PHILOSOPHIE ANALYTIQUE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les formes de philosophie analytique

Les atomistes logiques

Analyser, c'est reformuler les phrases du langage ordinaire dont la forme grammaticale dérobe le sens. Ici, la nouvelle logique formelle va fournir le langage des paraphrases. Ainsi, la théorie des descriptions de Russel, que Ramsey considérait comme le paradigme de la philosophie analytique, dénombre les types d'expressions dénotantes (un homme, tout homme... ; le présent roi d'Angleterre, le présent roi de France). Examinant celles qui semblent faire partie de propositions simples et singulières, elle révèle que ces propositions sont en réalité complexes et générales. Le langage usuel peut nous faire tomber dans des expressions qui conduisent à des contradictions, dans des phrases qui ne peuvent représenter des faits pas plus qu'un système logiquement contradictoire ou une antinomie n'ont de modèle qui les satisfait. Une phrase comme « Le présent roi de France est chauve » échappe aux critères réalistes de la représentation que Moore et Russell ont acceptés comme principes antipsychologistes. L'analyse grammaticale donne un sujet et un prédicat : ϕa. Seulement, a n'existe pas. Pour Meinong, tout ce qu'on pense peut être sujet et détient quelque réalité. Pour Frege, qui a besoin, comme plus tard Quine, de l'ensemble vide en mathématiques, le faux existe comme valeur de vérité à quoi se rapportent les propositions fausses. Que faire de a ? Russell ne peut accepter que la proposition « Le présent roi de France est chauve » soit simplement fausse. Ou bien je fait de a un sujet en suivant le parallélisme logico-grammatical, mais alors j'attribue une propriété réalisable (être chauve) à une entité autocontradictoire. Ou bien je brise l'apparente unité de a en analysant ϕa en une conjonction de propositions, dont chacune sera déclarée à bon droit vraie ou fausse. Ainsi, dans la formule :

la fiction de a disparaît. La solution russellienne est cette remarquable analyse. Chaque fois que l'ordre du langage conduit à des absurdités, on lu [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 21 pages



Médias de l’article

Bertrand Russell

Bertrand Russell
Crédits : Hulton Getty

photographie

Ryle

Ryle
Crédits : Hulton Getty

photographie

Wittgenstein

Wittgenstein
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie





Écrit par :

  • : professeur à l'université de Rennes
  • : docteur en philosophie de l'université Paris-I, chargé de cours à l'université de Paris-I, ancien assistant au Collège de France

Classification


Autres références

«  PHILOSOPHIE ANALYTIQUE  » est également traité dans :

AJDUKIEWICZ KAZIMIERZ (1890-1963)

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD
  •  • 724 mots

Philosophe et logicien polonais, né en Galicie, mort à Varsovie. Ajdukiewicz étudie à l'université de Lwów avec Twardowski et Łukasiewicz. Ses thèses de doctorat ont pour titres L'Apriorité de l'espace chez Kant et Méthodologie des sciences déductives . Il étudie aussi les mathématiques et la physique. De 1925 à 1928, il enseigne à l'université de Varsovie, puis à Lwów jusqu'en 1939. Pendant la g […] Lire la suite

ANALYTIQUE PROPOSITION

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD
  •  • 456 mots

Le mot « analytique » a au moins trois sens. 1. Au sens large, une proposition est dite analytique si elle est vraie en vertu de la signification des termes qu'elle contient. La simple considération des significations suffit à donner l'assurance de sa vérité. À ce sens se rattachent le nominalisme de Hobbes, pour qui la vérité nécessaire est telle qu'une proposition analytique est vraie en vertu d […] Lire la suite

ARISTOTE

  • Écrit par 
  • Pierre AUBENQUE
  •  • 23 833 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La postérité d'Aristote »  : […] L'école d'Aristote, le Lycée, ne connaîtra pas, après la mort d'Aristote, la fermentation intellectuelle qu'avait connue encore l'Académie après la mort de Platon. Sans doute parce que la pensée d'Aristote avait ouvert à la philosophie des territoires nouveaux, mais en était restée à la phase de l'exploration, les disciples (à l'exception peut-être du premier d'entre eux, Théophraste, mort en 285 […] Lire la suite

