OLIVARES GASPAR DE GUZMÁN comte-duc d' (1587-1645)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Appartenant à une noble famille andalouse Gaspar de Guzmán, comte-duc d'Olivares était le troisième fils d'Henri, deuxième comte du même nom, qui assumait des fonctions diplomatiques au service du roi d'Espagne Philippe II, et de María de Pimentel de Fonseca ; son père était ambassadeur à Rome au moment de sa naissance et Gaspar ne voit l'Espagne pour la première fois qu'en 1600, lorsque sa famille rentre dans la mère patrie. Destiné à la carrière ecclésiastique, le jeune Gaspar étudie le droit et la théologie à l'université de Salamanque entre 1601 et 1604. Cette année-là, la mort de son deuxième frère (l'aîné avait péri accidentellement plusieurs années auparavant) fait de lui l'héritier du titre et des biens de la famille. Dès lors, il accompagne son père à la cour et s'initie à la tâche que lui vaut le majorat. Peu après la mort du comte d'Olivares, il épouse en 1607 doña Inés de Zuñiga y Velasco, dame d'honneur de la reine Marguerite, et jusqu'en 1615, il séjourne tantôt en Andalousie pour gérer ses propriétés, tantôt à Madrid pour se faire connaître des milieux officiels. En 1615, Philippe III d'Espagne marie son fils à Isabelle de Bourbon, et le comte d'Olivares, en qualité de gentilhomme de la Chambre, accompagne l'infant à la frontière française, où il va recevoir sa jeune épouse. Il profite de ses nouvelles fonctions pour multiplier les manœuvres contre le favori de Philippe III, le duc de Lerme, en flattant l'ambition du fils de ce dernier, le duc d'Uceda. Lerme essaie de neutraliser l'intrigant en lui proposant la charge de majordome en chef de la maison du roi, mais en vain. Avec l'aide de son oncle, Baltasar de Zuñiga, ambassadeur à la cour impériale, Olivares obtient le renvoi de Lerme au profit du duc d'Uceda. Il figure désormais aux côtés du nouveau favori lors des déplacements du roi. En 1621, Philippe III meurt et Olivares travaille d'abord dans l'ombre de son oncle Zuñiga, qui occupe le poste de Premier ministre de Philippe IV jusqu'à sa mort (1622) ; il devient alors le favori en titre du roi et dirige pendant vingt ans la politique. À l'intérieur, il commence par désavouer l'action des ministres successifs de Philippe III qui ont dilapidé le trésor du royaume (il fait même exécuter l'un d'eux, Rodrigo Calderón) et, pour remettre de l'ordre dans l'économie espagnole, il crée une junte réformatrice (1623) : celle-ci élabore une série de vingt-trois articles, dont les plus marquants ont trait à la réduction des charges municipales, aux restrictions somptuaires, à des mesures destinées à favoriser l'accroissement de la population. La visite du prince de Galles, prétendant à la main d'une infante d'Espagne, et les fêtes qui en résultent compromettent l'application de ces plans, et la seule réforme mise en œuvre est l'abolition du port de la fraise.

Par ailleurs, un projet financier devrait permettre de réduire les dettes contractées par la couronne envers les marchands étrangers (établissement d'un système bancaire national) et de procéder à une répartition plus équitable des impôts entre les provinces (abolition de l'« impôt des millions », création d'une contribution proportionnelle au nombre d'habitants) ; Olivares se heurtant à l'opposition des Cortes, ces plans sont abandonnés en 1626 ; en outre, l'aide fiscale demandée aux autres régions, au même titre qu'à la Castille, est interprétée par elles comme une atteinte à leurs statuts d'autonomie : l'Aragón et Valence répugnent à verser des subsides pour des campagnes à l'étranger, la Catalogne les refuse et les visites effectuées par Philippe IV et Olivares dans les royaumes d'Aragón et leurs Cortes respectives (1625-1626) ne détendent pas l'atmosphère. Pour assurer l'entretien des armées réparties sur les champs de bataille d'Europe, Olivares doit recourir aux prêts des juifs portugais. L'inflation de 1627 rend inévitable la dévaluation de la monnaie de billon (1628), et le déficit ne peut être comblé par suite de la capture d'une partie du trésor du Mexique par les corsaires hollandais (1628). Dans la décennie qui débute en 1630, la politique fiscale d'Olivares provoque des soulèvements : le premier en Biscaye, en 1631, peut être réprimé, mais celui de Catalogne, qui éclate à la suite des exactions commises par les troupes en marche vers la France ( [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

Classification

Autres références

«  OLIVARES GASPAR DE GUZMÁN comte-duc d' (1587-1645)  » est également traité dans :

ESPAGNE (Le territoire et les hommes) - De l'unité politique à la guerre civile

  • Écrit par 
  • Henri LAPEYRE
  •  • 14 279 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Échec de la politique espagnole »  : […] L'histoire politique de cette période est surtout celle d'une série de revers. Néanmoins, l'Espagne resta une très grande puissance jusqu'en 1659. Philippe II avait réussi à faire l'unité de la péninsule en ceignant la couronne de Portugal (1580). Les possessions européennes comprenaient la Sardaigne, la Sicile, Naples, le Milanais, la Franche-Comté. La Belgique actuelle, confiée à l'archiduc Alb […] Lire la suite

PHILIPPE IV (1605-1665) roi d'Espagne (1621-1665)

  • Écrit par 
  • Marie-France SCHMIDT
  •  • 1 090 mots

Fils de Philippe III et de Marguerite d'Autriche, Philippe IV n'a pas hérité de l'indolence paternelle. Esprit vif, intelligent et cultivé, il manque cependant de caractère et laisse, durant la première partie de son règne, le pouvoir à son favori Gaspar de Guzmán, comte-duc d'Olivares. À l'intérieur, ce dernier, homme énergique, tente en 1623 d'appliquer des réformes à contenu économique et moral […] Lire la suite

PORTUGAL

  • Écrit par 
  • Roger BISMUT, 
  • Cristina CLIMACO, 
  • Michel DRAIN, 
  • José-Augusto FRANÇA, 
  • Michel LABAN, 
  • Jorge MORAÏS-BARBOSA, 
  • Eduardo PRADO COELHO
  •  • 40 050 mots
  •  • 27 médias

Dans le chapitre « Les temps sombres: la dynastie espagnole des Habsbourg et la Restauration  »  : […] Après la mort du roi Sébastien en 1578, puis celle de son successeur en 1580, le Portugal est occupé par l’armée de Philippe II d’Espagne, proclamé roi du Portugal lors des cortes de Tomar en 1581, après négociation avec la noblesse portugaise. Il prend le titre de Philippe I er du Portugal. Malgré l’intégration du pays dans la monarchie duale des Habsbourg en 1580, sous la forme d’une union dyn […] Lire la suite

Pour citer l’article

Marie-France SCHMIDT, « OLIVARES GASPAR DE GUZMÁN comte-duc d' (1587-1645) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 novembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/gaspar-de-olivares/