PHILIPPE IV (1605-1665) roi d'Espagne (1621-1665)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Fils de Philippe III et de Marguerite d'Autriche, Philippe IV n'a pas hérité de l'indolence paternelle. Esprit vif, intelligent et cultivé, il manque cependant de caractère et laisse, durant la première partie de son règne, le pouvoir à son favori Gaspar de Guzmán, comte-duc d'Olivares. À l'intérieur, ce dernier, homme énergique, tente en 1623 d'appliquer des réformes à contenu économique et moral, telles que la réduction des pensions octroyées par le roi, la prohibition des importations de produits provenant de manufactures étrangères, le retour à la sobriété vestimentaire. Seule la dernière mesure entre réellement en vigueur ; d'une part les fêtes somptueuses qu'offre Philippe IV dans ses résidences où les représentations théâtrales sont particulièrement appréciées (notamment au nouveau palais du Buen Retiro à Madrid), d'autre part la politique extérieure belliqueuse de l'Espagne exigent des dépenses accrues. Si le comte-duc a songé un moment à abolir les millions, impôt qui frappait les plus pauvres, il doit non seulement y renoncer, mais encore créer de nouvelles charges fiscales qui mécontentent et poussent parfois à la révolte les États non castillans (c'est le cas de la Catalogne) ; les classes dites privilégiées ne sont pas non plus épargnées : le clergé doit verser un subside spécial, le pouvoir confisque bientôt une partie des rentes nobiliaires et procède à la vente des charges ; de plus, la flotte en provenance des Indes est à différentes reprises pillée par les corsaires étrangers (en 1628, par exemple). Mais Olivares, s'inspirant de l'idée ingénieuse lancée par le duc de Lerme, favori de Philippe III, confie les tâches les plus urgentes et qui appellent des décisions rapides non plus aux conseils traditionnels, mais à des comités spéciaux ; ainsi, en 1634, la Junta de Ejecución remplace le Conseil d'État comme organisme exécutif. Le gouvernement du comte-duc doit faire face à l'intérieur à des soulèvements et à l'extérieur à des guerres sur des fronts de plus en plus nombreux et dispersés. La dissidence de la Catalogne commence, dès 1625, par le refus de coopérer à l'Union des armes, c'est-à-dire de fournir subsides et troupes pour les conflits internationaux. Cette région périphérique craint le renforcement de la « castellanisation » préconisée par le comte-duc et partant la suppression de ses fueros (privilèges locaux). Entraînée dans la guerre contre la France, elle se soulève contre la présence des soldats castillans : les segadores (faucheurs) ou paysans encouragés par les municipalités entrent à Barcelone en juin 1640, tuent le vice-roi, pactisent avec les Français ; la révolte dégénère en guerre civile, les Catalans se plaçant sous protectorat français (1641). Le soulèvement du Portugal provoqué par une fiscalité excessive éclate à la faveur de l'absence d'une partie de l'armée espagnole engagée en Catalogne (déc. 1640) ; les insurgés proclament roi le duc de Bragance sous le nom de Jean IV, et leur cause est soutenue par la France. Ces deux crises dureront au-delà du régime d'Olivares. La fin de son gouvernement est marquée par la pression de multiples adversaires ; par souci de sauvegarder l'hégémonie de l'Espagne, il ne renouvelle pas la trêve avec les Pays-Bas (1621), puis il engage son pays dans une série de conflits avec la France : c'est l'affaire de la succession du duché de Mantoue (1628-1631), la guerre ouverte à partir de 1635 dans le nord de la France, puis sur la frontière catalane ; en même temps l'Espagne envoie des troupes à l'empereur d'Autriche contre les Suédois et leurs alliés. En 1643, date de la victoire de Rocroi, Olivares, devenu impopulaire en raison de sa politique coûteuse et vouée à l'échec, est exilé. Philippe IV, conseillé par la religieuse Sor Maria de Agreda, avec laquelle il échange des lettres, fait un effort pour contrôler davantage le gouvernement du propre neveu d'Olivares, Luis de Haro ; celui-ci d'ailleurs n'accepte pas le titre de favori et adopte une politique toute différente, une série de banqueroutes et de revers militaires l'incitant, il est vrai, à conclure la paix avec les adversaires de l'Espagne : le traité de Münster (1648) aboutit à la reconnaissance par l'Espagne de l'indépendance et de la souverainet [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