ATOMISME

  • Écrit par 
  • Jean GREISCH
  •  • 1 360 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « L'atomisme à l'époque moderne »  : […] Avec l'émergence du mécanisme dans le premier tiers du xvii e  siècle, la conception corpusculaire de la réalité, héritée de l'atomisme antique, va trouver une nouvelle actualité scientifique. Sous-jacente aux apparences sensibles, la réalité physique se présente comme une série variable de combinaisons entre des éléments matériels. Le scientifique qui maîtrise les lois qui régissent cette combin […] Lire la suite

AUSTIN JOHN LANGSHAW (1911-1960)

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD
  •  • 928 mots

John Langshaw Austin est sans doute le représentant le plus brillant et le plus original de la philosophie analytique dite « philosophie du langage ordinaire », caractéristique de l'école d'Oxford par opposition à celle de Cambridge. Il fit ses études à Oxford, dont il devint fellow en 1933 ; il se distingua particulièrement durant la Seconde Guerre mondiale ; il fut professeur à Oxford de 1952 ju […] Lire la suite

AYER ALFRED JULES (1910-1989)

  • Écrit par 
  • Francis JACQUES
  •  • 1 313 mots

Dans le chapitre « Le principe de vérification »  : […] En fait, l'originalité de Language, Truth and Logic tient pour beaucoup dans un double mérite, qui donne la clé de son évolution jusqu'à « Metaphysics and Common Sense » (1964) : souligner une indiscutable connexion historique, réussir une indispensable traduction. Les savants, disciples antimétaphysiciens de Mach, qui entouraient M. Schlick étaient peu soucieux d'histoire de la philosophie ; Aye […] Lire la suite

CATÉGORIES

  • Écrit par 
  • Fernando GIL
  •  • 6 074 mots

Dans le chapitre « Sens et non-sens »  : […] C'est parce qu'une catégoricité générique se fait jour dans le langage que l'analyse catégoriale constitue un instrument privilégié dans la détection de l'ambiguïté et du non-sens. Déjà, dans les Catégories , « les choses qu'il y a » (1  a 20), à savoir les universels et les particuliers ou les substances et accidents, se donnent dans le contexte des « choses qui sont dites » (1  a 16) et à l'in […] Lire la suite

CROYANCE

  • Écrit par 
  • Paul RICŒUR
  •  • 12 004 mots

Dans le chapitre « Approche pragmatique »  : […] La philosophie analytique, de langue anglaise principalement, a ouvert un nouveau chantier pour l'étude systématique des attitudes subjectives, telles que la croyance, à la faveur de leur inscription dans le discours . Par discours, il faut entendre ici l'ensemble constitué par les énoncés, tels qu'ils s'expriment dans des propositions, et les énonciations, recueillies au niveau du langage dans de […] Lire la suite

DANTO ARTHUR C. (1924-2013)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre COMETTI
  •  • 800 mots

Arthur C. Danto est l’un des philosophes américains dont les travaux sur l’art ont bénéficié d’un très large écho en France et en Europe depuis la publication de son étude sur « Le monde de l’art » (1964). Né à Ann Arbor (Michigan), aux États-Unis, il a d’abord étudié l’art et l’histoire à Wayne University, puis à l’université Columbia de New York. En 1949 et 1950, il passe une année à Paris, à l […] Lire la suite

DAVIDSON DONALD (1917-2003)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre COMETTI
  •  • 777 mots

Donald Davidson est, avec W. V. O. Quine et Nelson Goodman, l'un des philosophes américains les plus influents du xx e  siècle. Né en 1917 à Springfield (Massachusetts), il est l'auteur d'une œuvre qui a contribué à renouveler la réflexion sur le langage, l'action et l'esprit, et qui témoigne de la fécondité du courant analytique en philosophie, autant que de son évolution au-delà de la période i […] Lire la suite

DEWEY JOHN (1859-1952)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre COMETTI
  •  • 1 897 mots

Dans le chapitre « Le pragmatisme de John Dewey »  : […] La philosophie de John Dewey appartient au courant auquel C. S. Peirce a primitivement donné le nom de pragmatisme pour désigner une méthode, plus qu'une doctrine, attentive aux effets pratiques de nos idées et à leurs résultats observables. La première philosophie à laquelle Dewey doit une grande part de son inspiration n'est toutefois ni celle de Charles S. Peirce, ni celle de William James, ma […] Lire la suite

