ROTH PHILIP (1933-2018)

Deuil et mémoire

Après le fantastique brio baroque de cette « comédie des erreurs », a lieu un radical changement de ton et de manière. En 1989, Philip Roth a subi un pontage coronarien et vu passer l'ombre de la mort. Le 25 octobre de la même année, c'est son père, Herman, qui meurt. Dans Patrimoine (1991), le romancier fait son travail de deuil, et raconte, sans fioritures, les derniers jours de celui dont il sera toujours « le petit garçon ».

Le Théâtre de Sabbath (1995) parvient à allier les deux tonalités : virtuosité endiablée des métamorphoses et gravité à l'approche du vieil âge et de la fin. Autrefois, Mickey Sabbath a bourlingué, appris le métier de marionnettiste, donné des spectacles de théâtre de rue. Dans le village où il habite, il est celui par qui le scandale arrive : un vieillard clochardesque, qui veut encore danser sa « priapée » automnale. Ce roman de l'outrance est le superbe portrait d'un « seigneur du désordre » – dans la lignée de Falstaff, ou du Neveu de Rameau. Évoquant les poèmes du vieux Yeats et le Shakespeare du Roi Lear que Mickey a autrefois mis en scène, c'est aussi un roman poignant sur le deuil. Dans sa somptueuse « arrière-saison », Philip Roth écrit ici un livre digne du grand roman anglais du xix e siècle – celui de George Eliot et de Thomas Hardy.

Les années 1990 et la rupture avec Claire Bloom marquent, après une longue parenthèse semi-européenne, les retrouvailles de Philip Roth avec son pays natal dans une « trilogie américaine ». Le romancier continue à explorer l'identité du moi, ses fractures intimes et ses extrapolations imaginaires. Dans Pastorale américaine (1997), Seymour est l'exacte antithèse de Sabbath : un petit-fils d'immigrants, qui voit sa parfaite trajectoire américaine et patriotique se briser lorsque sa fille de seize ans passe au terrorisme. À chaque fois, la tragédie personnelle est projetée sur le grand écran d'un moment critique de l'histoire nationale : la violence de l'année 1968, l'affaire Monica Lewinski (dans La Tache, 2000), ou encore, dans J'ai épousé un communiste (1999), le maccarthysme et l'époque des « dénonciations ». Cette fois, la tonalité se fait moins stridente, plus élégiaque, renouant souvent avec les classiques de la fin du xix e siècle américain (Dreiser, Frank Norris, Howells, Abraham Cahan) pour esquisser, dans une fresque en sépia du Newark d'antan, une recherche d'un temps et d'un lieu perdus. Après L e Complot contre l’Amérique (2004), Philip Roth publie Le Rabaissement (2009) et N é m é sis (2010), tandis qu’Exit le fantôme (2007) vient clore le cycle de Zuckerman entamé avec L É crivain fantôme.

Philip Roth meurt à New York le 22 mai 2018.

— Pierre-Yves PÉTILLON

Pour nos abonnés, l'article se compose de 4 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • Pierre-Yves PÉTILLON : professeur de littérature américaine à l'université de Paris-IV-Sorbonne et à l'École normale supérieure

Classification

Pour citer cet article

Pierre-Yves PÉTILLON, « ROTH PHILIP (1933-2018) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le . URL :

Média

Philip Roth

Philip Roth

Philip Roth

Après Portnoy's Complaint (1969), son premier grand succès, Philip Roth (ici en 1968) élabore une…

Autres références

  • LA CONTREVIE, Philip Roth - Fiche de lecture

    • Écrit par Pierre-Yves PÉTILLON
    • 6 891 mots
    • 1 média

    Dans le Portnoy et son complexe (1969), confession parodique, vaudeville œdipien, Philip Roth, dans le sillage du comédien Lenny Bruce, prince du monologue, avait poussé le one-man-show jusqu'à une limite difficile à dépasser. L'époque était à l'exorbitant et à l'hyperbolique. Dans les rues de New[...]

  • LA TACHE (P. Roth) - Fiche de lecture

    • Écrit par André BLEIKASTEN
    • 5 283 mots
    • 1 média

    Publié aux États-Unis en 2000, La Tache est le dernier volet de la trilogie « américaine » commencée par Philip Roth en 1997. Le premier, Pastorale américaine, évoquait les années 1960, la guerre au Vietnam, la contestation parfois violente d'une jeunesse rebelle. Puis, en 1999, ce fut [...]

  • LE RABAISSEMENT (P. Roth) - Fiche de lecture

    • Écrit par Liliane KERJAN
    • 5 370 mots

    À l'ouverture du roman de Philip Roth, Le Rabaissement (trad. M. C. Pasquier, Gallimard, 2011), la magie s'est éteinte et le déclin s'installe : comédien de grand renom, Simon Axler est en panne de jeu. Non qu'il ne soit plus sollicité – on le presse d'accepter le rôle tourmenté de Tyrone dans[...]

  • LE THÉÂTRE DE SABBATH (P. Roth)

    • Écrit par André BLEIKASTEN
    • 6 996 mots

    De L'Écrivain des ombres (1979) à La Contrevie (1987), Philip Roth s'était mis en scène sous le masque tour à tour bouffon et pathétique de l'écrivain Nathan Zuckerman. Sans renoncer tout à fait aux équivoques de la fiction, il avait ensuite écrit trois textes d'inspiration plus ouvertement[...]

  • POURQUOI ÉCRIRE ? (P. Roth) - Fiche de lecture

    • Écrit par Liliane KERJAN
    • 6 072 mots

    Conçu par Philip Roth à la manière d’un testament littéraire et publié en 2017 aux États-Unis, Pourquoi écrire ? (trad. de L. Bitoun, M. et P. Jaworski et J. Kamoun, Folio, Gallimard, 2019) rassemble ses analyses et confidences d’écrivain, débarrassées « des déguisements et des inventions[...]

  • SHOAH LITTÉRATURE DE LA

    • Écrit par Rachel ERTEL
    • 68 576 mots
    • 15 médias
    Eli the Fanatic (1959) inaugure chez Philip Roth toute sa galerie de doubles. Doubles lieux : Woodenton, banlieue aseptisée de New York, et la maison d'étude (yeshiva) plongée dans les ténèbres que les réfugiés ont apportées avec eux de l'Europe dévastée ; double également l'homme pieux ([...]

Voir aussi