Classification

Autres références

«  PHILIPPE IV (1605-1665) roi d'Espagne (1621-1665)  » est également traité dans :

ESPAGNE (Le territoire et les hommes) - De l'unité politique à la guerre civile

  • Écrit par 
  • Henri LAPEYRE
  •  • 14 279 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Échec de la politique espagnole »  : […] L'histoire politique de cette période est surtout celle d'une série de revers. Néanmoins, l'Espagne resta une très grande puissance jusqu'en 1659. Philippe II avait réussi à faire l'unité de la péninsule en ceignant la couronne de Portugal (1580). Les possessions européennes comprenaient la Sardaigne, la Sicile, Naples, le Milanais, la Franche-Comté. La Belgique actuelle, confiée à l'archiduc Alb […] Lire la suite

FRÉDÉRIC-HENRI, prince d'Orange-Nassau (1584-1647) stathouder de Hollande (1625-1647)

  • Écrit par 
  • Joël SCHMIDT
  •  • 478 mots

Descendant par sa mère de l'amiral Gaspard de Coligny et fils de Guillaume le Taciturne, Frédéric-Henri de Nassau succède en 1625 à son demi-frère le stathouder Maurice de Nassau qui n'a pas laissé d'enfant légitime. Nommé capitaine général et amiral, il doit faire face à une situation extérieure difficile. Breda capitule devant les Espagnols un mois après son avènement. Frédéric-Henri, qui peut é […] Lire la suite

MADRID

  • Écrit par 
  • Michel DRAIN, 
  • Paul GUINARD
  •  • 4 133 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « La « pseudo-capitale » des Habsbourg »  : […] La présence de la cour à Madrid provoque un afflux rapide et continu de population : fonctionnaires, ordres religieux (qui tous veulent avoir un couvent à la cour), aristocratie et, par contrecoup, artisans et commerces de luxe (orfèvres, armuriers, brodeurs, tailleurs) qui se groupent le long de la calle Mayor sur le chemin du Palais. La superficie de la ville décuple ; l'extension se produit da […] Lire la suite

OLIVARES GASPAR DE GUZMÁN comte-duc d' (1587-1645)

  • Écrit par 
  • Marie-France SCHMIDT
  •  • 1 218 mots

Appartenant à une noble famille andalouse Gaspar de Guzmán, comte-duc d'Olivares était le troisième fils d'Henri, deuxième comte du même nom, qui assumait des fonctions diplomatiques au service du roi d'Espagne Philippe II, et de María de Pimentel de Fonseca ; son père était ambassadeur à Rome au moment de sa naissance et Gaspar ne voit l'Espagne pour la première fois qu'en 1600, lorsque sa famill […] Lire la suite

PYRÉNÉES TRAITÉ DES (1659)

  • Écrit par 
  • Vincent GOURDON
  •  • 188 mots
  •  • 1 média

Signé par Mazarin et don Luis de Haro, respectivement Premiers ministres du roi de France Louis XIV et de Philippe IV d'Espagne, le traité des Pyrénées met fin au conflit opposant les deux puissances depuis 1635 et à l'intervention française dans la guerre de Trente Ans (1618-1648). Il met surtout fin à la prépondérance des Habsbourg d'Espagne en Europe au profit de la France, qui mène, sous Louis […] Lire la suite

VELÁZQUEZ (exposition)

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 1 182 mots

Dans le chapitre « Peintre de cour »  : […] En octobre 1623, l’artiste, rappelé de Séville en août 1623, par le puissant ministre et comte-duc d’Olivares, est nommé peintre de cour. Une relation étroite va alors s’établir entre Philippe IV, monté sur le trône en 1621, et Velázquez. Vers 1624, un portrait montre le roi dans une cuirasse damasquinée, avec une écharpe rouge, et un autre (vers 1628) en tenue de campagne. Le Saint Pierre pénit […] Lire la suite

Pour citer l’article

Marie-France SCHMIDT, « PHILIPPE IV (1605-1665) - roi d'Espagne (1621-1665) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 octobre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/philippe-iv/