EMPIRISME

  • Écrit par 
  • Edmond ORTIGUES
  •  • 13 313 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le problème central : induction et hypothèse »  : […] L'empirisme professé au xix e  siècle a certaines caractéristiques qui lui sont propres : l'importance accordée aux méthodes inductives de Stuart Mill et à la psychologie génétique. La notion d'empirisme est alors associée, d'une part, avec la thèse sensualiste qui se propose d'expliquer l'origine des idées à partir de la sensation, d'autre part, avec l'idée que l'induction généralisante est une […] Lire la suite

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - La philosophie

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre COMETTI
  •  • 6 285 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'intellectuel américain »  : […] En 1837, Emerson prononçait sa célèbre conférence : « The American Scholar ». Le modèle du Scholar , mot difficilement traduisible en français, nous plonge au cœur de la situation qui a dominé et continue de dominer la vie intellectuelle et publique aux États-Unis. Plusieurs historiens ont observé que l'une des caractéristiques de l'attitude des Américains à l'égard du savoir aura été, dès le débu […] Lire la suite

ETHNOLOGIE - Ethno-esthétique

  • Écrit par 
  • Lucien STÉPHAN
  •  • 3 075 mots

Dans le chapitre « Le recours à la philosophie »  : […] L'emploi de la méthode comparative et le passage à l'histoire de l'art que nous avons pris pour exemples nous semblent cependant exiger une réflexion épistémologique. La reconnaissance de la spécificité des arts primitifs a pour conséquence méthodologique l'adaptation à ces arts de procédés antérieurement mis au point sur des objets différents. On connaît, par exemple, l'importance des documents […] Lire la suite

FREUD SIGMUND (1856-1939)

  • Écrit par 
  • Jacques LE RIDER, 
  • Marthe ROBERT
  •  • 16 134 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La modernité viennoise »  : […] Depuis la découverte de la modernité viennoise, dans les années 1980, on considère Freud comme le théoricien de la crise de la culture libérale rationaliste, fondée sur la représentation d'individus raisonnables agissant dans le cadre d'institutions sociales et politiques édifiées par un processus de civilisation dont les Temps modernes constitueraient l'aboutissement. La démarche freudienne consi […] Lire la suite

GARDIES JEAN-LOUIS (1925-2004)

  • Écrit par 
  • Jean DHOMBRES
  •  • 1 087 mots

Parce qu'elle se déroula officiellement dans le même lieu universitaire, le département de philosophie de l'université de Nantes, la carrière de Jean-Louis Gardies ne rend guère visible la variété des intérêts intellectuels qui animèrent cet esprit libre, depuis son entrée à l'École normale supérieure en 1946 et l'obtention de l'agrégation de philosophie trois ans plus tard. Assistant de Raymond A […] Lire la suite

L'INTENTION (G. E. M. Anscombe)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre COMETTI
  •  • 904 mots

L'Intention , de Gertrude Elisabeth Margaret Anscombe (trad. M. Maurice et C. Michon, Gallimard, Paris, 2002) figure au nombre de ces livres qui, malgré le peu d'écho dont ils ont bénéficié auprès d'une large fraction de la philosophie française, n'en ont pas moins contribué à transformer profondément l'état de nos questions. L'auteur s'y s'attaque à un problème dont seuls Aristote et Wittgenste […] Lire la suite

JUGEMENT

  • Écrit par 
  • Noël MOULOUD
  •  • 6 858 mots

Dans le chapitre « La philosophie des propositions »  : […] La réflexion moderne sur les formes propositionnelles et leur statut, issue des analyses des logiciens, se maintient sur les plans techniques et se dispense des hypothèses sur le lien du jugement avec la subjectivité ou la conscience. Cependant, les points de vue techniques appellent leur problématique propre. Lorsque la fonction relationnelle de la proposition s'est substituée, comme on l'a dit, […] Lire la suite

KOTARBINSKI TADEUSZ (1886-1981)

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD
  •  • 879 mots

Logicien et philosophe polonais né à Varsovie, Tadeusz Kotarbinski fait ses études à l'université de Lwów, et obtient en 1912 son doctorat avec une thèse sur L'Utilitarisme dans l'éthique de Mill et de Spencer . De 1918 à 1957, il enseigne à l'université de Varsovie. En 1957, il préside l'Académie des sciences polonaise. De 1957 à 1960, il est vice-président de l'Institut international de philosop […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Francis JACQUES, Denis ZASLAWSKY, « PHILOSOPHIE ANALYTIQUE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 juillet 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/philosophie-analytique/