KEÏTA SEYDOU (1921 env.-2001)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le photographe Seydou Keïta est né vers 1921 à Bamako (Mali), il est mort à Paris le 22 novembre 2001.

Aîné d'une famille de cinq enfants, Seydou Keïta est ébéniste de métier et photographe autodidacte. En 1935 son oncle lui offre son premier appareil photo, un Kodak Brownie Flash. Devenu artisan photographe, Seydou Keïta se spécialise dans l'art du portrait qu'il réalise sur commande, en lumière naturelle et en noir et blanc, avec une chambre 13 × 18. Ce format lui permet d'obtenir sans agrandisseur des tirages par contact de grande qualité.

En 1948, il ouvre un atelier à Bamako dans la parcelle familiale. Très vite les photographies de Seydou Keïta ont un grand succès. Son exigence professionnelle et esthétique l'impose comme le portraitiste apprécié des habitants de Bamako, puis du Mali et de certains pays voisins comme la Guinée. De 1949 à 1977, date à laquelle il cesse son activité, Seydou Keïta photographie le tout Bamako. Chacun devait pouvoir montrer son portrait réalisé par le grand Keïta.

Seydou Keïta a souvent dit que son seul souci était de réaliser des portraits très nets et très flatteurs de ses clients, afin de satisfaire leur vœu. Ceux-ci posent seuls, en couple, en famille, cadrés en buste ou en pied, accompagnés parfois d'un objet symbolique de leur métier – machine à coudre, plume et encrier – ou de leur famille – poste de radio, vélo, scooter. Keïta utilise comme fonds des tentures à motifs décoratifs qu'il change régulièrement tous les deux ou trois ans. Ces tentures lui servirent par la suite de repères pour dater ses clichés.

Sans titre (Portrait de Monsieur Cissoko), Bamako, S. Keïta

Sans titre (Portrait de Monsieur Cissoko), Bamako, S. Keïta

Photographie

Seydou Keïta, Sans titre (Portrait de Monsieur Cissoko), Bamako, 1958, tirage argentique. Contemporary African Arts Collection. The Pigozzi Collection, Genève. 

Crédits : CAAC/ The Pigozzi Collection, Genève

Afficher

Le 2 février 1962, Seydou Keïta devient le photographe officiel de l'État malien, fonction qu'il exerça jusqu'en 1977. Les clichés de cette époque, conservés par l'administration, ne sont pas consultables. Keïta a « couvert » l'essentiel des événements du nouvel État indépendant présidé par Modibo Keïta puis par le Comité militaire de libération nationale (C.M.L.N.) : rencontres de chefs d'État, visites officielles, commandes pour le compte de l'adm [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : conservateur de la Contemporary African Art Collection, historien de l'art

Classification


Autres références

«  KEÏTA SEYDOU (1921 env.-2001)  » est également traité dans :

PHOTOGRAPHIE AFRICAINE

  • Écrit par 
  • Vincent GODEAU, 
  • André MAGNIN
  •  • 4 843 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le photographe africain est désormais un artiste »  : […] Durant toutes ces années, la difficulté à entrer dans la modernité (qui se définit par « le culte du perfectionnement » et la présence d'un État fort conduisant une politique culturelle marquée) est restée une constante de la photographie africaine. L'expression « la photo, c'est de l'art » résume bien l'enjeu de la bataille. Seydou Keïta, archétype du passage de la photographie artisanale à la p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/photographie-africaine/#i_70597

Pour citer l’article

André MAGNIN, « KEÏTA SEYDOU (1921 env.-2001) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/seydou-keita/