ROTH PHILIP (1933-2018)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Zuckerman et ses ombres

Une digue a cédé. Une parole extravagante déferle dans le scabreux monologue célinien de « Radio Days » (1970), puis dans un pamphlet au vitriol contre Richard Nixon et son « gang » (Tricard Dixon et ses copains, 1971), accusés d'avoir fait main basse sur la Maison-Blanche et sur le pays. Se souvenant du legs démocrate de sa famille, Roth parodie jusqu'à l'absurde la tartuferie de la rhétorique républicaine. Le canevas s'élargit avec Le Grand Roman américain (1973) – épopée de la ligue des Patriotes, une glorieuse ligue de base-ball (en fait, un ramassis d'éclopés), racontée sous forme d'une anthologie burlesque de la littérature américaine, de Melville à Hemingway.

Au sortir de cette phase explosive, Roth entre dans les méandres de l'autobiographie, qui va multiplier les jeux de masques. Dans Ma Vie d'homme (1974), le romancier Peter Tarnopol esquisse, rature, reprend diverses versions de sa vie. Il y narre notamment l'histoire de son désastreux premier mariage. Il invente un personnage, Nathan Zuckerman, qui va accéder chez Roth au statut de narrateur, pour devenir un « double » fictif, à peine décalé, de « l'auteur ». Mais un « auteur » condamné depuis 1969 à vivre avec son propre « double », qui le poursuit comme son ombre : le scandaleux Carnovsky, avatar de Portnoy – pantin de papier sorti du livre pour s'incarner en démon dostoïevskien.

En 1972, Philip Roth a fait une première visite à Prague, où il se rend sur la tombe de Kafka. Il devient directeur d'une collection chez Penguin destinée à promouvoir les écrivains de l'« Autre Europe » – l'Europe centrale chère à son ami Kundera. Cette orientation européenne s'accentue en 1976 lorsqu'il rencontre Claire Bloom (née en 1931), l'actrice anglaise qui joua Ophélie et Julie au théâtre et fut la jeune héroïne de Limelight (1952) de Charlie Chaplin. Pendant quinze ans le couple va vivre en alternance à Chelsea (Londres) et dans la ferme du xviiie siècle que Philip Roth a achetée en Nouvelle-Angleterre. [...]



1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

  • : professeur de littérature américaine à l'université de Paris-IV-Sorbonne et à l'École normale supérieure

Classification


Autres références

«  ROTH PHILIP (1933-2018)  » est également traité dans :

LE RABAISSEMENT (P. Roth) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Liliane KERJAN
  •  • 976 mots

À l'ouverture du roman de Philip Roth, Le Rabaissement (trad. M. C. Pasquier, Gallimard, 2011), la magie s'est éteinte et le déclin s'installe : comédien de grand renom, Simon Axler est en panne de jeu. Non qu'il ne soit plus sollicité – on le presse d'accepter le rôle tourmenté de Tyrone dans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-rabaissement-p-roth/#i_80325

LA TACHE (P. Roth) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • André BLEIKASTEN
  •  • 961 mots
  •  • 1 média

Publié aux États-Unis en 2000, La Tache est le dernier volet de la trilogie « américaine » commencée par Philip Roth en 1997. Le premier, Pastorale américaine, évoquait les années 1960, la guerre au Vietnam, la contestation parfois violente d'une jeunesse rebelle. Puis, en 1999, ce fut J'ai épousé un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-tache/#i_80325

LE THÉÂTRE DE SABBATH (P. Roth)

  • Écrit par 
  • André BLEIKASTEN
  •  • 1 272 mots

De L'Écrivain des ombres (1979) à La Contrevie (1987), Philip Roth s'était mis en scène sous le masque tour à tour bouffon et pathétique de l'écrivain Nathan Zuckerman. Sans renoncer tout à fait aux équivoques de la fiction, il avait ensuite écrit trois textes d'inspiration plus ouvertement autobiographique : […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-theatre-de-sabbath/#i_80325

LA CONTREVIE, Philip Roth - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Pierre-Yves PÉTILLON
  •  • 1 256 mots
  •  • 1 média

Dans le Portnoy et son complexe (1969), confession parodique, vaudeville œdipien, Philip Roth , dans le sillage du comédien Lenny Bruce, prince du monologue, avait poussé le one-man-show jusqu'à une limite difficile à dépasser. L'époque était à l'exorbitant et à l'hyperbolique. Dans les rues de New York, le Bread and Puppet Theatre faisait parader ses marionnettes géantes, pareilles à des statues […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-contrevie/#i_80325

SHOAH LITTÉRATURE DE LA

  • Écrit par 
  • Rachel ERTEL
  •  • 12 488 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Réverbérations au loin »  : […] Face au séisme qui ébranle la littérature européenne, celle des États-Unis, où s'affirment des romanciers juifs, ne peut qu'en subir les contrecoups. Ainsi, Edward Lewis Wallant fait de Sol Nazerman, son Prêteur sur gages (1961), un rescapé de Dachau et de Bergen-Belsen, un membre de cette société secrète qui passe ses nuits à combattre les fantômes surgis du passé. Cependant, pour la plupart de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litterature-de-la-shoah/#i_80325

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre-Yves PÉTILLON, « ROTH PHILIP - (1933-2018) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/philip-roth/