keïta

Photographie

Seydou Keïta, Sans titre (Portrait de Monsieur Cissoko), Bamako, 1958, tirage argentique. Contemporary African Arts Collection. The Pigozzi Collection, Genève. 

Crédits : CAAC/ The Pigozzi Collection, Genève

Afficher

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  PHOTOGRAPHIE AFRICAINE  » est également traité dans :

FOSSO SAMUEL (1962- )

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 685 mots

Le photographe camerounais Samuel Fosso est surtout connu pour ses « autoportraits », dans lesquels il emprunte l’identité de personnalités issues du monde politique et de la culture populaire. Samuel Fosso naît le 17 juillet 1962 à Kumba, au Cameroun. Il passe son enfance au Nigeria, mais le conflit né de la sécession du Biafra à la fin des années 1960 oblige sa famille à s’enfuir à Bangui, en R […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/samuel-fosso/#i_70557

GOLDBLATT DAVID (1930-2018)

  • Écrit par 
  • Hervé LE GOFF
  •  • 1 052 mots
  •  • 1 média

David Goldblatt est né le 29 novembre 1930 à Randfontein, dans la province sud-africaine du Gauteng. Le benjamin des trois fils d'Eli et Olga Goldblatt, commerçants en confection, grandit dans l'environnement éclairé d'une famille juive originaire des pays baltes que les pogroms avaient contrainte à l'émigration. D'abord inscrit à l'école primaire du couvent catholique des ursulines de Randfontein […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/david-goldblatt/#i_70557

KEÏTA SEYDOU (1921 env.-2001)

  • Écrit par 
  • André MAGNIN
  •  • 600 mots
  •  • 1 média

Le photographe Seydou Keïta est né vers 1921 à Bamako (Mali), il est mort à Paris le 22 novembre 2001. Aîné d'une famille de cinq enfants, Seydou Keïta est ébéniste de métier et photographe autodidacte. En 1935 son oncle lui offre son premier appareil photo, un Kodak Brownie Flash. Devenu artisan photographe, Seydou Keïta se spécialise dans l'art du portrait qu'il réalise sur commande, en lumière […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/seydou-keita/#i_70557

OJEIKERE J. D. 'OKHAI (1930-2014)

  • Écrit par 
  • André MAGNIN
  •  • 854 mots
  •  • 1 média

Le photographe J.D. ‘Okhai Ojeikere est né en 1930 dans le village d’Ovbiomu-Emai, dans le sud-ouest du Nigeria. Il quitte l’école et son village à dix-huit ans pour devenir artisan auprès de son oncle, à Ibadan. À la mort de celui-ci, sur les conseils d’une amie, il achète en 1950 son premier appareil photo, un Brownie D sans flash et apprend à s’en servir avec l’aide de son voisin. La rue lui f […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/j-d-okhai-ojeikere/#i_70557

SIDIBÉ MALICK (1936-2016)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 441 mots
  •  • 1 média

Les clichés du photographe malien Malick Sidibé décrivent l’occidentalisation progressive de la ville de Bamako . Malick Sidibé naît en 1936 à Soloba, au sud du Soudan français (auj. Mali). Il passe son enfance à Fulani, un village peul. Après avoir terminé sa scolarité secondaire en 1952, il se forme à la bijouterie, puis étudie la peinture à l’École des artisans soudanais de Bamako, dont il sort […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/malick-sidibe/#i_70557

Voir aussi

Pour citer l’article

André MAGNIN, Vincent GODEAU, « PHOTOGRAPHIE AFRICAINE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 30 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/photographie-africaine/