ROTH PHILIP (1933-2018)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

En 1969, Philip Roth se voit propulsé sur le devant de la scène internationale par un livre « scandaleux » : Portnoy et son complexe (Portnoy's Complaint, soit littéralement la « plainte » ou la « complainte » du dénommé Alexandre Portnoy). Le romancier a alors trente-six ans. Il lui faudra désormais composer avec cette gloire soudaine. Il n'y parviendra qu'en multipliant à l'envi les dédoublements, les travestissements, et en transformant chaque roman en un vertigineux jeu de masques dont la virtuosité va peu à peu s'infléchir vers une tonalité plus grave.

Philip Roth

Philip Roth

Photographie

Après Portnoy's Complaint (1969), son premier grand succès, Philip Roth (ici en 1968) élabore une œuvre qui oscille constamment entre transgression et culpabilité. 

Crédits : Bob Peterson/ The LIFE Images Collection/ Getty Images

Afficher

Une scène primitive

Philip Roth est né le 19 mars 1933 à Newark, une ville industrielle du xixe siècle située dans la grande banlieue de New York, mais de l'autre côté de l'Hudson, là où commence un autre monde. La génération de ses grands-parents a fait partie de la vague d'immigration juive venue de Galicie vers 1900. Là, dans le « Vieux Pays », son grand-père se destinait au rabbinat ; une fois en Amérique, il devient ouvrier dans une fabrique de chapeaux. Son père, Herman Roth, est courtier en assurances, puis responsable d'une agence. Philip Roth a un « grand frère », Sandy (né en 1927), qui deviendra chirurgien à Chicago. Il grandit sous F. D. Roosevelt, connaît une enfance heureuse, patriote et démocrate, dans l'enclos du quartier de Weequahik. Un temps, il songe à devenir avocat, puis fait des études de lettres. En 1955, il part enseigner la littérature à Chicago – où il rencontre puis épouse une femme « ensorcelante », un peu plus âgée que lui, divorcée, mère de deux enfants, d'un milieu ouvrier du Michigan. C'est le début d'une longue saga « conjugale » en plusieurs épisodes dont les romans se feront plus que l'écho.

Philip Roth a lu Thomas Wolfe. Comme cet affamé d'Amérique, il veut échapper au petit monde provincial et familial où il a vécu jusqu'alors, et trouver son propre chemin dans le vaste monde. En 1959, il publie un recueil de nouvelles, Goodbye Columbus, qui fait scandale, du moins dans les milieux juifs bien- [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

  • : professeur de littérature américaine à l'université de Paris-IV-Sorbonne et à l'École normale supérieure

Classification


Autres références

«  ROTH PHILIP (1933-2018)  » est également traité dans :

LE RABAISSEMENT (P. Roth) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Liliane KERJAN
  •  • 979 mots

À l'ouverture du roman de Philip Roth, Le Rabaissement (trad. M. C. Pasquier, Gallimard, 2011), la magie s'est éteinte et le déclin s'installe : comédien de grand renom, Simon Axler est en panne de jeu. Non qu'il ne soit plus sollicité – on le presse d'accepter le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-rabaissement-p-roth/#i_80325

LA TACHE (P. Roth) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • André BLEIKASTEN
  •  • 961 mots
  •  • 1 média

Publié aux États-Unis en 2000, La Tache est le dernier volet de la trilogie « américaine » commencée par Philip Roth en 1997. Le premier, Pastorale américaine, évoquait les années 1960, la guerre au Vietnam, la contestation parfois violente d'une jeunesse rebelle. Puis, en 1999, ce fut J'ai épousé un comm […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-tache/#i_80325

LE THÉÂTRE DE SABBATH (P. Roth)

  • Écrit par 
  • André BLEIKASTEN
  •  • 1 272 mots

De L'Écrivain des ombres (1979) à La Contrevie (1987), Philip Roth s'était mis en scène sous le masque tour à tour bouffon et pathétique de l'écrivain Nathan Zuckerman. Sans renoncer tout à fait aux équivoques de la fiction, il avait ensuite écrit trois textes d'inspiration plus ouvertement autobiographiq […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-theatre-de-sabbath/#i_80325

LA CONTREVIE, Philip Roth - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Pierre-Yves PÉTILLON
  •  • 1 256 mots
  •  • 1 média

Dans le Portnoy et son complexe (1969), confession parodique, vaudeville œdipien, Philip Roth , dans le sillage du comédien Lenny Bruce, prince du monologue, avait poussé le one-man-show jusqu'à une limite difficile à dépasser. L'époque était à l'exorbitant et à l'hyperbolique. Dans les rues de New York, le Bread and Puppet Theatre faisait parader […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-contrevie/#i_80325

SHOAH LITTÉRATURE DE LA

  • Écrit par 
  • Rachel ERTEL
  •  • 12 488 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Réverbérations au loin »  : […] Face au séisme qui ébranle la littérature européenne, celle des États-Unis, où s'affirment des romanciers juifs, ne peut qu'en subir les contrecoups. Ainsi, Edward Lewis Wallant fait de Sol Nazerman, son Prêteur sur gages (1961), un rescapé de Dachau et de Bergen-Belsen, un membre de cette société secrète qui passe ses nuits à combattre les fantôm […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litterature-de-la-shoah/#i_80325

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre-Yves PÉTILLON, « ROTH PHILIP - (1933-2018) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/philip-roth/